Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

Scott Brown, le Républicain qui gâche l'anniversaire de Barack Obama

Marjorie Paillon le 20 Janvier 2010 à 10:27

Scott Brown, 41 ans, élu cette nuit sénateur du Massachusetts est le nouveau chouchou du Parti républicain. Pour cause : il vient de faire basculer la majorité démocrate au Congrès. Et va faire passer une très mauvaise journée à Barack Obama.



Scott Brown, compte Flickr State Senator Scott Brown, licence CC
Scott Brown, compte Flickr State Senator Scott Brown, licence CC
Scott Brown est un homme heureux. En une nuit, il vient de soutirer aux Démocrates leur bastion du Massachusetts - du jamais vu depuis 40 ans; fait se retourner Ted Kennedy dans sa tombe ; et envoie balader la majorité démocrate au Congrès en lui enlevant la 60ème voix sine qua non au vote de la réforme du système de santé.
En devenant le 41e sénateur républicain, Brown permet à son parti d’utiliser le "filibuster", la tactique d'obstruction parlementaire qui peut faire échouer les réformes voulues par le président.

En remportant 52% des voix, le nouveau sénateur du Massachusetts vient de se faire un nom à Boston, cette même ville où Barack Obama avait gravé le sien dans le marbre en 2004, en prononçant le discours de soutien à John Kerry. Une victoire républicaine, qui arrive comme un fait exprès, un an jour pour jour après l'investiture alors triomphale du Président Obama.

Alors, pour son discours d'après victoire, Scott Brown est d'humeur badine. Mieux même, il s'improvise comique troupier du Parti républicain et propose ses deux filles en mariage à ses supporters. Le nouveau sénateur du Massachusetts peut rire, il va faire passer une très mauvaise journée à Barack Obama.

Extrait du discours de victoire de Scott Brown, via TPMtv.
Le récit d'une nuit électorale au Massachusetts à retrouver sur le HuffingtonPost.com



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math



1.Posté par Laurent le 20/01/2010 16:45
Les démocrates n'ont ici qu'à s'en prendre à eux-même pour cette défaite cinglante (perdre dans le Massachusetts face à un inconnu, faut le faire!):

- Ce sont les démocrates (Ted Kennedy en premier, ironiquement) qui ont en effet passé une loi en 2004 pour qu'une élection spéciale soit organisée au cas où John Kerry (l'autre sénateur du Massachusetts) gagne la course à la maison blanche, au lieu que ce soit le gouverneur (alors républicain) qui ne désigne le successeur. Voter des lois pour un cas unique n'est jamais une bonne idée.

- Coakley était une très mauvaise candidate, qui a accumlé bourde sur bourde et a cru qu'elle était la candidate inévitable ("[faire campagne] à Fenway Park? Dans le froid? A serrer des mains?" a-t-elle dit à un journaliste)

- Une partie du résultat est un rejet de la politique des démocrates qui a tout sauf enthousiasmé (les démocrates ont récemment perdu dans le New Jersey, un autre de leur bastion). Par exemple, ils ont grandement continué la politique de Bush (celle-là même qu'ils ont décrié pendant tant de temps): accroissement des déficits, continuer le sauvetage des banques (mais pas des particuliers), envoyer plus d'hommes en Afghanistan.

Si les démocrates acceptent TOUTES leurs responsabilités et prennent acte, ils peuvent retourner la situation pour les mid-term elections de novembre. Mais le feront-ils?

2.Posté par French Ketchup le 20/01/2010 20:42
Il lui a surtout volé son thème de campagne:
http://frketchup.blogspot.com/2010/01/anniversaire-de-linvestiture-de-barack.html

Ce thème marche ne campagne mais une fois élu on est garanti de passer pour un traitre. Scott Brown va se heurter à la même réalité très bientôt.

3.Posté par Laurent le 20/01/2010 21:07
Il semble de fait que les deux partis n'ont pas compris que leurs victoires sont plus dues à leur adversaire au pouvoir qui se plante qu'à un plébicite de la part des électeurs.

Les démocrates ont cru que les américains étaient à fond derrière eux en novembre dernier, ce qui n'est pas vrai. Le nombre d'américains se disant républicains, démocrates et indépendant n'a pas changé au court des dernières années, avec une proportion non négligeable dans cette dernière catégorie.

De même, le Massachusetts a hier plus sanctionné les démocrates que voté républicain.

Le problème est que les deux partis ne se remettent pas beaucoup en cause. Lorsqu'ils gagnent ils croient que c'est parce qu'ils sont les meilleurs. Et lorsqu'ils perdent ils pensent que c'est la faute à la triche, pas de bol, etc.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains