Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

Sarah Palin : Bomb bomb bomb Russia

Marjorie Paillon le 12 Septembre 2008 à 15:44

Les médias attendaient la première interview de Sarah Palin. ABC News l'a fait. Charles Gibson a eu l'exclusivité : un entretien en deux parties avec la colistière de John McCain et des aveux troublants sur son programme de politique étrangère.



Sarah Palin a enfin parlé. Une interview très encadrée, sous le haut patronage de Steve Schmidt, qui avait fait le déplacement jusqu'à Fairbanks pour briefer Palin avant son premier entretien.

Sur la forme, la gouverneur de l'Alaska a retenu la leçon. Sarah Palin n'en démord pas : elle est prête à être vice-présidente, même présidente si les circonstances l'y amènent. Elle n'aurait "pas hésité" lorsque McCain lui a proposé d'être sa colistière. "Vous ne pouvez pas hésiter, vous devez être sûr d’être dévoué à une mission… celle pour laquelle nous nous battons : réformer ce pays et être victorieux dans cette guerre."

Sur le fond, cela se complique. La gouverneure de l'Alaska a reconnu que ses seules visites à l'étranger avaient été le Mexique et le Canada, en dehors du voyage effectué l'an dernier pour visiter les troupes américaines en Irak, au Koweit et en Allemagne. Elle a aussi avoué ne pas connaitre de chef d'Etats, bien qu'elle se soit entretenue par téléphone avec le président géorgien Saakashvili.

Pour appuyer sa réponse à une question sur la doctrine Bush, qui prône des guerres préventives contre des régimes hostiles aux Etats-Unis, Palin s'est exprimée : "je suis heureuse que sous Ronald Reagan nous ayons gagné la Guerre Froide." Vladimir Poutine est prévenu.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Sarah Palin sur ABC dans le texte et en image ici.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math



1.Posté par RenUS le 12/09/2008 16:16
Elle a surtout dit que les USA entreraient sûrement en guerre contre la Russie si elle attaquait à nouveau la Géorgie (quand elle sera sous l'égide de l'OTAN) et elle a eu raison, c'est ce qu'on appelle le devoir.Et puis si la Russie a osé attaquer la Géorgie c'est surtout parce qu'elle sait que les occidentaux (en particulier les pays d'Europe) ont trop peur d'une perspective d'affrontements militaires avec un gros pays.

D'un point de vue militaire et économique la Russie n'oserait pas affronter les USA, beaucoup plus puissants qu'eux, l'URSS n'avait déjà pas osé alors qu'elle était presque à armes égales.

2.Posté par RaGe le 12/09/2008 16:54
J'espere que Mme Palin sait ce que signifierait une guerre entre les deux plus grosses puissances nucleaires ... On n'en est pas a 10 ou 100 bombes nucleaires pres. Le "devoir" peut mener a un gros trou noir :)

Sinon elle affirme avoir une certaine connaissance de la Russie car on peut en voir les cotes depuis l'Alaska (par beau temps).
Ca c'est de la perspicacite en matiere de politique etrangere! La meme que celle de Bu$h.

Sans compter que Mme Palin est une fervante pentecotiste qui croit dur comme fer que Dieu a des plans pour l'Alaska (afflux massif d'Americains pour la fin du monde ... je schematise mais en gros c'est ca), je ne suis pas du tout rassure que cette femme possede les codes nucleaires, ou au cas de deces de McCain qu'elle se retrouve aux commandes.
Oh boy ...



3.Posté par Va-t-en-guerre le 12/09/2008 17:01
Les russes sont depuis longtemps clairs sur le fait qu'ils considèrent que l'entrée de la Géorgie dans l'OTAN est un Casus Belli. Partant de là, l'insistance des US à faire intégrer l'OTAN à la Géorgie est assez dérangeante. A croire qu'ils veulent provoquer sciemment un conflit.

Quant au fait de savoir qui à "gagner" la guerre froide ... il est vrai qu'une formule du type "qui n'a pas perdu ..." est moins vendeuse, quoique plus juste.

4.Posté par Wonderchris le 12/09/2008 17:15
Palin n'est pas une va en guerre comme vous le laissez sous-entendre , elle ne fait que rappeler la doctrine de L'Otan qui fut la même depuis ces 50 dernières années.
Les responsables russes veulent rejouer à l'URSS, rien de mieux que de leur rappeler qu'on connait la musique et la facon de transiger avec leurs méthodes.
Ce que vous semblez prendre pour une bourde monumentale dans la campagne présidentielle n'en est certainement pas une pour les électeurs américains.
En parlant "d'encadrement" de la possible vice présidente, n'oubliez pas que dans les faits elle a plus d'expérience qu'Obama en politique même si elle n'a pas parcouru le monde.
Vous sous estimez ou tronquez le camp que vous n'aimeriez manifestement pas voir accéder à la maison blanche et donnez une fausse image de la réalité de la politique américaine, alors journalistes ou faiseur, voir suiveur d'opinion?
N'oubliez pas que l'objectivité est la meilleure reconnaissance que l'on accorde aux journalistes.

5.Posté par Alpho T le 12/09/2008 18:15
@RenUS
"'URSS n'avait déjà pas osé alors qu'elle était presque à armes égales" ??

Il vous faudrait aller demander à quelqu'un de vous expliquer le pourquoi de la guerre froide. En effectif et en nombre d'ogives nucléaires, l'URSS (de Briejnev) était supérieur.

C'est une folie suicidaire de part et d'autre d'imaginer une confrontation militaire entre ses pays.

ENfin, il faut savoir que les pays d'Asie ont un pacte entre eux, le pacte de shanghaï celle-ci lie militairement la Russie et la Chine.

6.Posté par RaGe le 12/09/2008 18:29
@ wonderchris

J'aimerais voir a la maison blanche des individus responsables qui chercheraient d'abord une solution diplomatique plutot que de brandir l'arme sans meme analyser la situation. A croire que les 8 annees qui precedent ne leur ont rien enseigne aux Republicains.
La guerre, la peur, themes recurrents ...
Franchement Mme Palin a l'air bien mal a l'aise face aux questions relativement soft de John Gibson.

Regardez ca:
http://www.youtube.com/watch?v=fQzoUZM50S4
... meme pas cap' de repondre a une question simple (normal, il n'y a pas grd chose derriere le lipstick) et ca veut aller faire la guerre. Quel grand vice president! Presque aussi douee que Bu$h.

7.Posté par RenUS le 12/09/2008 18:37
Je préfère que le monde périsse sous le feu nucléaire plutôt que le laisser se faire à nouveau massacrer par les forces autoritaires, la liberté a été acquise au prix de nombreux sacrifices, s'il faut mourrir, autant mourrir libre, l'humanité ne pourrait pas finir plus honorablement.

8.Posté par Thomas le 12/09/2008 19:11
Déclarations irresponsables. On voit qu'elle ne connait rien en relations internationales. attaquer la Russie au non d'une alliance de la Georgie avec l'Otan, c'est s'attaquer aussi à la Chine et à l'Iran et autres pays de l'OSCE qui ont passé des allainces avec la russie. On sait donc où ça commence, mais on ne sait pas où s'arrête....

9.Posté par Gepeto le 12/09/2008 20:55
@Thomas : tu ne peux pas dire que ses déclarations sont irresponsables, et qu'elle n'y connaît rien, puisque John McCain dit qu'elle a constamment raison, qu'elle est la spécialiste américaine n°1 de l'énergie, et tout le monde sait bien que McCain sait tout ce qu'il y a à savoir sur ces sujets.

Non ?

Plus sérieusement, le dossier Russie - Géorgie est complexe, personne ne sait vraiment comment prendre les russes, et ce n'est pas dit que ses propos sur le dossier ait un gros impact. Par contre, le fait qu'elle n'ait aucune idée de ce qu'est la Doctrine Bush fait beaucoup plus parler et gratter les têtes, en particulier chez les journalistes et les républicains pour qui ces sujets sont importants, normalement des soutiens sans faille de McCain.

@Wonderchris : il n'existe aucun critère, subjectif, objectif, quantifiable ou pas, selon lequel on peut dire que Palin a plus d'expérience politique qu'Obama. Aucun, c'est un délire des républicains qui profitent que les journalistes américains confondent impartialité et neutralité pour dire tout et n'importe quoi.

10.Posté par Rene FL le 12/09/2008 21:48
@ Wonderchris et RenUS

Avec tout le respect que je vous dois, vous semblez avoir une vision aussi ignorante que dangereuse.
La Russie sait très bien aujourd'hui qu'elle ne peut pas reconstituer l'URSS et n'en a de la meme maniere pas l'intension. Il faut unpeu aller plus loin pour essayer de comprendre ce qui se passe avec la Georgie. La Russie n'a pas d'interet suffisant en Georgie au point de prendre le risque de se mettre la communauté international sur le dos.
Si la Russie a attaqué la Georgie, ce n'est pas necessaiement pour defendre les ossetiens qui y vivent, mais c'est davantage pour proteger sa frontière des Etats unis, elle veut le controle de la Georgie, pour eviter que les americains s'instalent à Tbilissi. Bien sur que si Les georgiens preferent les americains, c'est leur choix, mais ce qui s'est passé c'est exactement ce que le gouvernement americain veut faire avec la Geogie, et en plus avec unpeu plus de legitmité : Les ossetiens du sud, sont des populations essentiellement russe, ils ont les meme cultures et il y a pas de russes qui ont leurs familles en Ossetie et vice-versa. Meme si les russes avaient vendu cette partie de leur territoire à la georgie, c'est gens sont toujours resté dans le fond des russes.
Ils ont donc été attaqué par l'armée georgienne, ce qui a valu la riposte russe.
Si la Russie n'a pas le droit d'attaquer des peuples plus petits qu'eux, la Georgie non plus n'a pas ce droit, meme si ce petit peuple fait officielement parti de ton territoire.

De toute facon , la verité, c'est que les americains veulent encore unpeu plus se rapprocher de la Russie, et cette derniere use des moyens plus ou moins egaux pour empecher que ca arrive.

Quant à la gouverneure de l'Alaska, c'est juste un mauvais élève qui ne maitrise pas très bien sa leçon. Unpeu comme Bush junior, dans le Fond c'est pas elle la plus méchante...

11.Posté par Wonderchris le 12/09/2008 22:50
@ Rage

Ce ne sont pas vos positions qui ont garantis un équilibre des force entre les 2 superpuissances pendant des décénies, étudiez la crise de Cuba après on en reparle.
Quand au démocrates ou aux republicains ils sont assez responsables que pour se passer de votre jugement.
Veillez aussi a ne pas déformez ses propos, elle ne veut pas la guerre, elle réafirme juste la doctrine initiale de l'Otan qui n'a jamais variée d'un iota.

12.Posté par Wonderchris le 12/09/2008 23:01
Merci de votre lecon Rene FL
Je vous apprendrais que les USA sont déjà en Georgie et que la vision Russe que vous avez donnez est la bonne, elle utilise la carte des russes d'Ossétie pour argumenter sa politique et reprendre dans sa sphère d'influence d'ex-zones soviétique, sachez juste une chose, l'Allemagne nazie a fait pareil avec les Sudètes.Qui garanti que demain la Russie n'use pas du même stratagème en Ukraine?
La seule chose incompréhensible de la part de Tbilissi c'est d'être tombé dans le piège de la provocation des séparatistes ossètes, qui je le rappelle est tout de même un territoire Georgien reconnu internationalement, peu importe le nombre de russe y vivant.
Le président Georgien a fait une grave erreur, un ans tout au plus deux et la Georgie rentrait dans l'Otan, la Russie n'aurait pas pu agir comme elle l'a fait cet été.
Vous avez certainement des choses a m'apprendre mais je vous invite à relire vos livres d'histoire.

13.Posté par RaGe le 12/09/2008 23:18


Il ya qques jours Mme Palin ne savait pas trop ce que faisait un vice-president de ses journees, la preuve en images:

http://www.youtube.com/watch?v=b4gkPXSDtGQ


Elle y affirmait qu'elle avait aussi un "pretty cool job here too as governor of Alaska" (en comparaison a celui de VP).

Pathetique ...


14.Posté par rico le 12/09/2008 23:48
C'est un sacré coup de génie de la part de Mac Cain la nomination de Palin comme VP.

Vous rendez vous compte que ce sont maintenant les démocrates eux-mêmes qui ramènent la peur de l'inexpérience au 1er plan ?
Tout ça pour une candidate VP alors que ce thème est hautement destructeur pour Obama, candidat titulaire !
Et cerise sur le gateau, après une primaire fortement clivante entre les électorats démocrates noir et féminin, les Obamistes sont en train de se braquer contre une femme !

A l'inverse, c'est ahurissant de voir à quel point les démocrates manquent de sens politique.

15.Posté par Funnymine le 13/09/2008 07:10
Dans la troisième partie de l'interview, Savah Paloin défend...le pont vers nulle part.

Après ça, je suis curieux de voir ce que ses adeptes vont encore nous sortir pour sauver les meubles...

16.Posté par jakouty le 13/09/2008 09:09
Je vous en prie cette dame ne merite pas d'etre vice presidente ainsi que son papa Mc Cain car nous n'avons besoin d'une 3eme guerre mondiale.Avec de telle declaration c'est dangereux alors b[b[ilovepolitics]b]b que fais tu pour arreter un tel scandal et puis ce duo monte au sondage?

17.Posté par annegc1 le 13/09/2008 11:04
Le rôle joué par le camp de McCain dans le conflit entre la Georgie et la Russie n'a pas du tout été neutre. D'ailleurs, comment pouvait-il l'être puisque l'un des plus proches conseillers en matière de politique étrangère de McCain était voilà encore quelques semaines lobbyiste pour la Georgie.

Ensuite, Wonderchris, certes, elle ne fait que rappeler la doctrine de l'OTAN, sauf que la Georgie n'en fait pas partie et il est peu probable qu'elle n'en fasse partie avant un long moment...

Je rejoins Gepeto, ce ne sont pas ces déclarations sur le suejt qui font le plus couler d'encre mais bien son ignorance de la doctrine Bush... étonnant!


18.Posté par annegc1 le 13/09/2008 11:17
Sa déclaration pour le départ des troupes d'Alaska vers l'Irak (dont son fils) est autrement plus inquiétante que cette déclaration. Même Bush lui même n'ose plus proférer de tels mensonges sur l'Irak.

[//www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2008/09/11/AR2008091103789_pf.html

19.Posté par ben le 13/09/2008 12:34
Palin n'a pas l'expérience pour etre présidente mais Obama non plus et c'est quand meme Obama qui se présente directement pour le poste: le boulot d'assistant social, d'avocat ou de presse bouton (sénateur) ne prépare en rien à etre président.

Alors à la place des démocrates, je la bouclerais sur le sujet...

Concernant les propos de Palin, outre que le terme de doctrine Bush est peu utilisé, y compris en droit international (on parle directement de "guerre préventive", terme beaucoup plus clair), elle s'est bornée à rappeller le fonction de l'OTAN: un membre est attaqué, ses alliés le défendent.

Enfin, c'est bien Reagan qui a largement contribué à l'écroulement de l'URSS en ruinant l'URSSS dans la course aux armements.

20.Posté par Wonderchris le 13/09/2008 14:48
@ Annegc1

Vous ne dite pas tout, elle a parlé d'une guerre avec la Russie si la Russie s'en prenait a la Géorige si cette dernière était un membre de l'OTAN.
Ce qu'elle envisage à l'avenir pour la Georgie tout comme pour l'Ukraine.

En lisant tout les médias Francais "sérieux" , pas un n'a été capable de remettre la phrase dans son contexte dans leur titres, sensationnalisme quand tu nous tient!
Ce n'est plus de l'information mais de la désinformation.

21.Posté par Rene FL le 13/09/2008 15:09
@ Wonderchris

Pour avoir vecu en Russie et aux USA, je peux vous garantir que les livres d'histoires sont bien differents de l'ouest à l'est.
Il faut pas non plus preter des intentions à la Russie qu'elle n'a pas...c'est avec des raisonnements pareils que Bush est allé bombarder l'Iraq! Le gouvernement russes est unpeu sensé Wonderchrist: meme s'il en nourrissait l'envie, ils savent qu'ils ne pourraient jamais reconstituer leur empire. Le monde a bien changé, la Russie a bien changé, et les russes aussi sont entrain de bien changer. La Russie ne pourra pas et ne s'attaquera pas à l'Ukraine. Leur essentiel soucis aujourd'hui est de rester autant que possible independamment de l'occident et precisement des etats unis.
On est en 2008! Et si vous comme j'ai compris, avez bien appris l'histoire, eh bien vous devez savoir aussi que la conjoncture qui a entrainer la naissance de l'empire sovietique, la seconde mondiale etc...jusqu'à la guerre froide n'est plus du tout la meme aujourd'hui.
Je pense que le gouvernement americain va finir par atteindre ses objectifs, mais les russes aussi ne peuvent pas laisser tout se passer sur leur nez sans reagir et ils veulent aussi autant que possible reduire ou ralentir ce processus.
Cette histoire ressemble unpeu à ce qui c'était passé à Cuba avec le president JFK...

Pour l'histoire avec Palin, pas sur que cette idylle dure une 50aine de jours. La difference avec Obama, est que les gens savent pourquoi ils suivent son mouvement. La gouverneure de l'Alaska, peu d'americains la connaissent et ceux qui la suivent ne le font pas pour ses convictions (parce qu'ils ne les connaissent pas).

22.Posté par dolcevita le 13/09/2008 16:58
Et c'est sur elle qu'ils comptent tous pour régler les questions internationales?
Cette interview est une preuve que Palin a été un choix de dernière minute.
Quand je pense qu'ABC a du éditer l'entretien à plusieurs reprises car elle était souvent hors sujet et que le journaliste lui même en savait plus qu'elle ... Et pourtant malgré son incompétence, son fanatisme religieux ( quand elle s'exprime sur la guerre en Iraq elle utilise la même terminologie que les terroristes!!) et son hypocrisie, je suis persuadée que les Républicains vont gagner !

J'ai tout de même hâte de voir ce que vont donner les débats.

23.Posté par DOUGATH le 13/09/2008 17:07

Ben , Wonderchris, faites pas diversion, et la mauvaise foi "chevillée au corps", rentrez tranquillement en cachette dire que à GROVE que c'est dangereux de laisser le soldat Palin face aux caméras. Et de Grâce haïr Obama c'est votre droit, mais je risque de tomber dans l'injure que Dieu m'en garde, il n'y pas match entre Biden et Sarah Palin. Elle tremblait de tout son être devant Charly, ne comprenait pas la question. normal le manque de culture. Donc inutile de vouloir expliquer les grands axes de la guerre froide à sa place. Ce n'est pas le sujet. Le sujet c'est qu'elle n'a pas compris la singification du mot doctrine OH MY GOD! Avec Sarah et John "S" qu' elle aime à rappeler l moi je dirai SAME bush, donc SARAH ET John Same BushCain commence le trou noir, la destruction d'un rêve auquel nous croyions tous, d'un pays jadis puissant qui risque de tomber entre les mains des amoureux des "gaffes" dixit MAC SAME BUSHCAIN. Ainsi Sarah presque novice, ne comprenant rien du mot doctrine, avec des casseroles révélateur est READY TO LEAD? TO BE THE PRESIDENT OF THE UNITED STATES OF AMERICA. Tout sauf le noir OBAMA; Pauvre Amérique que nous aimons tout. La troisième guerre mondiale n'est plus loin ce sont des illuminés comme Palin qui la déclenche.

24.Posté par ben le 14/09/2008 12:34

Il n'y a pas que Pallin qui ne savait pas ce que c'était... Gibson non plus! Et ma main au feu que personne sur ce blog n'aurait pu donner une définition adéquate dans la seconde.

Charlie Gibson's Gaffe
By Charles Krauthammer

"Ms. Palin most visibly stumbled when she was asked by Mr. Gibson if she agreed with the Bush doctrine. Ms. Palin did not seem to know what he was talking about. Mr. Gibson, sounding like an impatient teacher, informed her that it meant the right of `anticipatory self-defense.'" -- New York Times, Sept. 12

WASHINGTON -- Informed her? Rubbish.

The Times got it wrong. And Charlie Gibson got it wrong.

There is no single meaning of the Bush doctrine. In fact, there have been four distinct meanings, each one succeeding another over the eight years of this administration -- and the one Charlie Gibson cited is not the one in common usage today.

He asked Palin, "Do you agree with the Bush doctrine?"

She responded, quite sensibly to a question that is ambiguous, "In what respect, Charlie?"

Sensing his "gotcha" moment, Gibson refused to tell her. After making her fish for the answer, he grudgingly explained to the moose-hunting rube that the Bush doctrine "is that we have the right of anticipatory self-defense."

Wrong.

I know something about the subject because, as the Wikipedia entry on the Bush doctrine notes, I was the first to use the term. In the cover essay of the June 4, 2001, issue of The Weekly Standard titled, "The Bush Doctrine: ABM, Kyoto, and the New American Unilateralism," I suggested that the Bush administration policies of unilaterally withdrawing from the ABM treaty and rejecting the Kyoto protocol, together with others, amounted to a radical change in foreign policy that should be called the Bush doctrine.

Then came 9/11, and that notion was immediately superseded by the advent of the war on terror. In his address to Congress nine days later, Bush declared: "Either you are with us, or you are with the terrorists. From this day forward, any nation that continues to harbor or support terrorism will be regarded by the United States as a hostile regime." This "with us or against us" policy regarding terror -- first deployed against Pakistan when Secretary of State Colin Powell gave President Musharraf that seven-point ultimatum to end support for the Taliban and support our attack on Afghanistan -- became the essence of the Bush Doctrine.

Until Iraq. A year later, when the Iraq War was looming, Bush offered his major justification by enunciating a doctrine of pre-emptive war. This is the one Charlie Gibson thinks is the Bush doctrine.

It's not. It's the third in a series and was superseded by the fourth and current definition of the Bush doctrine, the most sweeping formulation of Bush foreign policy and the one that most distinctively defines it: the idea that the fundamental mission of American foreign policy is to spread democracy throughout the world. It was most dramatically enunciated in Bush's second inaugural address: "The survival of liberty in our land increasingly depends on the success of liberty in other lands. The best hope for peace in our world is the expansion of freedom in all the world."

This declaration of a sweeping, universal American freedom agenda was consciously meant to echo John Kennedy's pledge that the United States "shall pay any price, bear any burden ... to assure the survival and the success of liberty." It draws also from the Truman doctrine of March 1947 and from Wilson's 14 points.

If I were in any public foreign policy debate today, and my adversary were to raise the Bush doctrine, both I and the audience would assume -- unless my interlocutor annotated the reference otherwise -- that he was speaking about Bush's grandly proclaimed (and widely attacked) freedom agenda.

Not the Gibson doctrine of pre-emption.

Not the "with us or against us" no-neutrality-is-permitted policy of the immediate post-9/11 days.

Not the unilateralism that characterized the pre-9/11 first year of the Bush administration.

Presidential doctrines are inherently malleable and difficult to define. The only fixed "doctrines" in American history are the Monroe and the Truman doctrines, which came out of single presidential statements during administrations where there were few conflicting foreign policy crosscurrents.

Such is not the case with the Bush doctrine.

Yes, Palin didn't know what it is. But neither does Gibson. And at least she didn't pretend to know -- while he looked down his nose and over his glasses with weary disdain, "sounding like an impatient teacher," as the Times noted. In doing so, he captured perfectly the establishment snobbery and intellectual condescension that has characterized the chattering classes' reaction to the phenom who presumes to play on their stage.

letters@charleskrauthammer.com

A Rene FL: il faut avoir vécu sur la planète mars pour ne pas savoir que Sarah Palin est conservatrice. L'engouement qu'elle suscite chez les conservateurs (majoritaires aux States) ne retombera que si elle fait gaffe sur gaffe (ce qui n'est pas le cas) ou qu'elle modère ses positions.

25.Posté par dori le 19/09/2008 10:24
Que quelqu'un m'explique à quoi sert l'OTAN. Georgie dans l'OTAN, Ukraine dans l'OTAN...et puis quoi encore? Je crois que l'IRAN doit se dépécher d'avoir la bombe atomique. Il nous faut rapidement un contre-poids. Du courage Poutine, le monde civilisé est derrière toi.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains