Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Analyses & Interviews

Les comeback kids du New Hampshire

Barthélémy Courmont le 9 Janvier 2008 à 11:34

par Barthélémy Courmont, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Le New Hampshire a relancé la course aux Primaires du côté républicain, et bien malin celui qui pourrait, à ce stade, prévoir un vainqueur, tant toutes les options restent ouvertes. Côté démocrate, John Edwards est, comme cela était prévisible, déjà distancé, et il n’y a quasiment plus aucun doute sur le fait que la victoire finale se jouera entre Hillary Clinton et Barack Obama.



Les comeback kids du New Hampshire
John McCain est un revenant. Au sens propre comme au sens figuré. Quand il était prisonnier au Vietnam pendant cinq ans, ses proches pensaient qu’il était mort. Et il y a encore quelques semaines, alors que sa campagne piétinait dans les sondages, nombreux étaient ceux qui annonçaient sa mort politique, à 71 ans, et enterraient déjà ses chances de remporter l’investiture républicaine. Mais le sénateur de l’Arizona, l’une des figures politiques les plus célèbres des Etats-Unis, n’avait pas dit son dernier mot. Et lentement, avec l’expérience et l’assurance d’un candidat qui sait que la décision ne se fera que progressivement, et que la course aux Primaires est longue, il a reprit des forces, en donnant à ceux qui voulaient bien l’entendre un message d’espoir. Il assurait ainsi qu’il remporterait le New Hampshire, comme il l’avait déjà fait contre George W. Bush en 2000 (il avait alors remporté 49% des voix contre seulement 31% à Bush !). Espoir et expérience mêlés furent ainsi la clef du succès pour le sénateur de l’Arizona, qui parvint à séduire les indépendants.

Comme son héros auquel il aime se référer, l’ancien président Theodore Roosevelt, John McCain est en effet parvenu à élargir la base de son électorat, et même à s’attirer la sympathie de nombreux électeurs démocrates. En avril 2006 (avant qu’il soit officiellement candidat), 55% des Démocrates indiquaient avoir une bonne opinion de lui. John Kerry avait d’ailleurs un temps envisagé d’en faire son vice-président en cas de victoire à l’élection de 2004, avant de choisir finalement John Edwards comme co-listier. Cette faculté à dépasser les clivages politiques avait de quoi séduire les électeurs du New Hampshire.

McCain est parfois qualifié de « sénateur non-conformiste » en raison de ses multiples prises de position non conformes avec la ligne du parti républicain. Il fut ainsi un des quatre membres républicains du Congrès à voter contre le Securities Litigation Reform Act, et le seul sénateur républicain à voter contre le Federal Agriculture Amelioration Reform Act en 1996, qui a supprimé graduellement des programmes de subvention aux agriculteurs. Il a voté contre le Tax Cut en 2003 et contre la suppression des droits de succession, la Inheritance Tax. Il a soutenu la guerre en Irak, et est favorable à un renforcement de la présence américaine, indispensable selon lui pour remporter la victoire, quitte à se mettre à dos une partie de l’électorat favorable au retrait. Il a même annoncé qu’il préférait perdre la course à la présidence si on lui proposait dans le même temps une victoire en Irak ! Mais d’un autre côté, il critique la politique d’immigration de l’administration Bush, et se dit favorable à une régularisation des travailleurs clandestins (point sur lequel il partage d’ailleurs les vues du président Bush, même si celui-ci a finalement durci ses positions). Il place la lutte contre le réchauffement climatique au centre de ses préoccupations, ce qui le rapproche des électeurs démocrates, mais se dit dans le même temps fermement opposé à l’avortement (pro-life), ce qui lui attire la sympathie de certains mouvements conservateurs. Bref, John McCain est une personnalité politique atypique qui dépasse les clivages politiques traditionnels, et c’est certainement ce qui explique en grande partie son succès dans un Etat où le nombre d’électeurs indépendants est particulièrement important. Cette victoire pour lui indispensable, et qui le relance dans la course aux Primaires, il la doit en grande partie aux indépendants.

Hillary Clinton peut également, et paradoxalement, apparaître comme un revenant dans le New Hamsphire, après sa victoire devant Barack Obama. Paradoxalement parce qu’elle était encore il y a quelques jours donnée largement vainqueur. Mais son avance s’est effondrée après sa sévère défaite dans l’Iowa, tandis que Barack Obama se rapprochait dangereusement, et la dépassait même largement dans les derniers sondages. Sa victoire est donc, dans une perspective d’ensemble, logique, mais elle est une surprise dans le contexte actuel, et donc un énorme succès pour elle. Quand Bill Clinton remporta la Primaire du New Hampshire en 1992, après un score ridicule dans l’Iowa, il fut qualifié de comeback kid, et c’est selon de nombreux observateurs à partir de cet Etat qu’il engagea sa campagne qui le porta jusqu’à la Maison-Blanche. La sénatrice de New York, toute souriante après avoir, la veille, montré des signes de faiblesse (et un côté humain qui pourrait l’avoir rapprochée des électeurs, même si cela est à prendre avec précaution), se sent désormais revigorée pour poursuivre la lutte, et est indiscutablement le comeback kid du camp démocrate.

Madame Clinton est parvenue à mobiliser les électeurs démocrates plus que Barack Obama, tandis que ce dernier, comme cela était prévisible, parvenait à sensibiliser les électeurs indépendants. Sur ce point, gageons que le succès de John McCain, et sa capacité à attirer les votes indépendants, a fait de l’ombre à Obama, qui s’est d’une certaine manière trouvé un rival de l’autre côté de l’échiquier politique, ce qui pourrait en grande partie expliquer sa « décevante » deuxième place derrière la sénatrice de New York. Obama avait plus de dix points de retard dans les sondages vendredi dernier, était à égalité avec Madame Clinton dimanche, et disposait d’une marge d’avance à deux chiffres lundi. Bref, les sondages étaient si fluctuants qu’ils perdaient en crédibilité, et traduisaient les hésitations des électeurs. Mais cette deuxième place, quasiment à égalité avec la sénatrice de New York, est quand même, faut-il le rappeler, un score exceptionnel, même s’il est légitimement éclipsé par le comeback de l’ancienne First lady.

Comeback est décidément le terme qui peut le mieux qualifier les résultats du New Hampshire, et ce fut d’ailleurs le terme le plus employé par les différents journalistes et analystes qui commentèrent en direct les résultats dans les médias américains. Un comeback pour Hillary Clinton, annoncée grande perdante la veille du scrutin, et qui se relance dans la course. Un comeback pour John McCain, qui était depuis quelques jours annoncé vainqueur, mais dont la candidature faisait presque sourire certains il y a encore quelques semaines.

Le New Hampshire a relancé la course aux Primaires du côté républicain, et bien malin celui qui pourrait, à ce stade, prévoir un vainqueur, tant toutes les options restent ouvertes. Côté démocrate, John Edwards est, comme cela était prévisible, déjà distancé, et il n’y a quasiment plus aucun doute sur le fait que la victoire finale se jouera entre Hillary Clinton et Barack Obama. Sur ce point, nous pouvons considérer que ce début de campagne des Primaires est une énorme percée pour le jeune sénateur de l’Illinois, et la confirmation pour Madame Clinton qu’elle reste la candidate à battre dans le parti de l’âne, comme cela était prévu depuis un an, et son annonce de candidature. Reste désormais à savoir si le comeback des deux vainqueurs du jour sera durable, ou s’il cache des désillusions futures.

Retrouvez l'IRIS sur son site Internet : www.iris-france.org
Article reproduit dans le cadre du partenariat entre l'IRIS et Ilovepolitics.info - Tous droits réservés




1.Posté par romain blachier le 09/01/2008 12:31
ce qui est dingue c'est que si MCcain a indiscutablement la stature présidentielle, il est plus à droite (sur l'avortement par exemple) que l'image qu'il a

2.Posté par alpagueur le 11/01/2008 00:52
Le fait marquant n'est pas celui que l'on croit l'arbre Mac Cain cache la forêt....

Le fait MARQUANT dans le New Hampshire, c'est le grand retour de la Fraude électorale, Fraude qui touche Ron Paul et Obama...

Que faire, d'abord être au courant que la fraude a existé par le passé récent...

WHAT YOU CAN DO TO STOP VOTE FRAUD
By: Devvy Kidd

http://www.newswithviews.com/Devvy/kidd207.htm

Princeton scientists Hack Diebold :
http://www.youtube.com/watch?v=5WMG34cv0zM

Programmer Finally Testifies: US elections rigged
http://www.youtube.com/v/5eQBdl-wiKQ

CELUI-Ci est une BOMBE !!!!! --->
White House-linked clandestine operation paid for “vote switching” software
http://onlinejournal.com/artman/publish/printer_174.shtml

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains