Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Bonus

Quand Obama électrisait la convention démocrate en 2004

Julien Landfried le 28 Août 2008 à 13:26

Le 27 juillet 2004, un jeune sénateur, connu seulement de quelques initiés de la vie politique américaine, accédait aussitôt à la notoriété à la faveur d'un discours inspiré sur ses racines et le rêve américain. C'est bien entendu en référence à ce discours fondateur qu'il faudra juger de la qualité du discours de Barack Obama ce soir seulement quatre ans plus tard, alors que l'homme politique ambitieux et talenteux d'alors prétend désormais à la plus haute fonction institutionnelle aux Etats-Unis : président.



Extrait :
"Well, I say to them tonight, there's not a liberal America and a conservative America; there's the United States of America.
There's not a black America and white America and Latino America and Asian America; there's the United States of America.
The pundits like to slice and dice our country into red states and blue States: red states for Republicans, blue States for Democrats. But I've got news for them, too. We worship an awesome God in the blue states, and we don't like federal agents poking around our libraries in the red states.
We coach little league in the blue states and, yes, we've got some gay friends in the red states.
There are patriots who opposed the war in Iraq, and there are patriots who supported the war in Iraq.
We are one people, all of us pledging allegiance to the stars and stripes, all of us defending the United States of America."

Lire l'intégralité du discours.




1.Posté par Vincent le 29/08/2008 02:43
Quel talent ! Quel talent ? Talent d'orateur messianique mais son seul talent. Bonne idee d'avoir mis en ligne ce discours inconnu (pour moi du moins). Que dit-il en 2004, comme en 2008, rien. Generalites pronnoncees avec fougue, les etats reunis de nouveau, il nous fait le coup de la cene recosntituee, eucharistie ou l'eglise, la grande nation blessed, refait unite autour de sa foi. Bush ne fait pas autre chose avec comme sacrifice l"irak ou l'Afghanistan ( souvenons nous que lorsque le "grand Bill Clinton" etait en difficultes il allait aussi bombarder l'Irak).
Les discours de 2008 de Obama sont du meme accabis, prechi precha. Le panegerique sur Kerry et Edwards faisait deja un peu rire a l'epoque sans doute. Rethorique purement americaine, precheur mystique. Mais autrement ? Rien, volte face sur tout, flou... Cela suffira t-il ?
Personnellement, un pari en cours depuis janvier avec une amie californienne, je ne pense pas. Si les deux cotes peuvent en partie voter pour un metis, il n'en sera jamais de meme pour le centre du pays. Je ne suis pas certain non plus du vote latinos. Il n'est pas pret non plus pour une campagne dur et violente. le gentil Mc Cain a retrouve les bon reflexes des conservateurs purs et durs tout en gardant son image presque democrate. Biden en vient plus troubler l'image reformiste, quasi revolutionnaire du precheur. le jeune loup aux "idees" neuves a besoin d'un vieux de la vieille ? bof Le progres et le messianisme ne se delayent pas avec de vieilles recettes. Sa femme sera aussi un fardeau. Elle ressemble trop a celle du president dans 24 heure chrono. Pourtant la serie a bien amorce l'image d'un president noir et competent... les paris sont ouverts je prends les mises... avant de les raffler ? Mc Cain sera president.
PS : je n'ai pas de preferences personnelles

2.Posté par Nefertiti le 29/08/2008 09:33
C'est toi qui te prends pour le Messie d'où tu es déjà à même de prophètiser que c'est Mc Cain qui sera président. Pour ma part je laisse les américains choisir en leur âme et conscience bien qu'ayant une préfèrence pour Obama sans pour autant porter des jugements insultants sur la personne de Mc Cain et de son épouse!!! D'où ne te moques pas de Michelle Obama tu ne la connais même pas d'où tais toi.

3.Posté par rico le 30/08/2008 15:49
Inconnu en 2004. Candidat officiel du parti en 2008.
Obama c'est les subprime de la politique: une élaboration illusoire et hâtive vouée à l'effondrement.

Une erreur dans cet article: Il n'était même pas sénateur au moment de son discours (il a été élu en Novembre 2004 contre un type parachuté d'un autre état pour remplacer à la dernière minute son adversaire)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains