Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

MoveOn attaque à nouveau la «stratégie Bush-McCain» sur l'Irak

Julien Landfried le 11 Avril 2008 à 13:21

L'organisation anti-guerre en Irak, qui soutient Obama, poursuit sa campagne d'attaques contre McCain avec cette vidéo qui fait le buzz sur Youtube.



Le texte de MoveOn :

"Endless war on the installment plan

This video makes it clear: No matter what happens in Iraq, the Bush Administration and John McCain always have the same answer: 6 more months.

They're at it again this week, asking for six more months. But six months won't change anything—except the body count and the price tag."

Voir la campagne sur le site de MoveOn et le buzz de la vidéo sur Viralvideochart.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math



1.Posté par Tibe le 11/04/2008 13:29
Excellent document !

2.Posté par smoby le 11/04/2008 14:58
Obama a perdu son avance sur McCain !

AP-11 avril

Le candidat républicain John McCain a rattrapé son retard sur le candidat à l'investiture démocrate Barack Obama, qui avait 10 points d'avance, selon un nouveau sondage Ipsos pour l'Associated Press.

Un sondage AP-Ipsos de février créditait M. Obama de 51% des intentions de vote contre 41% à M. McCain.

Désormais les deux prétendants à la Maison Blanche font jeu égal, selon la dernière enquête menée du 7 au 9 avril, avec 45% chacun.

Entre les deux candidats à l'investiture démocrate, les chiffres restent inchangés par rapport à février, M. Obama recueillant 46% et sa rivale Hillary Clinton 43%.

Dans l'hypothèse d'un duel Clinton-McCain, la sénatrice de New York garde l'avantage avec 48% contre 45% (48% contre 43% en février), mais compte tenu de la marge d'erreur, cette avance n'est pas réellement significative.

3.Posté par Phil le 12/04/2008 13:17
Mc Cain (malgré le fait qu'il soit invisible à cause de l'excellente stratégie démocrate de faire se poursuivre la bataille Clinton-Obama...) est en train de remonter comme un bolide dans la course à la Maison-Blanche:
http://www.usaelectionpolls.com/
http://www.presidentelectionpolls.com/

Et dire que les grandes manoeuvres républicaines n'ont pas encore commencé...

4.Posté par Stig le 12/04/2008 21:21
La valse des amnésiques
Il n'y a pas si longtemps, la plupart des quotidiens et des hebdomadaires américains, ainsi que toutes les stations TV affiliées aux groupes CBS – ABC – NBC, sans oublier Fox TV, soulignaient l'urgente nécessité d'une intervention armée en Irak pour "défendre les valeurs de liberté et de démocratie" prônées par l'administration Bush dans son opération "War on Terror". Autant dire que tous les médias américains, à l’exception de quelques journaux aux tirages confidentiels, défendaient ou toléraient passivement l’intervention en Irak. Les "détails" qui auraient pu mettre à mal les rouages de cette propagande et l'à propos de cette invasion étaient bannis par ces réseaux d’information et par une majorité de leurs auditeurs et de leurs téléspectateurs. C’était l’époque où la majorité des journalistes choisissaient de se taire ou de participer activement à la valse. L’époque où Arianna Huffington, pas encore « postée », demeurait bien sage sur l’Irak, alors qu’elle avait tant critiqué l’intervention américaine en Yougoslavie ou en Somalie. L’époque où le Los Angeles Times ne mettait pas en doute l’existence d’armes de destruction massive dans la banlieue de Bagdad. L’époque ou CNN, FoxNews et Newsweek évoquaient l’achat d’uranium au Niger par Sadam Hussein. Une valse de mensonges qui donnait le vertige.

Aujourd’hui ou les « freedom fries » ont finalement disparu des menus, où les belettes représentant les Français ont été effacées des couvertures du NY Post et où l’on ne verse plus le contenu des bouteilles Bordeaux dans le caniveau, on cherche un nouveau bouc émissaire pour adoucir les changements historiques qui se déroulent dans le pays. Pour oublier, aussi, ce que ses citoyens, encore sidérés par les attentats du 11 septembre, ont dit, ont voté et ont accepté sans conditions de la part de leurs médias et de leur gouvernement.

C’est un bouc émissaire pour 2008 dont il est question. Il incarnera une nouvelle forme de lâcheté. Pas celle de Chirac qui refusait en 2003 d’engager la France dans une guerre absurde. Non. Le vent a tourné. Il faut aujourd’hui dénoncer la lâcheté d’avoir dit oui à la guerre. Clinton a dit oui à la guerre en Irak. Elle sera donc ce bouc émissaire qui permettra de laver à peu de frais les consciences des millions d’américains amnésiques. Et, ultime paradoxe, elle pourra cristalliser sur son nom les souvenirs honteux de ceux - républicains comme démocrates - qui ont voté une deuxième fois pour l’administration Bush, et donc pour la guerre. Sans réfléchir. Dans la peur.

On ostracise Clinton pour son erreur pendant qu’on encense Obama pour son éthique. C’est pourtant bien une erreur partagée par des millions de gens dont il est question, en face d’une lucidité qui était alors bien esseulée. Un pas en arrière, deux pas en avant. La valse continue. Main dans la main, le journaliste et le citoyen se retrouvent maintenant devant l’Afghanistan. Avec la perspective historique que nous offre la débâcle Irakienne, on pourrait éviter d’y commettre les mêmes erreurs. On pourrait aussi demander aux trois candidats à la présidence des Etats-Unis comment ils comptent restaurer l’ordre, chasser les talibans et éradiquer la culture du pavot dans les vallées Afghanes, une mission impossible qui mobilise tout de même 60.000 soldats de 30 nationalités différentes. Mais non. Beaucoup d’Américains préfèrent pointer Hillary Clinton du doigt et oublier ainsi leur passivité coupable sur l’Irak, comme sur l’Afghanistan. Ils préfèrent aussi se dire que les dangereux terroristes sont Afghans ou Irakiens, pas Saoudiens ou Pakistanais. Quelle farce. Finalement il est plus simple de ne pas trop réfléchir et de nous focaliser sur cette chère Hillary. C’est une bonne cavalière pour danser la valse. Mais que les soutiens d’Obama ne se réjouissent pas trop vite, car lui aussi sera tôt ou tard sur le carnet de bal.


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains