Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

Réforme du système de santé : "Barack Obama joue son va-tout"

Marjorie Paillon le 9 Septembre 2009 à 14:58

A l'occasion de la sortie de son ouvrage "Vivre avec les Américains" (ed. L'Archipel), Ilovepolitics.info a rencontré François Clémenceau, correspondant permanent d'Europe 1 à Washington. Le journaliste a répondu à nos questions, à quelques heures du discours décisif de Barack Obama devant le Congrès et à quelques jours de son premier 11 septembre de président.



ILovePolitics : Les Américains ont largement soutenu la réforme du système de santé et de l'assurance maladie promue par le candidat Obama. Mais le Président semble avoir plus de mal à faire passer la pilule auprès de l'opinion publique. Quelle est votre analyse ?

François Clémenceau : L'opinion publique est déboussolée. Barack Obama a mélangé les thématiques : il veut réformer en même temps le système de santé et l'assurance maladie. Ces deux chantiers ont donné lieu à beaucoup de désinformation, de non-dits alors même que les termes du débats n'étaient pas bien définis. L'administration Obama veut-elle aller vers un système "à l'européenne", un système mutualisé ? Tout cela reste très flou pour les citoyens américains. Alors que Barack Obama est d'ordinaire très présent sur ce type de questions, on a assisté à une absence du discours présidentiel. S'il a choisi de s'exprimer ce soir devant le Congrès pour défendre sa réforme, c'est qu'il est conscient qu'il ne lui reste pas beaucoup de marge de manœuvre. D'abord parce que l'opposition républicaine a saboté les travail des commissions du Congrès, en ralentissant le débat. Ensuite, parce que les "Blue Dogs Democrats" sont eux aussi hostiles au coût qu'engendrerait une telle réforme, estimé à mille milliards de dollars.
Barack Obama est réticent au passage en force, il devrait donc jouer la carte du compromis lors du discours de ce mercredi.

Cette double réforme prend la forme d'un match Démocrates contre Républicains dans la perspective des élections de mi-mandat de novembre 2010. Le Président pourrait-il connaitre son premier revers ?

Barack Obama joue son va-tout et il le sait. Il ne veut pas reproduire le schéma du couple Clinton en 1994. Cette première tentative de réforme du système de santé avait échoué car Hillary Clinton en avait fait une affaire personnelle. Obama a compris qu'il doit en faire un défi pour la société américaine. Quitte à faire voter sa réforme en deux temps : les fondements du système de santé d'abord, l'assurance maladie ensuite. Mais s'il échoue, ce sera l'échec d'un seul homme.

Le Président doit aussi lutter contre l'individualisme dont les Américains ont fait un des fondements de leur société. Le Parti républicain a donc un avantage culturel sur Barack Obama, mais ne propose pas d'alternative à la réforme proposée. Or, les Américains sentent confusément qu'ils ont besoin d'un changement de leur système de santé, même si l'idée de devoir payer pour les autres ne passe pas. Barack Obama va devoir déployer ses talents de pédagogue.

Cette semaine est chargée en actualité pour l'administration Obama. Vendredi, le Président assistera aux commémorations des attaques du 11 septembre. Dans quelques semaines, il devrait demander l'appui du Congrès pour envoyer des renforts de troupes en Afghanistan, à l'heure où 6 Américains sur 10 se disent opposés à cette guerre.

Ce sera le premier 11 septembre de Barack Obama en tant que président. Et cette épreuve est lourde de sens. Il va devoir jouer sur la sémantique pour faire oublier la "guerre contre le terrorisme" lancée sur le front afghan par George W. Bush. Obama a d'ailleurs récusé ce terme tout au long de sa campagne présidentielle. L'idée est de passer d'une guerre de choix à une guerre de nécessité. D'autant plus que l'équipe Obama est malgré tout conservatrice. D'Hillary Clinton, à Robert Gates en passant par Rahm Emmanuel, les membres de son administration ont supporté la guerre en Afghanistan. Cet héritage pèse sur ses décisions en la matière. Mais son intelligence est de faire passer l'Amérique d'un patriotisme va-t-en-guerre à un patriotisme recentré autour de l'armée et des victimes.

Retrouvez le livre de François Clémenceau, "Vivre avec les Américains" (éd. L'Archipel) dans la librairie en ligne d'ILovePolitics ou ci-dessous :




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math



1.Posté par Laurent le 09/09/2009 14:17
Les américains n'ont pas soutenu la réforme du système de santé d'Obama pendant la campagne. Ils ont voté pour "le changement".

Le problème avec le changement est que chacun voit midi à sa porte. Tout le monde imagine les "bons" changements (pour eux) sans voir les sacrifices.

Cela dit, je suis d'accord avec M. Clémenceau, la communication d'Obama a été très confuse, ce qui a permit aux conservateurs de faire de la désinformation.

2.Posté par estec le 14/09/2009 01:26
Quand même pas la faute des conservateurs si Obama est flou. En plus, à la quantité de républicains élus, pas de leurs fautes si le projet patauge dans molasse. Oui il y a des problèmes dans le système d'assurance privé, mais au lieu de légiférer pour protéger les consommateurs, ça préfère nationaliser le système d'assurance et peut-être plus. Je doute que les compagnies d’assurances fassent plus de profit que celles de cellulaires et autres gadgets. Évidemment, beaucoup de citoyens vivant dans un système de santé socialisé aimeraient bien, ça leur donnerait l'impression que le socialisme est bon. Pas parce que tu donnes des bons de pains aux pauvres qu'il faut nationaliser les boulangeries, créer un ministère du pain...

3.Posté par anne le 09/11/2009 09:06
Très curieusement, une large partie de l’opinion publique n’est pas non plus favorable à cette réforme, par peur de perdre les avantages de leurs acquis.

Par contre, les grandes entreprises qui financement l’assurance santé de leurs salariés y voient la possibilité d’une réduction de leurs charges sociales.

Cependant, l’obstination de Barack Obama est de bonne augure, il a des chances de faire passer sa réforme, même aux prix de quelques concessions

4.Posté par gode le 26/02/2010 16:24
les Républicains semblent mettre en oeuvre leur promesse de saboter la présidence Obama. Refuser de negocier quoi que ce soit comme ils le font relève du sabotage pur et simple.

Et à mon avis faire passer la réforme en force pourrait déclencher une levée de bouclier sans pareil. en effet vu l'extrêmisme de certaines chaînes comme Fox news et de certains leader Républicains, On pourrait encourager les gens à la désobéissance civile, ce qui pourrait conduire l'Amérique vers de grands troubles.

La question est : va-t'on reculer devant des extremistes visiblement prêts à tout, ou bien les démocrates vont-ils prendre leurs responsabilité et administrer de force le traitement douloureux à ce grand malade qu'est l'Amérique?

5.Posté par Laurent le 26/02/2010 17:57
Un article fort intéressant de Susan Estrich intitulé What Went Wrong donne un autre point de vue fort pertinent. Pour info, Susan Estrich est une démocrate pure et dure, qui a travaillé entre autres pour Michael Dukakis et Ted Kennedy.

Selon elle - et je suis totalement d'accord - le problème n'est pas une histoire de communication comme les démocrates le pensent, mais qu'une majorité d'américains ne veulent PAS de ce plan (à tort ou à raison). Beaucoup sont alarmés par le niveau de dettes du pays et se demandent qui va payer la coûteuse réforme.

En ces temps de crise, les américains attendent de la maison blanche que sa priorité soit l'emploi et non l'assurance santé. Le vote-sanction du Massachusetts le mois dernier est révélateur. Comme disait Bill Blinton, "It's the economy stupid!"

6.Posté par cleopatre le 25/03/2010 10:26
Des républicains ont identifié des vices de procédure. Le texte devra être en partie revoté. C’est le porte-parole du chef de la majorité démocrate au Sénat qui a lui-même annoncé la nouvelle

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains