Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

Second débat présidentiel : Obama se réveille, Romney toujours combatif

le 17 Octobre 2012 à 08:51

Un vrai débat. C'est ce à quoi les 80 électeurs indécis triés sur le volet par CNN ont assisté en direct dans l'enceinte de l'université Hofstra ce mardi soir. 97 minutes où les deux candidats en lice pour la Maison Blanche se sont toisés, jaugés et empoignés sur des questions liées à la création d'emploi, l'économie, l'immigration illégale, le contrôle des armes à feux, la politique énergétique ou encore l'attentat contre le corps diplomatique américain à Benghazi. Un Barack Obama revigoré par ses conseillers de campagne contre un Mitt Romney voulant surfer sur la bonne vague des sondages. Résultat : un face-à-face tendu où chacun à tenté de convaincre qu'il est le meilleur choix pour l'Amérique.



Pugnaces. Barack Obama et Mitt Romney avaient rangé les gants de velours au vestiaire, et dégainé les petites phrases pour mieux tacler l'adversaire. A 3 semaines jour pour jour de l'élection présidentielle, les deux candidats jouent leur va-tout : Obama défend son bilan et plaide pour 4 de plus à la Maison Blanche, Romney martèle son plan en 5 points pour créer 12 millions de nouveaux emplois et doper la croissance américaine. Un plan républicain que le président démocrate résume en 1 point : " être sûr que les riches n'appliquent pas les règles du jeu."

Les deux compétiteurs se sont livré une joute verbale en répondant à une interrogation du public sur la politique énergétique. Car pour chacun d'entre eux, ce choix de l'énergie pétrolière ou verte est synonyme de créations d'emplois potentiels. Mais l'eldorado des énergies renouvelables prôné par Obama en 2008 s'est transformé en miroir aux alouettes. Romney est alors en attaque.

Ce débat a aussi été l'occasion d'une opération séduction de plusieurs typologies d'électeurs : la classe moyenne - qu'il faut cajoler en assurant de "réduire son fardeau fiscal", les hispaniques - encore à vif sur la question de l'immigration illégale, les femmes - à qui Obama comme Romney ont déclaré leur flamme car 53% des électeurs sont des électrices.


Restait la question de l'international. Bien que le troisième débat lui sera intégralement consacré le 22 octobre prochain, le panel a souhaité revenir sur la polémique déclenchée par la réaction tardive de l'administration Obama à l'attentat de Benghazi, où quatre fonctionnaires américains dont l'ambassadeur Stevens ont trouvé la mort le 11 septembre dernier. Mitt Romney s'empresse d'appuyer sur le prétendu manque de célérité de son compétiteur à qualifier cette attaque "d'acte terroriste". Les fact-checkers s'activent alors sur Twitter pour retrouver la transcription du discours prononcé par Barack Obama le 12 septembre dans la roseraie de la Maison Blanche. Vérifications faites, Candy Crowley, la modératrice du débat, renvoie alors Romney dans ses 40 mètres. Obama apporte le mot de la fin : "on ne peut pas faire de la sécurité nationale une question politicienne".

Les candidats ont également du jouer aux équilibristes sur plusieurs interrogations directes. Mitt Romney a du expliquer ce qui le différencie de George W. Bush sans froisser les ultra-conservateurs. Et Barack Obama expliquer les compromis consentis au long de ces quatre années, tout en redonnant confiance à ses électeurs de 2008. Mais c'est peut-être sur la dernière question de ce débat qu'ils se sont le plus révélés : se définir à défaut contre les attaques du camp adverse. Au républicain de décoller l'étiquette de milliardaire déconnecté de la réalité de la classe moyenne; au démocrate de faire oublier l'injure de "socialiste" dont l'affuble ses détracteurs.

Quelques soient les scores de ce second round, la campagne reprend son cours dès ce mercredi matin. Barack Obama est attendu dans l'Iowa et Mitt Romney en Virginie. Les deux Swing States pèsent lourd dans cette dernière phase. Si les sondages nationaux .realclearpolitics.com/epolls/latest_polls/ donnent une courte avance à l'ancien Gouverneur du Massachusetts, les études état par état montrent toujours un avantage Obama dans certains "battleground states". Les deux camps vont jeter toutes leurs forces dans ces trois dernières semaines de bataille pour faire mentir la loi des sondages.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math

Marjorie Paillon
Co-fondatrice et rédactrice en chef d'Ilovepolitics.info, Marjorie Paillon a couvert la course à la... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Ramz le 02/11/2012 08:06
Présentation et analyse fouillée de ce débat pugnace comme vous le dites. Pour une des rares fois un média prend le temps d'énoncer les propositions de Romney . Je pense que nous sommes très peu en Europe ou en Afrique à apprécier le personnage et pourtant c'est la première fois que j'entends parler des ses propositions sur la relance de la croissance.
Le troisième débat sur les questions internationales n'aura lui aussi malheureusement pas permis de changer la présentation caricaturale du candidat républicain à la télévision notamment.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains