Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Analyses & Interviews

Walter Benn Michaels : «Obama, c'est juste un Sarkozy noir» !

Julien Landfried le 21 Février 2009 à 13:51

A l'occasion de la sortie de son essai "La diversité contre l'égalité" (Raisons d'agir, février 2009), l'intellectuel américain Walter Benn Michaels propose une vision hétérodoxe du personnage Barack Obama. Qu'en pensent les Obamaniaques ?



Walter Benn Michaels : «Obama, c'est juste un Sarkozy noir» !
Extrait de l'entretien :
Barack Obama est présenté, en France, comme un produit de la discrimination positive. Comment interprétez-vous sa victoire électorale et l'engouement qu'elle a pu susciter ?
Walter Benn Michaels : Sa victoire, c'est le triomphe totale de l'idéologie néolibérale aux Etats-Unis, le triomphe de la diversité et en même temps celui des marchés. Ce n'est pas un hasard si des économistes démocrates conservateurs comme Larry Summers ou Tim Geithner sont ses conseillers les plus proches. Si ce que vous voulez, c'est sauver le système économique néolibéral de la crise, c'est une bonne chose. Nous savons tous que l'administration Bush était trop distraite par ses lubies impérialistes du XXe siècle pour s'apercevoir que Wall Street avait plus besoin d'aide que l'Irak. Obama ne fera pas cette erreur. Mais si vous voulez que le système change fondamentalement, ne comptez pas sur les Démocrates. Du point de vue de la justice économique, Obama, c'est juste un Sarkozy noir. Bien sûr, ce n'est pas un problème pour Sarkozy, mais c'est un problème pour tous les gens qui se disent de gauche, qui aiment Obama et pensent que l'engagement dans la diversité dont il est le produit va également produire une société plus égalitaire.

Le thème central de La diversité contre l'égalité, c'est qu'ils se trompent ; la diversité est au service du néolibéralisme, et non son ennemie. Ce n'est pas une adresse à Sarkozy — il sait déjà qu'une élite diversifiée est une élite plus heureuse, plus autosatisfaite. Cela s'adresse à la gauche, à ceux qui préfèrent s'opposer au néolibéralisme, plutôt que l'améliorer.

Lire l'intégralité de l'entretien sur Marianne2.fr. Le livre peut être acheté dans la librairie en ligne d'Ilovepolitics.




1.Posté par Makéda le 22/02/2009 08:30
Je pense que c'est insulter notre Président que de le comparer à Mr.SARKOZY. Surtout que ce monsieur pense que notre Président est un petit nègre qui n'est qu'un pion dans l'échiquier étasunien. D'autre par il est parfaitement logique qu'il s'entoure de personnes capable de sortir le pays dans la merde ou l'a englouti l'équipe précédente. Le faite de ne pas faire dans le copinage vous dérange, mais notre Président a été élu sur un programme, et il fait tout pour s'y tenir. Alors merci de lui foutre la paix et de ne pas faire de comparaisons stupides. Notre Président, est un noir il l'a bien rabâché. Barack Hussein OBAMA, et n'est pas raciste comme le personnage dont vous faites référence. Ce n'est pas un casseur de nègres, c'est le président de tous les états de l'union, et ce n'est pas le cas de monsieur SARKOZY, qui nous traitent, comme de la merde. Soyez donc gentil, plus de comparaison de cet acabit. Les U.S.A sont sous l'eau, tous les moyens sont bons pour la sauver et soulager la souffrance des petites gens. Longue vie et réussite à Notre Président, Force Courage et Foi pour les U.S.A. Honneur et Respect. Makeda Guadeloupe

2.Posté par nice le 22/02/2009 08:44
comparer Obama a Sarkozy... ecoutez, soyons serieux. comparons 2 choses comparables. Sarkozy est trop obtus d esprit pourqu on le compare a obama.
d ailleurs , il s empetre et s embrouille depuis que les francais lui ont demande de les conduire vers un avenir meilleur.

3.Posté par Supersonic le 22/02/2009 13:57
Le seul moyen de comparer Obama et Sarkozy sera d'attendre la fin de leurs premiers mandats.
Que Obama soit très populaire au début n'a rien de surprenant, Nicolas Sarkozy l'était aussi au commencement de sa présidence. Barack Obama n'est président que depuis un peu plus d'un mois, il est donc bien évidemment trop tôt pour en tirer des conclusions pertinentes. Le changement semble apparaitre pourtant du fait de la différenciation avec George W. Bush surtout dans la méthode de gestion du pays et de l'ouverture d'esprit vers un multilatéralisme mais il n'est pas inutile de rappeler que dans quatre ans, lors des nouvelles élections présidentielles américaine, Obama ne pourra plus faire campagne sur le changement par rapport à son prédécesseur car cette fois-ci il sera juger sur son propre bilan, ce qui est toujours plus difficile.
En ce qui concerne la comparaison entre les deux présidents français et américains, notons que Barack Obama a déjà, à plusieurs reprise, fait l'éloge de M. Sarkozy et montré son admiration envers ce dernier. Ce lien est d'autant plus fort que M. Sarkozy, alors encore Ministre, avait rencontré M. Obama lors d'un voyage aux Etats-Unis et que les relations sont au beau fixe depuis.
Il existe donc une forte corrélation entre les deux présidents, même si leurs caractères semblent aux antipodes.

4.Posté par Québécoise le 22/02/2009 17:39
Dans le journal québécois ‘Le Devoir’, 1 décembre 2008 par S Baillargeon :

‘L'entrevue - Amère Amérique : Les identités font oublier les inégalités sociales, constate le professeur américain Walter Benn Michaels’

j’ai retenu ce commentaire intéressant de Pierre Yves Pau :

« La thèse du professeur Michaels est intéréssante. Malheureusement, le concept même de 'classe' est extrêmement flou. Cela semble une spécialité des intellectuels marxistes que d'échafauder d'audacieuses théories sur des sophismes aussi ténus.

Les USA ne sont pas l'Inde, ou la caste d'un individu lui colle à la peau toute sa vie. Vous pouvez naître prolétaire aux États-Unis, et devenir capitaliste à force de travail et d'inventivité; et réciproquement, un capitaliste qui ne gère pas intelligemment son capital finira par redevenir prolétaire.

Cette division de la société en groupe arbitrairement statiques, en possédants et non-possédants, est donc artificielle. Elle sous-tend une idéologie ou il est implicite que les possédants 'doivent', en quelque sorte, quelque-chose aux non-possédants, elle sous-tend une philosophie qui a échoué: le socialisme.

Peut-être que ce qui dérange le professeur Michaels, c'est que l'explosion des identités vienne torpiller cette vieille grille socialiste usée jusqu'à la corde ou le prolétaire, au lieu de rechercher l'amélioration de son propre sort, doit plutôt sacrifier son bien-être futur à celui du groupe, de la soi-disant classe dont il fait partie; une classe dont les leaders n'ont souvent rien à envier aux rustauds aux gros bras qui s'appuyaient sur le droit divin pour envoyer leurs serfs à l'abattoir. »

5.Posté par Avembe le 25/02/2009 17:50
Wow Obama=sarkozy noir!
comme on dit, le ridicule ne tue pas!
il veut juste se faire connaître et un peu de blé au passage!!!
Sacré farceur ce michaels!!

6.Posté par rico le 21/03/2009 18:16
Comme d'hab, ça gueule et ça commente avant d'avoir lu ou compris l'article.

Du point de vue de la justice économique, Obama, c'est juste un Sarkozy noir.
La comparaison de Michaels est limitée aux aspects économiques, et ce n'est ni plus ni mois qu'une évidence, voire un euphémisme car la société que laissera Obama aux USA sera plus hétérogène économiquement que celle que laissera Sarkozy en France.

7.Posté par Dave le 01/09/2009 07:53
L'une des critiques qui a été faite à Walter Benn Michaels est que ses arguments, s'ils collent avec la situation américaine, seraient moins pertinent en ce qui concerne la politique française.

Un article démontré avec beaucoup de précision qu'il n'en était rien, et que le livre de Walter Benn Michaels était au contraire déterminant pour bien comprendre ce qui se passe aujourd'hui en France :

http://www.relectures.org/article19.html

Je vous invite à le lire.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains