Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

Tout Sauf Romney: deux débats dans le New Hampshire pour un seul mot d'ordre

le 8 Janvier 2012 à 22:07

On prend - presque - les mêmes et on recommence. Bien sûr, depuis le caucus de l'Iowa de mardi dernier Rick Santorum s'est offert le statut convoité de challenger ultra-conservateur et Michelle Bachmann a cédé sa place à Jon Hunstman. Mais ce qui ne change pas avec les deux débats télévisés qui se sont déroulés ce week-end dans le New Hamsphire, c'est le nom du candidat principal à abattre : Mitt Romney.



Première étape, le plateau de ABC samedi soir. Un débat tenu à quelques heures de la primaire du New Hamsphire et qui restera le plus médiocre de la saison pour le Huffington Post, à l'instar d'unr participante endormie au premier rang du public. Pour cause : outre les prises de bec habituelles entre candidats, les modérateurs n'ont guerre cherché à titiller les compétiteurs sur leur programme en matière d'économie.

On retiendra donc que Rick Perry ferait revenir les troupes américaines en Iraq s'il était élu président, que Rick Santorum s'oppose toujours au mariage gay et invaliderait les 18 000 mariages déjà établis entre personnes de même sexe, que Jon Huntsman - bien parti pour créer la surprise mardi prochain - n'a pas perdu son mandarin et que Ron Paul et Newt Gingrich ne passeront définitivement pas leurs vacances ensemble - le libertarien traitant à nouveau l'ancien Speaker of the House de chickenhawk ou faucon de salon et lui reprochant entre autres de ne pas avoir accompli son devoir militaire.

Le punching ball de la soirée, Mitt Romney, a du utiliser son temps de parole pour se défendre, principalement sur son passé d'homme d'affaires. Pour Santorum par exemple, les Etats-Unis n'ont pas besoin d'un PDG in chief mais d'un dirigeant qui puisse les inspirer.
Heureusement pour l'ancien gouverneur du Massachusetts, l'autre cible de ses 5 compétiteurs reste Barack Obama. Le président des Etats-Unis est présenté comme le défenseur d'un "modèle socialiste européen". Insulte suprême s'il en est dans la bouche des candidats du GOP. Et à ce jeu, Romney n'est pas en reste : "Nous avons aujourd'hui à Washington un président qui a mis l'Amérique sur la voie du déclin,d'un point de vue militaire, international et national. Nous ne pourrons bientôt plus nous reconnaitre nous même." Le favori des sondages déplore que le locataire actuel de la Maison Blanche ne transforme les Etats-Unis en une Europe bis. Une façon pour lui de se placer à nouveau en concurrent direct d'Obama.

Deuxième manche, le débat organisé à Concord par NBC et Facebook. Moins de 12 heures après s'être écharpés sous les caméras d'ABC, les 6 candidats républicains remettent le couvert. Et toujours avec Mitt Romney dans le rôle de la piñata.

Celui qui tape le plus fort est Newt Gingrich. L'ancien président de la Chambre des représentants emploie l'expression "pious baloney" pour tacler l'homme d'affaire sur ses échecs politiques : "Vous avez perdu contre McCain en 2008, comme face à Ted Kennedy en 1994. Et vous avez mené des campagnes au moins depuis les années 90..."
Gingrich revient aussi sur le tombereau de spots négatifs diffusés à la télévision et sur les plateformes de partage de vidéos et financés par les Super PAC pro-Romney. Des publicités produites par ses comités de soutiens que Romney prétend ne pas avoir vues.

Voulant conserver son image de rival crédible depuis le coude à coude de l'Iowa, Rick Santorum monte également au créneau : "Si son bilan dans le Massachusetts était aussi bon qu'il le prétend, pourquoi ne s'est-il pas représenté?" Mitt Romney n'a en effet pas fait campagne en 2006 pour un second mandat à la tête de l'Etat.

Si l'ancien gouverneur reste très fier de son bilan - et toujours en avance dans les sondages pour la primaire du New Hamsphire - ses concurrents commencent à remonter dans les intentions de vote. Romney en recueillerait aujourd'hui 35%, contre 20% pour Ron Paul, 11% pour Jon Huntsman, 9% pour Newt Gingrich et 8% pour Rick Santorum. Certaines enquêtes laissent même entrevoir une percée de Huntsman, donné second juste devant Ron Paul. Réponse dans les urnes ce mardi.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math

Marjorie Paillon
Co-fondatrice et rédactrice en chef d'Ilovepolitics.info, Marjorie Paillon a couvert la course à la... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains