Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Analyses & Interviews

Obama - McCain : vers un affrontement sur l'économie

Barthélémy Courmont le 23 Juin 2008 à 12:10

Par Barthélémy Courmont, chercheur à l'IRIS, en partenariat avec contre-feux.com. Les premières joutes verbales entre John McCain et Barack Obama portaient sur leur différend en matière de politique étrangère. A peine les Primaires du parti de l’âne terminées, et conscients de la nécessité de réunir les forces de leurs partis respectifs, les deux candidats à la fonction suprême sont revenus à un sujet qui divise nettement l’électorat américain : l’économie.



pfala, licence cc, flickr
pfala, licence cc, flickr
Au cœur du différend : les impôts
C’est sur les impôts que les deux candidats ont mis en avant leurs divergences profondes. Barack Obama souhaite instaurer une politique fiscale qui est exactement l’inverse de ce que proposa l’administration Bush : augmenter les impôts des revenus les plus élevés, et abaisser les prélèvements des classes moyennes afin de relancer la consommation. Une posture traditionnellement démocrate. Le sénateur de l’Illinois souhaite également augmenter la taxation des plus-values boursières des revenus les plus élevés, même s’il a reconnu que certaines de ces mesures pourraient être retardées, en fonction de l’état de l’économie américaine. John McCain, qui a accusé son adversaire de vouloir augmenter les impôts de tous les Américains, souhaite de son coté alléger la taxation des entreprises, s’inscrivant sur ce point dans la lignée de la politique de l’administration Bush. Mais pour se démarquer du président actuel, le sénateur d’Arizona a précisé qu’il souhaite également réduire les dépenses publiques, seul moyen pour lui de compenser la baisse des impôts, et de financer un programme qui s’inscrit dans l’héritage du parti républicain.

Les questions de politique étrangères moins importantes que prévu
Certes, les oppositions de style, d’expérience et de vision en matière de politique étrangère sont très nettes entre les deux candidats. Et certes, l’un et l’autre ne manqueront pas de s’opposer sur l’Irak, l’Iran, ou Cuba. Les Républicains auront à cœur de fustiger l’inexpérience et la naïveté d’Obama, et les Démocrates compareront McCain à Bush. Mais sur le fond, force est de constater que les différences ne sont pas si marquées entre les deux candidats, qui proposent l’un comme l’autre une rupture avec les années Bush, et font preuve de pragmatisme sur le conflit israélo-palestinien, les relations transatlantiques, et même le retrait des troupes d’Irak, sujet sur lequel leurs positions semblaient à première vue très éloignées, et pourraient finalement se rapprocher, par nécessité plus que par choix. L’économie est un thème sur lequel les divergences sont en revanche plus marquées.

Les conséquences d’un affrontement traditionnel Républicains / Démocrates
Nous l’avons noté précédemment, les deux candidats proposent une politique fiscale qui s’inscrit dans l’affrontement traditionnel Républicains/Démocrates. Il s’agit d’une posture électorale pour l’un et l’autre, au lendemain des Primaires, et devant la nécessité de rassembler les forces en vue de l’élection de novembre. Comme les précédentes, cette élection sera avant tout une lutte entre deux partis proposant des conceptions différentes en matière de politique économique. Mais en revenant sur le terrain de l’économie, les deux candidats reviennent à une joute traditionnelle, ce qui pourrait avoir un effet sur l’électorat des indépendants, qui ne sont pas ancrés dans les oppositions structurelles entre les deux partis. Mais ce sont surtout les Américains qui se déplacent généralement peu lors des élections, et qui ont pourtant fortement gonflé les rangs des électeurs lors des Primaires, qui pourraient se lasser de cette lutte traditionnelle.

Les Démocrates partent cependant avec un avantage sur la question de l’économie : celui d’un héritage républicain plutôt négatif, qui a un effet mobilisant auprès d’un électorat souhaitant un changement profond, chez les Démocrates bien sûr, mais aussi auprès des indépendants et des indécis. Par ailleurs, et c’est un point important, Barack Obama semble jusqu’à présent bénéficier d’une meilleure image que son adversaire sur la question de l’économie. John McCain a reconnu lui-même ne pas être un grand économiste, ce que lui reprochent certains membres du Grand Old Party. Conscient de ce handicap, il a choisi pour conseillère l’ancien PDG de Hewlett-Packard Carly Fiorina, qui fait de son mieux pour lui donner des gages de compétence en économie.

Un changement assuré après janvier 2009
Une chose est certaine en tout cas, et c’est John McCain qui l’a annoncé, la future administration, quelle que soit sa couleur politique, consacrera le changement à Washington, en particulier en ce qui concerne la politique économique. L’un des grands défis du candidat républicain sera de convaincre les électeurs qu’il peut être à la hauteur, et que son administration proposera une autre gestion des finances que celle de George W. Bush. Le slogan de campagne du candidat républicain est à cet égard sans équivoque « un changement qui marche pour vous », comme pour mieux proposer un changement avec les années Bush, mais pas une rupture douloureuse.

En partenariat avec contre-feux.com.




1.Posté par Funnymine le 23/06/2008 18:24
@ Barthélémy Courmont

Une erreur s'est glissée à la fin de l'article !

"Le slogan de campagne du candidat républicain est à cet égard sans équivoque « un changement qui marche pour vous », comme pour mieux proposer un changement avec les années Bush, mais pas une rupture douloureuse."

"Un changement qui marche pour vous" est le slogan du candidat démocrate et non celui de McCain!

2.Posté par B. Courmont le 24/06/2008 11:30
@ funnymine
Une erreur en effet, bien relevée. Le sénateur de l'Arizona propose un "bon changement", mais le slogan "un changement qui marche pour vous" est bien dans le camp d'Obama. Autant pour moi.
Voir le speech de McCain sur le changement, très intéressant, et preuve que les deux candidats souhaitent le changement:
http://www.johnmccain.com/Informing/News/Speeches/fdf5f9ab-f743-43a8-aded-5be426db44c5.htm

3.Posté par RenUS le 24/06/2008 12:16
Aaah l'économie, c'est pour ce sujet que je soutiens Obama plutôt que McCain (bien que la politique économique et énergétique de McCain me plaise aussi).

Les classes moyennes sont le moteur de la consommation et donc de la croissance économique.Selon le Tax Policy Center (institut indépendant):
-Avec le plan Obama cette classe moyenne aurait droit à environ 1042 dollars de réduction d'impôt, avec McCain ce serait 319 dollars.La raison de cette différence c'est qu'Obama augmentera un peu les impôts des + riches pour donner de plus grandes baisses aux autres, McCain voulant baisser les impôts de tout le monde sans exception (conception louable de l'égalité devant l'impôt) mais cela bénéficie aux winners plus qu'aux losers, logique.
Obama est donc de ce côté là le meilleur candidat.

Il y a néanmoins une faille dans le plan Obama:celui-ci souhaite laisser l'impôt sur les sociétés à 35%, soit le taux identique à celui de cette décennie (étonnament Bush n'y a pas touché), alors que le baisser est bon pour l'investissement des entreprises, et donc pour la croissance et l'emploi.Les pays ayant baissé cet impôt ne serait-ce qu'un peu en ont vu les répercussions, notamment l'Irlande (12% quand même, très bas et avantageux).McCain, lui, prévoit de le baisser de 35% à 25% sur 10 ans, c'est une excellente chose montrant qu'il a bien compris l'économie et le monde de l'entreprise.

Le plan Obama sera vraiment très bon pour la croissance des Etats-Unis, légèrement meilleur que celui de McCain.
Les 2 candidats sont excellents à ce niveau et bien meilleurs que Bush, qui n'a pas été mauvais non plus pourtant (la croissance des USA a été supérieure à celle des autres gros pays développés sur 2001-2007) mais a souffert d'un manque d'ambition car Bush a pas fait du thème une vraie priorité.
Je pense que quelque soit le vainqueur les USA bénéficieront d'une très forte croissance économique, au-dessus de celle des années Bush et bien au de-ssus de celle des autres gros pays développés (France, UK, Allemagne, Japon, Espagne, Italie..etc..)



4.Posté par denis vacher le 24/06/2008 21:48
Il est un autre sujet sur lequel les 2 candidats s'opposent, c'est les taux des cartes de crédit.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains