Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Analyses & Interviews

Pourquoi McCain rattrape-t-il Obama ?

Barthélémy Courmont le 14 Août 2008 à 15:55

Par Barthélémy Courmont, chercheur à l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), en partenariat avec contre-feux.com. A trois mois de l’élection, l'écart dans les sondages se resserre entre les deux candidats : la campagne semble relancée. Comment expliquer que McCain soit parvenu à combler son retard, alors qu’Obama rassemblait les foules à l’étranger ? Et quelle doit être la nouvelle stratégie du candidat démocrate ?



flickr, compte Chief Joseph, licence CC
flickr, compte Chief Joseph, licence CC
Après sa tournée triomphale en Europe, Barack Obama est redescendu de son nuage une fois rentré aux Etats-Unis, pour constater que l’avance conséquente qu’il avait prise sur John McCain dans quelques sondages, certes anecdotiques, est en train de se résorber. A trois mois de l’élection, la campagne semble relancée, et les chances des deux candidats sont quasiment égales. Mais comment expliquer que McCain soit parvenu à combler son retard, alors qu’Obama rassemblait les foules à l’étranger ? Et quelle doit être la stratégie du candidat démocrate pour riposter face à la machine républicaine qui semble désormais bien engagée ?

Populaire à l’extérieur, Obama fait-il l’unanimité dans son pays ?
Obama est très populaire à l’étranger, sa tournée n’a fait que le confirmer. Mais en novembre, ce sont les Américains qui voteront, et le sénateur de l’Illinois ne fait pas autant l’unanimité dans son pays qu’à l’extérieur. Cette élection ne fera pas exception aux précédentes, et verra deux candidats batailler dans des Etats clefs, avec un résultat serré. Mais il est indéniable que le profil du candidat démocrate modifie un peu la donne. Et certains analystes prévoient déjà un "référendum sur Obama" à l’occasion de cette élection. Obama est en effet en position de force après des Primaires historiques, et McCain a adopté une "stratégie du challenger" qui consiste à se présenter comme une alternative à la marche triomphale de son adversaire. En 2004, John Kerry avait tenté une démarche similaire contre George W. Bush, en s’appuyant sur le slogan resté célèbre d’Anyone But Bush, et cherchant à combler son manque de charisme, situation comparable à celle de McCain. Mais cette fois, les Américains devront choisir entre un candidat "classique", John McCain, et une personnalité qui fascine les uns de manière presque irrationnelle et agace les autres à l’excès, Barack Obama.

Hésitations démocrates sur le choix du colistier
Depuis qu’il est officiellement candidat, Obama peine à trouver un colistier de poids

Les Primaires démocrates et la lutte Obama-Clinton placèrent le parti de l’âne sous les feux de la rampe, en position de force avant la période des conventions, qui se tiendront fin août et début septembre. Mais depuis qu’il est officiellement candidat, Obama peine à trouver un colistier de poids. Le choix d’un "ticket de rêve" qui le verrait s’associer à Hillary Clinton semble de moins en moins crédible, et le sénateur de l’Illinois n’a pas encore trouvé celui ou celle qui lui apportera l’assise dont il aura besoin en novembre. Ces hésitations marquent un coup d’arrêt dans la campagne menée tambour battant par Obama depuis plus d’un an, et du choix du colistier dépendra en grande partie son aptitude à rebondir rapidement. Pour autant, rappelons que John McCain n’a pas encore fait son choix non plus, et qu’après les conventions, c’est une nouvelle page de la campagne qui s’ouvrira. Patience donc.

Une stratégie plus offensive côté républicain
Obama piétine un peu, mais de son côté, McCain est en marche. Le ton s’est durci considérablement dans la campagne du sénateur de l’Arizona au cours des dernières semaines. Les attaques portées sur Obama sont désormais plus virulentes, et se sont élargies à des terrains autres que politiques. Les Républicains ne critiquent ainsi plus uniquement le candidat démocrate sur son programme ou son inexpérience, mais le comparent à Paris Hilton et Britney Spears, moquent son prénom, ou lui reprochent d’axer sa candidature sur sa "couleur". Des attaques personnelles dont les spots publicitaires se font l’écho, et qui semblent avoir un impact important sur l’électorat conservateur, jusqu’alors peu séduit par le candidat républicain. McCain semble en passe de réussir le pari difficile de rassembler les forces dans son camp, ce qui lui sera indispensable s’il veut l’emporter en novembre.

Recentrer la campagne sur l’économie
A trois mois de l’élection, Obama se doit en tout cas de reprendre la main, et a pour cela deux options :
- Recentrer la campagne sur l’économie. Après sa tournée à l’étranger qui a confirmé qu’il pourrait être à la hauteur en matière de politique étrangère, le candidat démocrate doit revenir aux thèmes qui ont fait ses succès. Critique du bilan économique et social républicain, propositions en matière d’assurance maladie, de lutte contre les inégalités… Obama a l’avantage sur McCain sur ces questions, et le contexte lui est favorable. A peine rentré d’Europe, il a d’ailleurs recentré sa campagne autour de ces thèmes, conscient de ce qu’ils peuvent lui offrir.

- Répondre aux attaques républicaines par des slogans tout aussi forts. Ce que Kerry n’a pas su faire en 2004, Obama ne pourra s’y soustraire. Le candidat démocrate doit profiter du virage amorcé par le camp McCain et l’incursion des conservateurs, et anciens soutiens de Bush, dans sa campagne pour caricaturer à son tour le candidat républicain comme l’héritier de Bush (même si chacun sait que ce n’est pas le cas, au même titre qu’Obama n’est pas Britney Spears !). En bref, répondre par des slogans virulents aux attaques qui ont, depuis quelques semaines, dégradé une campagne qui s’annonçait plus respectueuse que les précédentes.

En partenariat avec contre-feux.com




1.Posté par mos0132 le 14/08/2008 16:49
les américain vote pour un baril de lessive ou pour un spot pas vraiement pour le candidat.
bush n'avait aucun charisme et pourtant avec de bon spot, de "bon arguments" (il a gagné donc à validé son point de vue) il a su plaire aux américains qui ne veulent ni d'un chiwawa, ni d'un caniche mais d'un chef à la carure forte et à la langue bien pendue en cas de crise ....
une campagne trop policée ne leur plait pas et ils ne vont pas voter, ils veulent que sa bouge, que sa "cogne"....

2.Posté par annegc1 le 14/08/2008 17:05
Il est étonnant d'utiliser les sondages que l'on veut pour confirmer n'importe quel point de vue. Ensuite, il serait temps aussi que les médias français en général cessent de prendre les sondages nationaux comme valeur indicative quant à l'élection présidentielle américaine: cette élection, comme tous les 4 ans, se jouera Etat par Etat. De plus, les sondages aussi longtemps avant les élections ne servent visiblement qu'aux journalistes pour faire leur petite analyse... mais ne donne absolument aucune indication sur le vote le jour J. Il faut croire que les scrutins se suivent et se ressemblent sans que jamais on ne tire de leçons...
Après je m'étonne d'arguments tels que "Obama devrait recentrer sa campagne sur l'économie". Peut-être faudrait-il s'intéresser un tant soit peu à la campagne américaine de ces derniers jours pour voir qu'Obama n'a pas attendu de pseudo analyses pour centrer sa campagne sur l'économie. Mais il est vrai que les petites phrases à la Rove employées par McCain sont plus visuelles que les discours sur l'économie d'Obama.
Quant au soit disant "ticket de rêve" entre Obama et Clinton, il suffit de connaître un tant soit peu le fonctionnement du parti démocrate, des militants de l'un et de l'autre des candidats, des positions des uns et des autres pour se rendre compte que ce ticket n'était qu'un rêve de journaliste mais n'était en rien corroboré sur le terrain. Et surtout, il n'aurait eu que pour but de faire échouer à coup sûr le candidat démocrate... et aussi il suffit d'analyser les sondages pour comprendre qu'Obama rallie plus de supporters de Clinton que McCain de conservateurs...

3.Posté par aa le 14/08/2008 17:33
Je ne vois pas du tout l'analyse du pourquoi McCain rattrape Obama??????????

4.Posté par Alewaeters le 14/08/2008 18:31
La présidence d'un républicain n'a pas suffi aux électeurs américains pour leur prouver qu'un primate peut diriger les USA? Quand on connait les USA, bien que j'adore le pays, il faut reconnaître que l"Amérique profonde" n'a aucune culture ni ouverture d'esprit.
Ceci dit, sur place, ils sont "open minded", surtout côte ouest.
Côte est, nord, ils sont un peu "psycho rigides" tout en étant compétents.
Sur place, parlez American, not English : entre Boston et les états du sud, Atlanta, Georgia, ce n'est pas la même façon de parler !

5.Posté par Richard kabongo le 14/08/2008 20:17
l'actuel mandat des républicains a prouvé ses insuffisances, la politique éxterieur des Etats - Unis n'a plus le sens ,pour ne pas reprendre toutes ses criyautés et abus connus partout dans le monde, les américains et le monde entier ont besoin d'un vent nouveau et celui qui incarne cet éspoir c'est OBAMA .
votez Mc Cain c'est la continuté de BUSH au pouvoir.
RDC

6.Posté par Richard kabongo le 14/08/2008 20:33
Le monde entier a les yeux tournés vers les éléctions des Etats - unis d'Amérique, nous deplorons l'allure qu'ont pris le comportement de deux candidats . quand on a plus d'argument pour convaincre ses électeurs on s'attaque à la personnalité de l'autre ce qui n'est pas normale, vous êtes le modèle du monde ne vous livrez pas aux mauvais éxemples.

7.Posté par Richard kabongo le 14/08/2008 21:10
Parler de l'inéxperience ,matirité politique et .....d'OBAMA n'est pas un argument solide
l'histoire des Etats-Unis nous dit que OBAMA n'est pas le plus jeune des pretendants de la maison blanche ;on a connu les plus jeunes que lui qui ont gangé et ont été célèbres durant leur mandant et leur bilan sont largement très positif, Obama serais le prochain locataire de la maison blanche, le futur président des Etats - Unis d'Amérique , en lui l'air du changement va souffler.
Il faut savoir lire les signes du temps . RDC

8.Posté par Mike le 14/08/2008 21:49
Annegc1, ça fait du bien de lire un commentaire aussi pertinent!
Tout se jouera dans les "Swing States" et nulle part ailleurs, c'est tout à fait vrai. J'ai vu un article qui en parle aussi sur un autre blog: http://usaelection2008.over-blog.com/article-21938024.html

C'est très serré et passionnant!

9.Posté par Le Passant le 14/08/2008 22:08
Il est un angle d'attaque qui vaut ce qu'il vaut, mais que je n'ai vu apparaître dans aucun média. Prenons un panel type de sondage. Plaçons le sondage en pleine période estivale, même si le pays concerné ne connaît pas autant de vacances que l'hexagone. A quoi pensent les gens ? Qui répond ? Qui lit les journaux ? Qui regarde la télévision ? Qui porte la moindre attention au fond du débat ?

Il y a obligatoirement un effet de distorsion en juillet-août. Reconnaissons à McCain d'avoir l'intelligence d'avoir pris en compte cette donnée très basique, et d'avoir cogné comme il l'a fait à l'aide d'armes qui ne mettent jamais plus de 2 minutes à être ingérées par sa cible. Des messages assez bas du plafond, mais parfait dans la période où ils ont été balancés.

Bien sur, cette période n'est pas éternelle. Le Round suivant ? Les grand raouts Démocrates et Républicains, après la prise de connaissance de tout ce qui n'est pas encore connu en terme de vice-présidence. Septembre connaîtra la véritable ouverture du bal des médias, et c'est à ce moment, et ce moment seul que tout se jouera. A ce jeu là, tout bon joueur a le devoir de ne pas dévoiler ses cartes, ou signifier le mouvement de ses pièces, avec trop de précipitation. L'impératif absolu est avant tout de consolider sa base, et de bosser dur en vue de cette période précise, où chaque seconde par militant sera déterminante au dénouement final.

Il me paraît donc difficile de dire de quoi sera fait demain (enfin... dans 15 jours) en ce (moche) mois d'août. Bien entendu, au sortir de l'intensité totale des primaires démocrates, tout le monde a pris goût à un niveau d'information saturé, il y a comme un effet de manque, et l'on regarde les sondages en se demandant "mais pourquoi ne se passe-t-il rien en réaction". Impatience d'un public qui attend du courant continu sans aucune décrue d'information. Patience... mesdames et messieurs. Çà va bientôt commencer.

10.Posté par Laurent le 15/08/2008 05:41
@mos0132,

Les américains votent pour un baril de lessive plus que pour un candidat... tout comme les français! Chirac n'a pas exactement été élu pour ses compétences.

Mais bon, je suis d'accord avec l'article, il faut que les démocrates intensifient leurs attaques sur McCain. Mais des attaques valides. Pas seulement McCain = Bush III, mais sur son programme également. Exemple parmis d'autres, souligner que McCain ne serait pas couvert par son propre plan pour réformer l'assurance maladie. Beaucoup des spots que j'ai vu n'allaient convaincre personne.

11.Posté par Avembe le 15/08/2008 10:16
AAAAhhhhhh les SONDAGES!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Rappelons simplement l'avance impressionnante dont mr Dukakis avait sur Mr BUSH en 88...the rest is history.....

12.Posté par ben le 16/08/2008 00:14
"l"Amérique profonde" n'a aucune culture ni ouverture d'esprit."

L'auteur de cette phrase non plus.

Sinon, pour répondre à la question, on rappellera d'abord que nous sommes en été et que les sondages nationaux (de quels instituts ?) valent ce qu'ils valent, c'est à dire pas grand chose.

On peut toutefois avancer l'hypothèse que si l'(hypothétique) avance d'Obama a diminué (de combien ?), c'est qu'il est moins présent dans les médias du fait:

1) qu'il est en vacances (grosse erreur soit dit en passant. Il a probablement cru qu'il ne se passerait rien pendant les JO et Mc Cain en profite. Pas si pro que ca finalement le Obama. Et c'est pas fini.

2) Que Mc Cain a marqué des points avec le conflit Gerogie-Russie là où Obama, d'Hawai, a du s'y reprendre à 3 fois avant de nous informer de sa position sur le conflit.

Enfin, de retour de vacances, Obama devrait reprendre l'initiative sur l'économie. Mais c'est quoi l'économie ? les inégalités sociales, la couverture santé,... Tout ca ce n'est pas très sexy (ni 100% économique) et ont sait bien que les gens qui y sont sensibles voteront pour Obama. L'économie, c'est un thème très large et on peut y inclure le prix à la pompe et sur ce dernier sujet, bien sexy, Mc Cain a clairement l'avantage avec son "drill now drill there".

13.Posté par annegc1 le 16/08/2008 15:39
John McCain aussi a pris des vacances. mais vu que ses primaires ont pris fin bien avant celles des démocrates, ça, comme beaucoup de ses bourdes, sont passées complétement inaperçues. Après, la majorité des Américains ayant pris des vacances en même temps que lui... c'est fou, Obama serait humain et aurait besoin de vacances comme tout le monde. on en découvre tous les jours. Quand on voit le nombre de jours de vacances que s'est octroyé Bush depuis son arrivée à la Maison Blanche..

Pour la position de McCain sur la Géorgie, ça s'est surtout vu qu'il avait la même position quee Bush (pour quelqu'un qui fait tout ce qu'il peut pour s'en démarquer, ça fait désordre) et que Rice, qu'il voulait refaire le coup de la guerre froide et que surtout il se prenait pour le commandant en chef (après avoir accusé Obama d'agir comme tel pendant son voyage en Europe et au Moyen Orient). Après, il serait bon aussi de se souvenir de ses proches collaborateurs qui font du lobbying pour la Géorgie... Quant à la position d'Obama, la plupart des gens n'ont eu besoin que d'une intervention pour connaître sa position sur le sujet...
Quant à l'économie, McCain prouve chaque jour un peu plus son manque de connaissance sur le sujet...
A la vue des dernières pubs de McCain, il renforce l'idée qu'il n'a aucun argument positif à dire sur lui même, ses positions ou son programme vu qu'il ne fait que taper plus ou moins bas et plus ou moins efficacement sur son adversaire. A croire que s'il est élu, il sera obligé d'attendre de connaître la position d'Obama sur un sujet pour faire l'inverse...
Pour le moment, les Américains ne se préoccupent pas des élections, mais de leurs vacances, du prix de l'essence, de leur pouvoir d'achat, de leurs nombreuses médailles aux JO... après l'annonce des collistiers et les conventions, la campagne électorale en vue de l'élection générale aura vraiment lieu. Et à vouloir sortir trop vite, trop tôt les attaques personnelles McCain aura usé la patience de ses électeurs potentiels... ce genre d'attaques marchent quand elles sont ponctuelles après c'est tellement visibles qu'elles sont pleines de mauvaise foi et finalement peu crédibles... qu'elles font long feu. Petit rappel, l'élection a lieu le 4 novembre...
Mais bon après libre à eux de voter pour quelqu'un qui est favorable à une système de santé qui ne lui permettrait même pas d'être protégé; qui veut mettre son bouclier anti missile dans un pays qui n'existe plus, qui veut attaquer un pays alors qu'il ignore quels sont les individus que son gouvernement soutient, qui veut rester dans un pays dont il ignore jusqu'à ses frontières... il faut croire que si les médias parlent surtout d'Obama, ils sont finalement beaucoup plus complaisants vis à vis de McCain en évitant de diffuser la multitude de ses bourdes et autres erreurs plus ou moins graves...

14.Posté par dougath le 21/08/2008 10:45
Bien vu Annegc1; Depuis les analyses simplistes et orientées de certains médias qui ont besgné en vacances ! Acroire qu'on court à la moindre indication qui pourrait changer les vrais sondages et coincer Obama. De mémoire des élections que je suis avec passions, je n'ai jamais vu un tel renversement avec 5 points ! En fait ils sont capable de tout, même de fabricquer le sondages. et sans la moindre honte d'imprimer des grossieretés de cette nature. Wait and see.
Tu as raison, Obama est humain, normal, et quoi de plus naturel de prendre du recul avant la vraie campagne.

A croire que les partisans de MAC CAIN sont séduits par la gesticulation qui n'est d'ailleurs pas signe de poids quelconque. Elle dénote plus tôt du m'as-tu vu, du style je suis ancine combattant poudrière et mitraillette sont mes arguements. Avec MAC CAIN, l'amérique perdra définitvement sa place averc ces farceurs de républicains . Donc en sommes ils savent que Obama est l'homme qu'il faut mais sont dans la logique de TTSO sout sauf Obama ?
L'histoire nous dira. Que Dieu bénisse OBAMA et qu'il protège l'amérique, et il le fera. Yes, he can.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains