Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Analyses & Interviews

Obama à Berlin : un triomphe à la Kennedy ?

Barthélémy Courmont le 25 Juillet 2008 à 13:42

Par Barthélémy Courmont, chercheur à l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), en partenariat avec contre-feux.com. Jamais un candidat en campagne présidentielle n’a à ce point rassemblé les foules à 7.000 kilomètres de son pays ! Au cœur de Berlin, plus de 200 000 personnes ont assisté à ce qui restera sans doute comme un discours historique. En cas de victoire en novembre, Obama ne manquera pas d’être qualifié de "Kennedy noir"...



Matt Ortega, Flickr, licence CC
Matt Ortega, Flickr, licence CC
La tournée de Barack Obama en Europe occidentale prend les allures d’une marche triomphale. Dans le Tiergarten, au pied de la célèbre Colonne de la Victoire, au cœur de Berlin, plus de 200 000 personnes assistèrent à ce qui restera sans doute comme le discours le plus important de la campagne présidentielle américaine. Accompagné de "Yes, we can" repris en cœur par la foule berlinoise, Obama a renforcé sa stature présidentielle, et marqué des points importants dans sa lutte avec John McCain.

Après la tournée de McCain, Obama marque des points

En Allemagne, un récent sondage indique que 76% des personnes interrogées voteraient Obama, contre 10% pour McCain. On trouve le même taux de popularité dans les autres pays européens. Certes, ces partisans enthousiastes ne voteront pas en novembre, et certes, John Kerry était lui-aussi plébiscité par les Européens il y a quatre ans, avec le résultat qu’on connaît. Mais l’engouement du vieux continent va cette fois très nettement au-delà de la sympathie. Les Européens ne rejettent pas McCain comme ils rejetaient Bush en 2004, ils ont tout simplement trouvé en Obama un candidat différent, le seul à leurs yeux capable d’améliorer l’image de Washington dans le monde, et d’ouvrir une nouvelle page des relations internationales.

Or, en internationalisant cette "obamania" qui a déjà gagné une partie de l’électorat américain, le camp démocrate prend un ascendant sur le candidat républicain dans un domaine qui lui semblait pourtant acquis : la politique étrangère. La tournée de McCain en Europe avait été cordiale, amicale même, mais sans enthousiasme populaire. Celle d’Obama le place en position de force en vue de la dernière ligne droite. Certes, la popularité d’Obama en Europe ne sera pas décisive lors du vote en novembre, les questions économiques et sociales mobilisant davantage les électeurs américains, mais en battant son adversaire sur son terrain favori, Obama prend incontestablement le dessus dans une campagne qui confirme ses immenses qualités, face à un adversaire pourtant de poids.

Faire tomber les murs

Si les symboles sont là, une foule enthousiaste, Berlin comme décor, la jeunesse et la fougue d’un présidentiable démocrate… on retiendra surtout du discours de Berlin le contenu, pour le moins inspiré. Le thème des murs était, comme cela pouvait être prévisible, très présent, mais plutôt que de faire un rappel historique, Obama s’est plutôt servi de ce symbole pour développer sa vision de l’avenir. Les murs qu’Obama veut faire tomber ne sont pas ceux de la guerre froide, mais de l’incompréhension (et de la haine qui en découle souvent) entre les peuples, les religions, et les nations. Un discours universaliste qui fait mouche, et lui permet de dépasser l’élection présidentielle américaine. Mais la force du propos du sénateur de l’Illinois fut de fustiger à la fois l’anti-américanisme en Europe et les moqueries à l’égard de l’Europe aux Etats-Unis. C’est donc un appel au renforcement de la relation transatlantique que lança celui qui fut souvent dépeint comme un "candidat de l’intérieur", et un peu dédaigneux des partenaires de Washington.

La nouvelle génération

Les défis sont de taille. Réchauffement climatique, questions énergétiques, prolifération nucléaire, terrorisme, fracture Nord-Sud… Barack Obama a eu l’occasion, au cours des 18 derniers mois, de développer son programme présidentiel et son projet pour l’Amérique, avec le résultat qu’on connaît : il a remporté l’investiture démocrate et fait pour le moment la course en tête contre John McCain. Mais il n’avait pas prononcé un grand discours sur les enjeux internationaux, ce qui lui valut d’ailleurs des railleries du camp républicain, qui moquait son inexpérience et sa naïveté. En appelant une nouvelle génération à relever les grands défis, et marquer l’Histoire, Obama inscrit son discours dans une perspective d’avenir, et se détache de son adversaire, dont le plus gros handicap est l’âge.

Matt Ortega, Flickr, licence CC
Matt Ortega, Flickr, licence CC
Le Kennedy noir

Cette "génération" rapproche Obama de Kennedy, l’un des présidents américains les plus populaires en Europe. Trois présidents américains en exercice, John F. Kennedy, Ronald Reagan et Bill Clinton, prononcèrent des discours majeurs à Berlin. L’intervention d’Obama, qui dit s’être exprimé comme un simple "citoyen" américain, marquera longtemps les esprits et, en cas de victoire en novembre, le sénateur de l’Illinois ne manquera pas d’être qualifié de "Kennedy noir".

Ce n’est pas la première fois qu’Obama est comparé à JFK. Une récente biographie du candidat démocrate publiée en Allemagne est d’ailleurs intitulée Le Kennedy noir. Obama incarne pour de nombreux européens une Amérique rejetant les inégalités, tournée vers l’avenir, assumant son statut de première puissance mondiale mais ne cherchant pas à imposer ses vues, et fermement engagée dans la résolution des grands défis internationaux. Cette Amérique dont les Européens attendent beaucoup, trop peut-être parfois, Obama la personnifie, et il n’est dès lors par étonnant de voir un vieux continent obamaniaque lui accorder un véritable triomphe estival.

En partenariat avec contre-feux.com




1.Posté par hadya le 25/07/2008 13:55
Je suis tout sauf une émotive mais là j'ai des frissons

2.Posté par rupaya le 25/07/2008 15:47
Pourvu que les américains jugent qu'il est le mieux placer pour les aider à résoudre les problèmes de subprimes, de crise de pétrole, de secours aux victimes des ouragans ( du temps de Bush - Mc Cain , il y a le vénézuella qui avait proposer de l'aide aux USA ce qui a constitué un affront et qui a montré un visage de l'amérique différent de celui que l'on lui connaît : super puissance ), et tous les autres problèmes qui demandent du punch pour les résoudre.
Le monde a besoin d'une amérique avec du sang neuf pour relever tous les défis cités ci-dessus. Le monde en a assez de la guerre en Irak et dans tous les coins du monde où le sang est versé sans recherche de liberté, Barack souhaité éviter les geurres qu'il juge stupide, c'est l'opposé de Bush-Mc Cain.

Bonne chance


3.Posté par Zeine le 25/07/2008 16:15
Je salue le discours de M. Obama; comme tout le monde l'a remarqué, c'est un discours mondial; un discours qui répond non seulement aux attentes des deux alliés mais à tous les continents.
C’était une très bonne analyse sur les situations les plus délicates qui divisent les peuples de tout enre; M. Obama est aussi persuadé par avenir commun pour un monde meilleur; c’est peut être le comportement que toute individu aimerait connaître du pays le plus puissant du monde.

4.Posté par Richard le 25/07/2008 16:51
Tout a fait vrai.c'est le renaissance,une ere qui s'amene avec une victoire d'Obama en novembre.
Les faits sont la ,comme a dit la bible; i y a un temps pour chaque chose;un temps pour faire la guerre comme il y a un temps pour faire regner la paix ,Et ce temps heureux est venu et nous devons nous mettre d'accord sur ce piont qui est la fraternite entre les peuples du monde entier.

iI existe un seul homme capable de realiser ce reve:OBAMA!

5.Posté par Thomas le 25/07/2008 17:28
J'aime pas trop la comparaison avec Kennedy, espérant en tout cas qu'il ne connaîtra pas le même sort, comme le voudraient certaines personnes malvaillantes...

6.Posté par JP le 25/07/2008 18:15
Même avis que Thomas, et de plus comme c'est un noir, je pense aussi de suite à Martin Luther King.

7.Posté par Thomas le 25/07/2008 23:02
Je précise quand même que depuis les assassinats des Kennedy, l'Amérique a tiré les leçons pour ses candidats en campagne, qui bénéficient de la même protection que le Président en exercice. Mais, il faut rester vigilant... Sans aucun doute, Obama sera le prochain locataire de la Maison Blanche. Entre Mac Cain et lui, il n'y a pas photo !

8.Posté par Avembe le 25/07/2008 23:06
Wow!! Connaissant les Ricains , beaucoup d'entre eux seraient capables de lui en vouoloir d'un tel succès...Sur cnn notamment on commence à le trouver...un peu hautain...vraiment les gens ne savent plus ce qu'ils veulent!!!!
L'europe plébiscitait KERRY il y a 4 ans , il a perdu mais l'Europe s'était -elle tant trompée que ça?au vu de l'aversion que les citoyens US ont développé vis à vis de leur actuel président!!!Ce n'est pas une remarque prétentieuse, je pense qu'on voit toujours mieux les problèmes de l'autre

9.Posté par Laurent le 25/07/2008 23:52
Oui, Obama a fait un très beau discours. Oui, l'Europe est sous le charme. Mais est-ce la question?

Ce qui est important c'est de savoir si les américains (et en particulier les indépendants) ont aimé ce discours. Le but était de leur montrer qu'Obama a une carrure internationale. Maintenant aux US on n'a pas trop parlé de ce discours outre mesure...

10.Posté par Thomas le 26/07/2008 14:31
Tout le monde ici est d'accord que ce sont les Americains qui vont voter au final. Tout le monde est également conscient que leur choix va engager la planète entière. Moi, je n'ai pas envie d'aller BOMB BOMB Iran avec Mac Cain. Mon voeu le plus cher serait que l'on ne verse pas encore une goutte de sang pour des mensonges et l'égo démésuré de ces mauvais commandants en chef. Nous devons donc envoyer un message à l'Amérique : ok vous votez, mais pensez à nous. Sans cette "Busherie" que vous avez reconduite en 2OO4, contre l'avis de tous, le monde serait peut-être plus sûr et moins chaotique qu'aujourd'hui. Si jamais les Américains ne se rachètent pas aux yeux du monde, s'il choisie Mac Cain au lieu d'Obama, ils seront diabolisés à jamais et devraient circuler dans le monde avec casques et gilets pare-balles. Ce n'est pas mon souhait, mais un triste constat.

11.Posté par Avembe le 26/07/2008 17:06
Le problème étant que des millions d'américains n'ont que faire de ce que le monde pense d'autant que si peu (en proportion de leur démographie peuvent ou veulent voyager) car convaincus d'être les maitres du monde auxquels tout est dû(cf Bush :vous êtes soit pour soit contre les US même si vous n'êtes pas responsables)...ce pays vivra une belle division et le gouvernement mettre une pression très bizarre sur les alliés qu'ils vont s'aliéner à nouveau.
..En fait je pense que je rejoins ta conclusion...peut-être pas pour les casques et gilets mais les déceptions risquent de se manifester de manière plus prononcée
Mais bon...tant de gens sont aveuglés par leur égo...

12.Posté par Zeine le 27/07/2008 04:16
Je crois que l'enjeu est important pour que les américains tiennent compte que le monde entier se tourne vers eux; tout le monde les regarde, tout le monde a une image en mémoire de ce qui est passé dans ces dernières années, ce qui est entrain de se passer et tout le monde se fait une image de ce qui va se passer les 4 prochaines années.
Tout le monde en a assez des divergences inutiles, des pressions, des menaces et des conflits. Vive la paix l'amour entre les peuples et vive la liberté !
J'espère que les intentions de M.Obama sont réelles et si c'est le cas j'espère que les américains prendrons la bonne décision pour tout le monde le mois de novembre.

13.Posté par Kake le 27/07/2008 17:52
Yes. Même le président de la république quel qu'il soit doit sortir de son palais, arpenter les avenues ou les airs pour son déplacement; Je crois que toutes ces zones traverssées sont habitées par les hommes et femmes comme cet homme (Président) fort.
Les USA se voulant représenter ce président doivent regarder autour d'eux avant de prendre une décision....
La morale universelle nous montre que le solei (Le plus puissant de notre monde humain) est le plus aimable et serviable; si non, à quoi servirai son énergie s'il n'y a plus de planettes en même de capter la vie émanant de ces rayons? That's the question. Moralité et logique OBLIGE....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains