Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

Super Tuesday: victoire de Mitt Romney sur le fil du rasoir

le 7 Mars 2012 à 08:47

Il aura fallu attendre jusqu'au dernier moment pour savoir qui de Mitt Romney ou Rick Santorum sortirait vainqueur de la primaire de l'Ohio. Etat symbole s'il en est, il offre une une courte avance à l'ex gouverneur du Massachusetts, mais lui aura également donné quelques sueurs froides. Au total, Romney empoche donc l'Ohio, le Massachusetts, le Vermont, la Virginie, l'Idaho et l'Alaska, soit 6 des 10 Etats en lice pour ce Super Tuesday. Santorum tire son épingle du jeu en décrochant l'Oklahoma, le Tennessee et le Dakota du Nord. Gingrich sauve la mise en conservant la Géorgie. Paul repart bredouille mais heureux des scores réalisés lors des caucus. Moralité : Romney se détache dans les chiffres, mais ne peut toujours pas asseoir une nomination sans conteste.



Mitt Romney remporte des victoires en chiffres, mais des défaites symboliques
Les instituts d'opinion avaient vu juste : la primaire de l'Ohio était plus serrée que jamais. A la fermeture des bureaux de vote, les premiers sondages sortis des urnes donnent Mitt Romney et Rick Santorum ex aequo. C'est d'abord Romney qui va prendre de l'avance, avant d'être rattrapé par Santorum, puis de repasser en tête. Résultat : un seul point sépare les deux concurrents (Romney enregistre 38% avec 453 927 voix contre 37% et 441 908 voix pour Santorum). Et les experts d'annoncer un Iowa bis.
Si les chiffres devraient rester sa en faveur, cette victoire d'une courte tête ne laisse pas présager des jours de campagne paisible pour le candidat. Il devra continuer à se battre Etat par Etat pour assurer ses arrières. Dans la foulée, il remporte la Virginie, le Vermont et son homestate du Massachussets. Les caucus de l'Idaho et de l'Alaska se portent également sur sa candidature.

Rick Santorum poursuit sa stratégie de séduction des ultra-conservateurs
Les évangéliques se sont rendus massivement aux urnes. Une configuration qui profite à Santorum. Ces frange républicaine constitue les 3/4 des électeurs du Tennessee. L'Etat du sud tombe donc logiquement dans l'escarcelle de l'ancien sénateur de Pennsylvanie. Il s'arroge également l'Oklahoma et le caucus de Dakota du Nord.
Et surtout un certain pouvoir de nuisance auprès de Mitt Romney. Désormais, les délégués sont tellement éclatés entre les différents candidats, qu'aucun de ces derniers n'est certain d'atteindre le Graal des 1144 représentant pour décrocher la majorité lors de la Convention de Tampa.

Newt Gingrich, "la tortue parmi les lièvres" républicains
Sans surprise, Newt Gingrich emporte sa seule victoire sur ses terres de Géorgie. L'Etat dont il a été le représentant lui apporte 42 délégués de plus. L'ancien Speaker of the House veut y croire et adresse un tweet de mobilisation à ses supporters : "C'est gratifiant de remporter une victoire de façon si décisive dans mon fief et qui nous permet de lancer notre momentum de mars".

Gingrich ne veut donc pas laisser tomber la course. Et de renchérir dans son discours du soir : "Vous vous souvenez quand Tim Pawlenty devait me devancer? Et quand c'était au tour de Michele Bachmann ? Et ensuite cela devait être notre ami Herman Cain une première fois, pendant un bref moment c'était presque Donald Trump, puis une autre fois Rick Perry, et Herman Cain une seconde fois. Et maintenant, c'est Santorum. (...) Il y a beaucoup de lièvres qui courent pour cette élection, et je suis la tortue."
De ce point de vue là, Newt Gingrich n'a pas tort. La valse des favoris du GOP qui se joue depuis plus d'un commence à lasser les électeurs.

Ron Paul doit-il sortir de la course?
C'est la question que les observateurs politiques commencent à se poser. Sur Twitter, Ari Fleischer, ancien porte parole de George W. Bush, fait les comptes : "Après 21 Etats, Paul n'a toujours aucune victoire. Je sais qu'il mène une cause, mais en tant que candidat il devrait se retirer".
Grâce à ses secondes places réalisées dans les caucus de l'Idaho et du Dakota du Nord, le représentant du Texas totaliserait 60 délégués en tout. Un nombre qui peut faire la différence, alors que le Parti républicain apparait plus divisé et hétérogène que jamais.
Mais le libertarien ne laisse rien transparaitre de ses intentions dans son discours de Fargo. Il reste fidèle à ses valeurs en dénonçant le poids de l'état fédéral et pourfendant les entraves aux libertés individuelles.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math

Marjorie Paillon
Co-fondatrice et rédactrice en chef d'Ilovepolitics.info, Marjorie Paillon a couvert la course à la... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Laurent le 07/03/2012 17:43
Ces résultats ne sont en aucun cas une surprise. Tout le monde se doutait que le Super Tuesday ne démarquerait pas de vainqueur. C'est donc une course de longue haleine, où il y a peu de chance qu'un candidat gagne une dynamique décisive (le fameux "momentum") et où le but est de gagner le plus de délégués.

Romney a ici l'avantage de creuser l'écart. Bonne nouvelle pour lui, Gingrich remporte la Georgie, ce qui lui permet de rester dans la course. Car Gingrich fracture l'électorat ultra-conservateur peu favorable à Romney et handicape Santorum.

Et pour reprendre l'analogie de Gingrich, c'est plus Romney qui est la tortue dans cette histoire. Il n'a jamais été très haut dans les sondages, mais il a toujours été stable, alors que quasiment tous les autres candidats ont connu des bas, des haut, et puis des bas (Bachmann, Perry, Cain... et Gingrich). Mais il est encore trop tôt pour prédire si cela sera suffisant pour gagner l'investiture.

Santorum, quant à lui, a volé la place de challenger à Gingrich. Contrairement à ce que dit ce dernier, Santorum est bel et bien le candidat qui est le plus à même de remporter les états du sud.

Mauvaise soirée par contre pour Gingrich. Mis à part la Géorgie (dont il a été le représentant pendant 20 ans), il a été soit 3e soit 4e dans tous les autres états. Même dans l'Oklahoma et le Tennessee il a été devancé par Romney.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains