Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Analyses & Interviews

Quel ticket pour les Démocrates ?

Barthélémy Courmont le 10 Mars 2008 à 09:58

par Barthélémy Courmont, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). La perspective d'un ticket Obama-Clinton, ou Clinton-Obama semble de plus en plus concrète, mais elle reste encore au stade des manœuvres politiques.



Quel ticket pour les Démocrates ?
Après la victoire assez nette de Barack Obama au Wyoming, certes anecdotique en nombre de délégués (le Wyoming étant l’un des Etats les moins peuplés), et avant le Mississippi, l’activité politique du weekend au sein du parti démocrate s’est portée sur les perspectives d’un ticket, à l’heure où les Républicains ont déjà le regard porté sur le 4 novembre, tandis que les deux candidats démocrates continuent leur campagne difficile et souvent (trop) agressive. Il faut dire en effet qu’après le Mississippi, la Pennsylvanie sera le prochain Etat à se prononcer, mais le 22 avril, soit dans plus d’un mois. La course aux Primaires va donc connaître une pause, et c’est sur d’autres terrains que les candidats vont devoir s’affronter, avec en ligne de mire les super délégués.

Le camp Clinton s’est montré très actif sur la question du ticket présidentiel, en invitant Obama à rejoindre la campagne de la sénatrice de New York et accepter d’être candidat à la vice-présidence. Bill Clinton, pourtant en retrait ces dernières semaines après avoir été critiqué pour ses interventions trop marquées, et contre-productives, dans la campagne de son épouse, est remonté au créneau, avec comme slogan le rassemblement de toutes les forces du parti en vue de vaincre John McCain. Pour l’ancien président, les Démocrates disposent d’une opportunité historique de reprendre la Maison-Blanche, à condition de se montrer unis. C’est ainsi qu’il a proposé à Obama de composer un ticket, dans lequel ce dernier accepterait le second rôle.

Problème, et pas des moindres, le sénateur de l’Illinois est toujours, assez nettement, en tête en nombre de délégués, et si les résultats d’Hillary Clinton le 4 mars ont été encourageants, ils ne lui permettent pas de revenir à hauteur de son rival. L’écart est resté sensiblement le même (une centaine de délégués d’avance pour Obama, selon différentes sources), ce qui nous invite à penser qu’Obama est paradoxalement aujourd’hui plus que le 3 mars proche d’une victoire finale. A condition bien entendu de maintenir un bon score dans les Etats restant à s’exprimer (et le Wyoming n’était que la première étape), de séduire les super délégués, et éventuellement de faire un bon score dans d’hypothétiques nouveaux scrutins organisés en Floride et dans le Michigan. Mais mathématiquement, il suffirait tout simplement au sénateur de l’Illinois de faire match nul avec sa rivale dans les derniers Etats, ou même d’arriver juste derrière elle en maintenant une marge étroite (comme au Texas), pour s’assurer le nombre de délégués suffisant. Bref, là où Obama peut encore se permettre d’attendre que la campagne se passe, Clinton doit développer les stratagèmes les plus habiles pour rattraper son retard, et la main tendue en est une des facettes.

Car il ne faut pas se faire d’illusion : à ce stade des Primaires, Hillary Clinton est en grande difficulté, et le résultat du 4 mars n’est que l’arbre qui cache la forêt. Le potentiel des derniers Etats ne devrait pas, sauf catastrophe pour le camp Obama, lui permettre de refaire son retard, et ce n’est donc que grâce à l’appui des super délégués qu’elle pourra éventuellement remporter l’investiture. En envoyant un message de « responsabilisation » à son adversaire, la sénatrice de New York s’adresse surtout à ces super délégués, en se présentant comme la réunificatrice du parti.

Pari difficile pour Hillary Clinton cependant. Les tractations en vue de composer un ticket se font généralement au moment où l’un des candidats dispose d’une avance suffisamment importante pour lui assurer l’investiture. Il peut alors se lancer dans un effort de réunification du parti, en vue d’aborder l’élection générale. Mais comme il reste encore des électeurs à convaincre, et des super délégués à séduire, la main tendue de Madame Clinton pourrait être perçue par certains comme une manœuvre politique désespérée, et ainsi se retourner contre elle. Il est en effet assez rare, voire totalement inédit, de voir un candidat en deuxième position et en difficulté, comme nous l’avons rappelé, proposer à celui qui est en tête de se rallier à sa candidature ! Certains cadres du parti démocrate ralliés à Obama, notamment John Kerry, n’ont ainsi pas manqué de moquer les manœuvres du clan Clinton.

Mais il y a néanmoins, chez les Démocrates, urgence à trouver des moyens de s’entendre. Howard Dean a lui aussi donné le ton, en invitant les deux candidats à se responsabiliser, et surtout celui ou celle qui arrivera finalement en seconde position à accepter la défaite, et se rallier au vainqueur. Mais sans évidemment préciser dans quel ordre. Bref, la perspective d’un ticket Obama-Clinton, ou Clinton-Obama semble de plus en plus concrète, mais elle reste encore au stade des manœuvres politiques, et il faudra attendre d’autres résultats pour que l’un des deux candidats se résigne à accepter sa défaite, et dans la foulée se rallier à la candidature concurrente. Et à ce petit jeu, aucun des deux candidats ne semble à l’heure actuelle disposé à renoncer à l’investiture.


Retrouvez l'IRIS sur son site Internet : www.iris-france.org
Article reproduit dans le cadre du partenariat entre l'IRIS et Ilovepolitics.info - Tous droits réservés





1.Posté par ren le 10/03/2008 10:53
Je ne crois pas dutout en pareil ticket...mais alors là pas dutout !! Clinton, c'est du PASSE. Depuis le début, Obama base son discours sur le CHANGEMENT !! Ce ticket est plus abstrait que jamais...PS : je doute en plus sérieusement du caractère "dream ticket"...Clinton serait plus un boulet qu'autre chose pour Barck (cnfr les grosses casseroles des "années clinton" que les républicains ne manqueraient pas de sortir de leur chapeau magic)...

2.Posté par hadya le 10/03/2008 11:38
Je n'ay crois pas non plus
Jamais Obama ne prendra cette femme, ce serait du suicide et une grande déception spour ses électeurs

3.Posté par annegc1 le 10/03/2008 12:25
Je suis d'accord avec Ren sur le fait qu'un tel ticket paraît assez improbable. Les seuls à y avoir intérêt sont les Clinton (même s'ils n'accepteront jamais la place de vice président sur un tel ticket) et... les médias. En effet, si l'affiche paraît séduisante sur le papier, elle doit être confrontée à un certain nombre d'écueils assez insurmontables: les deux candidats sont sénateurs de la même partie du pays (Nord Est), quid de la représentation du reste du pays? après avoir l'un critiqué l'autre pour son inexpérience (étant même à ses yeux moins capable de diriger le pays le Jour J que le candidat... républicain!) et l'autre avoir stigmatisé sa rivale pour être une incarnation des vieilles méthodes éculées de Washington... le fossé semble trop prononcé pour être désormais comblé... sans compter les méthodes du clan Clinton...
enfin, malheureusement, le ticket Noir/femme peut se révéler à l'épreuve des faits beaucoup moins fédérateur que veulent bien le présenter certains...

4.Posté par Jean Marie le 10/03/2008 14:17
Il est absolument inconcevable que Hillary qui se trouve en mauvaise posture puisse prétendre prende la tête de l'éventuel ticket avec Obama. C'est tout simplement une marque d'arrogance qui a toujours caractérisé les Clinton. je pense que Obama devrait opter pour la loi de tout où rien.

5.Posté par saldory le 10/03/2008 21:59
Obama est sur la ligne de gagner sans pitié. Je ne peux faire les commentaires sur cette suite car ses delegués en prouveront.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains