Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Analyses & Interviews

Rudolf Giuliani ou la « non campagne »

Barthélémy Courmont le 14 Janvier 2008 à 17:30

par Barthélémy Courmont, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Rudolf Giuliani n'a pas simplement fait une mauvaise campagne jusqu'à maintenant, il n'a pas fait campagne du tout !



Rudolf Giuliani ou la « non campagne »
Etrange campagne électorale que celle de Rudolf Giuliani. Le « maire de l’Amérique », comme le définissait ses supporters après ses multiples apparitions dans les médias consécutivement aux attentats du 11 septembre 2001, était, avec Hillary Clinton, le plus célèbre des candidats à l’élection présidentielle quand il décida de se lancer dans la course. Deux véritables guest stars, une dans chaque camp, que chaque américain ou presque connaissait. John Edwards chez les Démocrates et John McCain chez les Républicains faisaient pour leur part office de « supporting actors », connus dans le monde politique, mais un peu moins que Giuliani et Clinton sur la scène publique.

Un avantage pour le moins important dans un pays qui, dans le cas des présidentielles, a souvent tendance à privilégier l’image des candidats. Les représentations multiples du président des Etats-Unis dans les superproductions hollywoodiennes suffisent à elles-seules à illustrer le statut particulier de cette personnalité politique, qui s’invite dans les foyers de chaque américain. Dans ces conditions, partir en campagne avec une notoriété considérable offrait à Giuliani un avantage de poids par rapport à ses adversaires, certains étant même totalement inconnus du grand public quand ils décidèrent de briguer la fonction suprême.

Deux semaines après le début des Primaires, et devant les premiers résultats qui indiquent les rapports de force, cet avantage a totalement disparu. La faute à un candidat qui, peut-être trop sûr de ses chances, a malgré lui refusé de faire campagne, et laissé ses adversaires occuper le devant de la scène, et le mettre progressivement de plus en plus à l’écart.

Alors que ses principaux adversaires étaient à Des Moines pour commenter les résultats des caucus de l’Iowa du 3 janvier, lui était en duplex depuis Miami, en Floride, quand les médias américains l’interrogèrent sur son piètre score. L’ancien maire de New York, loin de se sentir affaibli par ce résultat, avait alors réaffirmé que sa stratégie de campagne était de porter son effort sur les 50 Etats, sans chercher à mener la course dans l’un après l’autre. De nombreux analystes estiment que cette stratégie est très périlleuse, car contraire même au principe des primaires, qui voudrait que les candidats effectuent un tour des Etats-Unis, en faisant campagne auprès de l’électorat, et non par médias nationaux interposés. Depuis Miami, Giuliani est apparu quelque peu dédaigneux à l’égard des électeurs de l’Iowa, quand il expliqua dans un large sourire qu’il préférait faire campagne dans des Etats plus peuplés, et donc proposant un nombre plus important de délégués pour la convention républicaine nationale. Mais dans le même temps, il expliquait cependant, dans un élan de modestie, qu’il ferait campagne dans le New Hampshire, troisième Etat à se prononcer en faveur d’un candidat républicain après les caucus du Wyoming, peu relayés dans les médias. Mais sa présence dans le New Hampshire se réduisit à quelques interventions dans des salles peu remplies, et son score, certes nettement supérieur à celui de l’Iowa, fut malgré tout encore une désillusion pour le candidat qui s’imposait, il y a encore quelques semaines, comme une évidence dans le camp républicain. Et puis, faut-il le rappeler, Giuliani a bien essayé de faire campagne dans l’Iowa, mais des problèmes de santé limitèrent ses déplacements.

Aujourd’hui, Giuliani voit ses chances de remporter l’investiture républicaine de plus en plus minces, même s’il lui reste l’espoir de pouvoir s’affirmer dans des Etats peuplés, comme la Floride, et de retrouver des forces avant le super tuesday du 5 février. Après Romney et Huckabee, contraints à une campagne de terrain du fait de leur manque de notoriété, c’est désormais John McCain qui lui vole la vedette, et s’impose de plus en plus comme le candidat à battre dans le Grand Old Party.

Le constat est là, aussi sévère qu’implacable : Rudolf Giuliani n’a pas simplement fait une mauvaise campagne jusqu’à maintenant, il n’a pas fait campagne du tout ! Sa stratégie de campagne reposant sur l’idée que l’élection américaine se fait sur 50 Etats est dangereuse dans la mesure où elle semble oublier au passage que le système des primaires est justement conçu pour permettre à chaque Etat de jouer un rôle important. Si les primaires avaient débuté avec un super Tuesday, dans lequel près de la moitié des Etats (dont certains parmi les plus peuplés), cette stratégie aurait pu être efficace. Mais comme ce sont justement des petits Etats qui, en désignant leurs délégués en premier, donnent le ton de la campagne, Giuliani se retrouve pris à son propre piège d’avoir laissé filer les autres dans les plaines enneigées de l’Iowa.

Mais cette carence semble cacher un autre problème dans la campagne de Rudolf Giuliani, peut-être plus sérieux encore : l’ancien maire de New York n’a pas fait campagne parce qu’il est en décalage complet avec les enjeux de cette campagne présidentielle. Son discours porte essentiellement sur la sécurité, et sur le leadership que confère la fonction présidentielle, leadership qu’il serait selon lui dangereux de confier à une personne pas assez qualifiée. Lui ayant, selon sa perception, fait la démonstration de ses capacités après les attentats du 11 septembre, il serait le seul à même de pouvoir assurer aux Américains la sécurité à laquelle ils aspirent. Mais les faits sont là. Si un tel discours avait largement de quoi séduire en 2004, Bush ayant en grande partie été réélu grâce à un discours autour du thème de la sécurité, les électeurs ont cette fois d’autres préoccupations, au premier rang desquelles l’économie et les questions sociales. Dans un tel contexte, les thèmes abordés par Giuliani ne répondent plus aux attentes de l’électorat, qui lui préfère des discours porteurs d’espoirs comme ceux de McCain ou d’Huckabee, pour ne mentionner que les Républicains. Bref, la campagne de Giuliani a été, dans ses débuts du moins, un échec total. Il lui reste désormais trois semaines pour inverser la tendance et remonter la pente avant le super Tuesday, une période particulièrement courte quand on constate que les autres sont déjà sur le terrain de la politique économique, et que Giuliani n’a pas encore fait la moindre proposition concrète dans ce sens. Il est hautement probable que ses scores lors du super Tuesday soient très nettement supérieurs aux résultats de l’Iowa et du New Hampshire, mais il y a également de fortes chances pour qu’il soit déjà trop tard. Et peut-être qu’on écrira bientôt Rudolf Giuliani, ou l’homme qui aurait pu être président des Etats-Unis…

Retrouvez l'IRIS sur son site Internet : www.iris-france.org
Article reproduit dans le cadre du partenariat entre l'IRIS et Ilovepolitics.info - Tous droits réservés




1.Posté par pat le 14/01/2008 18:11
La non-campagne de R. Guiliani ne serais peut être qu'en rapport avec son état physique (n'oubllions pas le fait qu'il a été traité pour un cancer de la prostate) . Il aurais énormément de mal à parcourir les Etats-Unis sachant que la course à la Maison Blanche est longue. Sachant aussi que si il rentre tôt dans la course, il prend aussi le risque de voir apparaitre des "casseroles" sur ses antécédents ou la presse de canivaux ou les adversaires républicains se ferait un plaisir de divulguer (par ex. son divorce, les rapports avec sa maitresse...). Pour lui la course me semble déjà fini mais méfions nous des revirements de situations dont seul les Etats-Unis ont le secret.

2.Posté par Y. A. le 15/01/2008 11:54
R.Giuliani, qui ne cesse de clamer que les Etats Unis sont encore grandement sous la menace d'un attaque, se presente comme le seul qui pourrais proteger le pays. Message qui resonne "vieux", et qui est assortie d'images du 11 Sept., ainsi que des images de fondamentalistes Musulman. Il utilise aussi l'assassinat de Mme. Buttho, comme support pour sa campagne, ce qui est bien dommage, mais aussi, bien "Americain".

Sa "non-campagne" , changera puisqu'il dit "Tout miser sur la Floride", etat clef, de ces primaires Americaines, et etat dans lequel il est en tete des sondages. Rappellons que Mr. Giulliani, est un ami du President actuel, et que la Floride est gouverne par Jeb Bush, frere du President des USA. Ses discours, qui semblent ne plus resonner avec ce que les gens attendent ici aux USA, sont a la limite de la suspicion, puisqu'ils laissent sous entendre que quelque choses devrait se passer, et ce sur un ton tellement certain, qu'il apparait savoir quelque chose qu'il cache. Ce message rappelle un peu la menace qu'avait lance Dick CHeney, lors des presidentielles de 2004, ou il avait dit, sur le ton de la mise en garde menacante : "Quelque chose va se passer si les Americains votent pour le mauvais candidat..."
En attendant, Mr. Giuliani a ete appercu plusieurs fois prendre l'avion Presidentiel, avec George Bush, et le President lui-meme a annonce qu'il etait confiant que les Republicains garderaient la Maison Blanche. Est-ce encore une tactique de la peur, ou sait-il quelque chose? La confiance de l'ancient Maire de New York intrigue.
Donc, a observer.

Presse Francophone bureau Nord Americain Los Angeles

3.Posté par Laurent le 18/01/2008 03:49
Je ne suis pas d'accord avec l'analyse de cet article. Si Giuliani avait fait campagne dans les petits états, un echec aurait eu beaucoup plus de répercutions. Les primaires sont principalement un jeu de gestion des attentes. Créer la surprise si l'on peut, mais surtout ne pas décevoir. Pour l'instant il peut expliquer son faible score sur le fait qu'il n'a pas fait campagne dans les états qui ont déjà voté.

Pourquoi cette tactique? Si Giuliani jouit d'une grande popularité dans les sondages il doit jouer serré *depuis le début*. Il est en effet très à gauche pour un Républicain. Pour le droit à l'avortement, pro-gay, pour le contrôle des armes, et pas exactement une image "family-friendly" (son fils ne veut plus le voir).

Giuliani n'a donc pas forcément eu tort de bouder l'Iowa et le New Hampshire car ce sont des états ruraux où il n'avait que très peu de chance de faire un bon score. Il se concentre sur les états plus urbanisés comme la Floride, New York ou la Californie où il a beaucoup plus de chance.

Giuliani ne boude pas les petits états au profit des gros états, il évite les états ruraux pour se concentrer sur les états plus urbanisés.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains