Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Buzz

Les supporters d'Hillary Clinton en veulent beaucoup à Barack Obama

Julien Landfried le 15 Avril 2008 à 15:20

Si l'on en croit ce clip que l'équipe de campagne de la Sénatrice de New York diffuse actuellement en Pennsylvanie, ils auraient très mal accepté les propos d'Obama sur l'amertume des "Américains moyens" des petites villes ...






Dans la même rubrique :
< >


1.Posté par mike le 15/04/2008 15:37
c'est vraiment incroyable ce que cette femme est capable de faire pour arriver au pouvoir, vouiloir tuer qu'elqu'un que même son propre mari avait trouvé des atouts jusqu'à lui proposer un ticket, vivment que cette farce finissent, on ne peut pas etre autant cynique par rapport à son propre camp, clinton ne pense même plus à l'apres présidentiel, c'est dément et pathétique.....

2.Posté par smoby le 15/04/2008 15:55
C'est comme cela que Kerry a perdu, accuse de "l'elitisme". La "gaffe" du senateur Barack Hussein Obama est incroyable (il savaitpas qu'il est filme?), il lui faudra des miracles pour ne pas etre severement battu aux primaires de Pennsylvanie (et cette victoire va encourager Hillary a continuer jusqu'au bout!).

Deja il y avait un hiatus entre l'electorat democrat blanc d'Obama (plutot eduque et aise, genre "bobos" francais) et celui de Hillary (plutot gens simples, travailleurs ou fermiers), la declaration d'Obama va renforcer la conviction d'une partie des democrats blancs que le senateur d'Illinois ne peut pas les representer.

Dans la course avec Hillary cela est gerable, mais l'effet a long terme c'est un "vote democrate" pour McCain. Les enquetes precedentes montraient que pres d'un tiers des "clintonistes" seraient prets a voter McCain au lieu d'Obama.
Je doute qu'il deviennent moins nombreux, apres avoir ete clairement insultes!

3.Posté par smoothside le 15/04/2008 17:11
Si le fait de dire que les années du "clintonisme" et de "bushisme" a rendu les gens amers est considéré comme une "insulte" alors j'y perd mon latin... Les nuances autant soient elles subtiles ne doivent pas occulter le véritable dialogue et une opinion sur une situation, après tout c'est quand même l'élection du futur Président des Etat-Unis. Donc que BO passe ou pas, cela ne changera rien au problème qu'il a justement et judicieusement soulevé.
Malheureusement, le fanatisme et l'occultisme empêche de faire avancer le processus ...

4.Posté par Yvon Thivierge le 15/04/2008 18:27
Il est d'ores et déjà bien connu que Hillary Clinton est malhonnête et que son dernier clip est un coup monté contre son rival contre lequel il ne lui reste qu'une seule arme dans son arsenal déployé, le racisme.

En effet, ce qu'elle ne peut dire et Obama n'ont plus -- et c'est d'ailleurs pourquoi il a dit que les cols bleus de race blanche était "amers" plutôt que "racistes" c'est qu'un Noir ne peut être élu Président des États-Unis à cause du racisme des hommes blancs en colère.

Voici ce qu'écrit à ce sujet le blogueur Richard Hétu de cyberpresse.ca :

"Une «vérité» qui dérange

Pourquoi Barack Obama éprouve-t-il du mal à gagner la confiance des Blancs de la classe ouvrière? C&#8217;est en tentant de répondre à cette question que le sénateur de l&#8217;Illinois a tenu les propos controversés que l&#8217;on sait sur la religion, les armes et les sentiments xénophobes auxquels s&#8217;accrocheraient les Américains des petites villes pour sublimer leurs frustrations économiques.

Comme l&#8217;écrit Bob Herbert aujourd&#8217;hui dans cette chronique, la réponse maladroite d&#8217;Obama tient peut-être au fait qu&#8217;il a voulu éviter une «vérité» que le gouverneur de Pennsylvanie Ed Rendell ne s&#8217;est pas gêné d&#8217;aborder il y a quelques mois : «Je pense qu&#8217;il y a certains Blancs qui ne sont probablement pas prêts à voter pour un candidat afro-américain». Je cite Herbert dans le texte :

This toxic issue is at the core of the Clinton camp&#8217;s relentless effort to persuade superdelegates that Senator Obama &#8220;can&#8217;t win&#8221; the White House. It&#8217;s the only weapon left in the Clintons&#8217; depleted armory.

Selon Herbert, Obama doit aborder cette question de front. Je le cite de nouveau le chroniqueur dans le texte :

If I were advising him, I would tell him to confront the matter head-on, meeting as often as possible with skeptical, and even hostile, working people in Pennsylvania and elsewhere. Let the questions rip, and answer them honestly.

No one has an obligation to vote for Mr. Obama, and it&#8217;s certainly not racist to vote against him. But the senator can make it clear that it is wrong to dismiss a candidacy out of hand solely because of the race or ethnicity or gender of the candidate."

5.Posté par Comité français de soutien à Barack Obama le 15/04/2008 18:49
Votez virtuellement !
« Pour qui voteriez-vous aux élections présidentielles américaines ? »
http://www.123votez.com/sondages/sondage-gratuit-12420_22638.php

Bon vote !

Sincèrement,

6.Posté par smoby le 15/04/2008 20:14
Rasmussen Reports poll released Monday, 14 april:

"A strong majority of Americans, 56 percent, disagree with Obama’s “bitter” remark."

"But Rasmussen also found that a plurality of politically liberal voters, 46 percent, agree with Obama’s remark while a third disagree. A slim majority of moderate voters, 51 percent, disagree while 27 percent agree. Not surprisingly, three in four conservatives disagree with Obama’s comment but only 12 percent agree."

Pour simplification, "liberal" signifie democrat, "moderate" signifie centriste, "conservative" signifie republicans. Et pour ceux qui ne parlent pas l'anglais, les propos d'Obama sont approuves par seulement 12% des republicains, 27% des centristes et 46% des democrates.

"The Quinnipiac poll has found that 26 percent of Clinton supporters would back McCain if Obama won the Democratic nomination. The Gallup Organization found in polling conducted nationally from March 7 to the 22nd that should Obama win the nomination 28 percent of Clinton supporters said they would vote for McCain."

"Clinton wins those without a college degree, 54 to 39 percent, while Obama wins those with at least a college degree, 57 to 39 percent. The racial divisions also persist. Obama is winning nearly nine in ten blacks while Clinton is winning nearly six in ten whites."

Pour Thivierge: avec juste un peu d'objectivite, tu peux observer dans les sondages que ceux qui ont une vision "racialiste" ne sont pas les blancs (sans eux Obama ne sera pas en position d'affronter Hillary) mais les afro-americains, dont 90% supportent le senateur metis ! Et qu'Obama est le candidat de la gauche-caviar americaine, les bobos US.

7.Posté par JOHN PHILIP le 15/04/2008 21:19
Je n'ai jamais compris l'acharnement pareil. Quand un jour Hillary utilisa l'arme du mensonge lors de son voyage en Bosnie, qu'elle est très courageuse d'avoir envisagé un voyage sous le feu de la guerre alors qu'elle était accueillie par des gens calmes avec une protection sans limite, personne n'a remarqué combien cette femme est plus démagogue et hypocrite.

Quand Obama utilise la franchise devant les gens qui ont été manipulé par le mensogne du clan Clinton, des gens appauvris par les régimes sous Clinton et Bush, des gens qui n'ont désormais confiance qu'à Dieu seul pour les chrétiens, aux armes seuls pour les sinistrés qui ne font confiance qu'à leurs armes pour le réglement des comptes, Obama n'a rien fait de mal car il a ajouté qu'il voit mieux que les autres , qu'il comprend mieux que les autres cette population qui souffre et qui est abandonnée. Lui seul pourra faire quelque chose pour changer leur mode de vie, pour retrouver la confiance du pouvoir.
Hillary monte les gens contre les autres dans le but de ridiculiser son concurrent mais elle joue le jeu des républicains qui vont gagner en novembre. Il faut dire à Hillary Clinton que celui qui sème le vent récoltera la tempête.

8.Posté par Yvon Thivierge le 15/04/2008 22:48
Aux dernières nouvelles, les intentions de vote dans l'après-supposée gaffe d'Obama en Pennsylvanie demeurent inchangées :

http://news.yahoo.com/s/politico/20080415/pl_politico/9617

9.Posté par Yvon Thivierge le 16/04/2008 03:47
"Much Adoo About Nothing" diraient les Anglais. "Une tempête dans un verre d'eau" comprendraient les Français.
Toujours est-il que le "Bittergate" n'aurait eu lieu que dans la tête bourrée de préjugés des politiciens et journalistes en mal de controverse et autres histoires croustillantes, à en croire les sondages les plus récents :

http://www.dailykos.com/storyonly/2008/4/15/121738/882/161/496129

10.Posté par JESSY le 16/04/2008 08:14
SONDAGE USA 2008 AU 15 AVRIL 2008

Clinton vainqueur en Pennsylvanie, Obama en Indiana et en Caroline du Sud

Hillary Clinton remporterait assez largement la Pennsylvanie, et Barack Obama la Caroline du Sud. Il gagnerait aussi dans l'Indiana, où la situation est toutefois plus indécise. La candidate est condamnée à gagner avec une large marge la Pennsylvanie et l'Indiana pour remporter l'investiture.

La candidate à l'investiture démocrate, Hillary Clinton, est donnée gagnante de la primaire de Pennsylvanie (est) le 22 avril, tandis que son rival Barack Obama serait vainqueur des scrutins du 6 mai en Caroline du Nord (sud-est) et dans l'Indiana (nord), selon des sondages publiés mardi 15 avril.
Selon un sondage de l'université de Quinnipiac, la sénatrice de New York est créditée de 50% d'intentions de vote en Pennsylvanie contre 44% pour Barack Obama. Son avance est plus étroite
(46% contre 41%), selon un autre sondage publié sur le site internet du Los Angeles Times.
D'après ce même sondage, le sénateur de l'Illinois mène largement en Caroline du Nord (47% contre 34%) et a 5 points d'avance dans l'Indiana (40% contre 35%).

Une dizaine de primaires

Si une victoire de Barack Obama en Caroline du Nord est presque acquise pour la majorité des commentateurs, la situation est toutefois plus indécise dans l'Indiana. De nombreux experts estiment que le candidat qui remportera cet Etat aura de grandes chances de remporter l'investiture démocrate.
Hillary Clinton est ainsi condamnée à gagner avec une large marge la Pennsylvanie et l'Indiana si elle veut conserver intactes ses ambitions présidentielles.
Il ne reste qu'une dizaine de primaires d'ici le 3 juin pour départager les deux rivaux démocrates. Pour le moment, Barack Obama a gagné dans plus d'Etats, il compte davantage de délégués que sa rivale et a engrangé plus de voix que la sénatrice de New York.
Une victoire de Hillary Clinton en Pennsylvanie et dans l'Indiana ne lui permettrait pas de rattraper son retard en nombre de délégués, surtout si l'écart avec son rival est faible, mais pourrait inciter les "super délégués" indécis à se prononcer en sa faveur.

Convaincre les "super délégués"

Les "super délégués" sont des responsables et des élus du parti démocrate qui sont libres de leur choix. Quelque 800 "super délégués" siègeront à la convention qui choisira formellement le candidat démocrate destiné à affronter le républicain John McCain en novembre. Leur choix sera déterminant.
Si Hillary Clinton gagne la Pennsylvanie avec une marge faible, ses chances de convaincre les "super délégués" qu'elle ferait une meilleure candidate sont faibles, estime le Los Angeles Times en présentant son sondage. "Une marge (de 5%) ne lui donnerait pas l'élan nécessaire pour la bataille en vue de l'investiture", écrit le quotidien.
Cependant, souligne le journal, la situation est encore loin d'être fixée. 12% des électeurs démocrates de Pennsylvanie se déclarent indécis ainsi que 19% des électeurs de l'Indiana et 17% des électeurs de Caroline du Nord.

Sondage de Quinnipiac réalisé du 9 au 13 avril, auprès de 2.103 personnes, avec une marge d'erreur de plus ou moins 2,1%.

Sondage du Los Angeles Times réalisé du 10 au 14 avril, auprès de 623 électeurs de Pennsylvanie, 687 dans l'Indiana et 691 en Caroline du Nord, avec une marge d'erreur de plus ou moins 4 points.


11.Posté par Phil le 16/04/2008 15:50
Il reste une semaine au clan Clinton pour enfoncer le clou et créer le buzz. Les sondages vont dans ce sens:
http://www.usaelectionpolls.com/2008/pennsylvania.html

"Je dénonce catégoriquement toute déclaration qui déprécie notre grand pays (...). Je pense aussi que les mots qui dégradent les individus n'ont pas leur place dans notre dialogue public, que ce soit en campagne ou depuis la chaire" Barack Obama (au sujet du révérend Wright)

Décidément, les discours de Barack doivent être pris pour ce qu'ils sont. Un exercice de style...

12.Posté par WalterS. le 16/04/2008 16:54
Malheureusement, si les campagnes négatives amusent beaucoup les médias et surtout les républicains, quand la fumée se dissipe, c'est toujours et toujours l'image d'une Hillary "agressive et sans vergogne" qui reste.

Ainsi depuis 5 jours, plus Obama est attaqué et plus il monte. Le dernier sondage Reuters le place loin devant Hillary sur le plan national tandis que l'avance de celle-ci qui était à deux chiffres en Pennsylvanie s'est réduite comme peau de chagrin. C'est un paradoxe, on dirait que l'électeur pardonne tout à Obama et est solidaire de ce "jeune homme" harcelé par une vieille mégère et vieux père fouettard. Obama devient de plus en plus un personnage complexe et controversé tel Peter Pan, Robin des Bois ou comme certains vidéo le présente, un "Jedi". Rien que pour ça après le feuilleton Obama versus Hillary, les américains sont impatients de vivre le feuilleton Obama versus McCain. C'est la raison principale pour laquelle sa rivale Hillary prise au piège de femme de main du parti républicain, est "téléguidée" par les médias pour continuer à faire durer le suspens. Il n'y a pas si longtemps, quand Hillary avait une avance à deux chiffres en Pennsylvanie, les "experts" ont expliqué la réalisation de ces sondages suffira à Hillary de prétendre à l'investiture. Maintenant que cette perspective s'évapore, on explique qu'une courte victoire en Pennsylvanie, doublée d'une victoire dans l'Indiana permettra à Hillary d'espérer. Silence sur la débâcle annoncée d'Hillary en Caroline du Nord et dans la majorité des Etats encore en jeu.

13.Posté par marius munt le 16/04/2008 17:59
Smoby:Je tiens tout simplement à te rappeler que si Barack est la ou il se trouve,c'est avant tout l'électorat Blanc qui est derrière ce Monsieur.Et en plus l'Américain est quelqu'un d'extraordinaire,il fait confiance à la compétence et non à la couleur de la peau.Si OBAMA s'est hissé jusque à ce niveau,c'est pas par hasard,les démocrates ont senti quelque chose en ce Monsieur.Tu peux dire tout ce que tu veux,ça ne changera pas grand chose,tant que ce Monsieur a la confiance de beaucoup d'Américain.Jette un coup d'oiel aux sondages d'aujourd'hui tu auras ta réponse.Rétiens aussi une chose:le peuple noir est celui qui a connu toutes les maltraitances vis à vis des autres,et cela sans raison,esclavage 400ans,colonisations etc... Obama c'est en quelque sorte la réconciliation du Blanc et du Noir pourquoi pas LUI?Sois pas trop partisan,penses aussi à la souffrances des autres.Avec ton HILLARY c'est la continuité de la souffrance pour les moins riches et le reste du monde.

14.Posté par Yvon Thivierge le 16/04/2008 18:23
Voici que les électeurs en veulent désormais à Clinton. Cette nouvelle donne vient confirmer la malhonnêteté de cette dame dont je fais état ailleurs. Plus de la moitié des femmes la jugent indigne de confiance alors que les deux-tiers des hommes se méfient d'elle aujourd'hui. Ses attaques saugrenues contre Obama autant que ses mensonges au sujet de sa visite en Bosnie expliquent, en grande partie, cette baisse d'estime flagrante qu'elle doit essuyer et encaisser :

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2008/04/15/AR2008041502883_pf.html

15.Posté par moussa le 16/04/2008 20:18
Marjoriiiie. C'était juste pour te renouveler l'amour que je porte pour toi et pour Barack. Quant à Billary, il faudrait que quelqu' un ait le courage de lui dire: "Surrender, the game is over".

16.Posté par Johan le 18/04/2008 11:35
Certains commentaires sont absolument hallucinants : quoi que puisse dire Hillary, c'est une vieille mégère incompétente, perfide et avide de pouvoir... et quoi que puisse dire Obama, il est courageux, droit, intègre, honnête.... ah oui et j'oublie ceci, ce slogan riche de sens : "yes, we can !"

Affligeant. La bien-pensance s'est définitivement enracinée dans cette course à l'investiture démocrate.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains