Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Analyses & Interviews

Le plus dur pour Obama commence maintenant

Ignacio Ramonet le 5 Décembre 2008 à 08:07

Par Ignacio Ramonet, ancien directeur du Monde diplomatique, pour Mémoire des luttes.



Le plus dur pour Obama commence maintenant
Lorsque, le 20 janvier prochain, le nouveau président des Etats-Unis, Barack H. Obama, sera investi de ses fonctions au Capitole de Washington, peut-être se souviendra-t-il que cet imposant bâtiment a été construit par des esclaves noirs. Et quand, quelques heures plus tard, il logera avec sa famille dans la Maison Blanche, il se rappellera sans doute que cette résidence, elle aussi, a été bâtie par des esclaves

Obama n’est pas un descendant d’esclaves. Il ne fait pas non plus partie de ce qu’on appelle les « Noirs en colère » qui effraient tant les Blancs. Si une seule fois, durant la campagne électorale, le candidat démocrate avait haussé le ton pour dénoncer le racisme, il aurait été sur le champ accusé de « rancunier » ou de « revanchard ». Et perdu l’élection.

C’est pourquoi sa tactique a consisté à répéter que l’identité raciale n’était pas son étendard, et que le fait d’être noir ne faisait pas de lui le représentant des Noirs. Ce qui ne l’empêchera nullement de penser, lorsqu’ il entrera en fonction, qu’au moment de sa naissance, en 1961, il y avait encore des lois racistes dans plusieurs Etats de son pays et que beaucoup d’Afro-américains étaient empêchés d’exercer leur droit de vote.

Il mesurera alors le chemin parcouru. Marqué par des luttes sanglantes et par des dirigeants exceptionnels comme Malcolm X et Martin Luther King, tous deux assassinés par des groupes racistes.

L’élection de Barack Hussein Obama est aussi un témoignage de la vitalité de la société américaine. Une démonstration que le « rêve américain » demeure vivant. Et que (presque) « tout est possible ». Une brise d’air frais après huit ans de puanteurs et de pratiques répugnantes de l’Administration Bush. C’est pourquoi, le nouveau président a annoncé que parmi ses premières mesures figurent : l’interdiction de la torture et la fermeture du bagne illégal de Guantanamo.

Sa singulière biographie, son allure élégante, ses exceptionnelles qualités d’orateur et ses dons de leader charismatique ont fait de lui, en peu de temps, une star politique admirée par l’opinion publique mondiale. Pour la première fois, un président des Etats-Unis (qui ne gouverne pas encore) est populaire dans des zones comme l’aire arabo-musulmane, l’Afrique sub-saharienne et l’Amérique latine. Régions où, pour des raisons historiques, il existe d’ordinaire une méfiance assez généralisée à l’égard de l’Oncle Sam. Nombre d’intellectuels habituellement critiques, à l‘intérieur et à l’extérieur des Etats-Unis, ont également célébré son élection.

Nelson Mandela, premier président noir d’Afrique du Sud, dans son message de félicitations, a déclaré : « Nous sommes convaincus que vous allez finalement parvenir à réaliser votre rêve de faire des Etats-Unis d’Amérique un partenaire à part entière dans une communauté de nations, qui se consacre à la paix et à la prospérité pour tous (1). »

De si grandes espérances ne pourront être que déçues. C’est d’ailleurs pourquoi, en se fondant sur sa longue expérience d’avoir eu affaire à dix présidents américains, Fidel Castro a suggéré de modérer les attentes : « Ce serait fort naïf de croire que les bonnes intentions d’une personne intelligente pourraient changer ce que des siècles d’intérêts et d’égoïsme ont créé. L’histoire humaine montre que ce n’est pas ainsi (2). »

Le plus dur pour Obama commence maintenant. D’abord, parce que le démarrage de son mandat aura lieu en plein milieu du pire krach économique depuis un siècle. Les Américains attendent de lui qu’il les fasse sortir de cette imbrication de crises (immobilière, bancaire, boursière) dans lesquelles l’Administration Bush les a plongés. Ils le supplient également d’éviter le naufrage industriel des constructeurs automobiles, les Big Three (Ford, General Motors, Chrysler). Et de sauver des millions d’emplois.

Par ailleurs, lui-même a promis d’instaurer une assurance-santé universelle que les quarante millions d’Américains dépourvus de sécurité sociale attendent désespérément. Sans compter le travail d’Hercule qui sera son projet de « Green New Deal ». Un ambitieux programme de développement de nouvelles technologies vertes pour en finir avec la dépendance du pétrole. Et rendre obsolescent l’usage des énergies fossiles. Comme quand, vers 1880, l’électricité remplaça le charbon et la vapeur.

Tout ceci ne se fera pas du jour au lendemain. Cela coûtera fort cher et les avantages ne seront pas évidents à court terme. Qui plus est, l’équipe économique choisie par le nouveau président et au sein de laquelle on retrouve des personnalités ultralibérales responsables en partie de la crise actuelle, comme Robert Rubin, Laurence Summers ou Timothy Geithner, n’est pas de nature à rassurer.

Il apparaît clair désormais que l’Administration Obama sera de centre-droit, c’est-à-dire plus à droite que le Congrès. Ce qui laisse présager des tensions bien plus fortes que prévu entre le législatif et l’exécutif. En particulier, les nouveaux élus démocrates lors du scrutin du 4 novembre dernier ne manqueront pas d’exprimer les impatiences de leurs électeurs durement touchés par la crise et fortement irrités par les aides massives versés par l’Etat à des banquiers dont les salaires et les primes continuent de scandaliser. Bref, l’enthousiasme d’aujourd’hui pourrait assez vite se transformer en déception, frustration et colère.

Le nouveau président n’aura pas non plus la partie facile en matière de politique extérieure. Là encore, l’équipe dont il a décidé de s’entourer pour gouverner, avec au premier plan Hillary Clinton, Robert Gates, et le général James Jones, semble très conservatrice. On la voit mal mettre en application les idées de changement exprimées par Obama.

L’ère Bush a marqué l’apogée de l’hégémonie mondiale des Etats-Unis. Un pouvoir en définitive éphémère et peu efficace. Car les guerres en Afghanistan et en Irak ont révélé que la suprématie militaire ne se traduit pas automatiquement par des victoires politiques. Par ailleurs, l’essor de la Chine et de l’Inde laisse présager que les jours des Etats-Unis comme première puissance économique sont comptés.

En d’autres termes, Obama aura à gérer la « nouvelle décadence » de son pays. Ce qui est toujours dangereux. Parce qu’il peut se retrouver à la merci d’escalades et de provocations. Non pas en Amérique latine où les choses pourraient s’améliorer rapidement si Washington soulage ou supprime l’embargo commercial contre Cuba et s’il rétablit des relations constructives avec le Venezuela et la Bolivie. Mais au Proche-Orient où la situation demeurera très tendue. Et où elle pourrait même s’aggraver.

Par exemple, si Obama retire les troupes d’Irak, comme il l’a promis et comme le souhaite la plupart des Américains, le vainqueur de la guerre sera, objectivement, l’Iran, car les chiites, alliés de Téhéran, resteront aux commandes à Bagdad. L’Arabie saoudite, grand ennemi de l’Iran qu’elle accuse d’expansionnisme, l’acceptera-t-elle ? Israël d’acceptera-t-il, alors que ce pays est menacé de destruction par Téhéran, et que l’élection de février prochain pourrait être remportée par Benyamin Netanyahou et ses amis « faucons » ?

Que fera Obama si ces deux Etats s’arrangent, d’une manière ou d’une autre, pour faire obstacle au retrait américain d’Irak ?
Notes

----------
[1] Le Monde, Paris, 8 novembre 2008.
[2] Granma, La Havane, 14 novembre 2008.

Retrouvez Mémoire des luttes sur son site Internet : www.medelu.org.




1.Posté par Roger Manzinga le 05/12/2008 10:38
J'ai beaucoup apprécié l'objectvité avec laquelle vous avez approché la question. Il me semble certain que les deux points de vue cités, celui de l'ex-président Nelson Mandela et celui du président Fidèle Castro, représentent les deux fils à lier par le président élu Barack Obama. Que ne lui prêtions pas les atouts d'un extra-humain (même là, Jésus le plus qu'humain n'a pas pu s'en sortir), mais que nous l'empêchions pas aussi de commencer, au moins commencer, peut être que 'on aura des suivreurs dans le futur. Merci pour cette belle analyse très équilibrée

2.Posté par Phil le 05/12/2008 15:16
Assez nul comme analyse. De l'intellectualisme bobo parisien bas de gamme...

3.Posté par Kerouac le 05/12/2008 19:21
Bonne analyse selon moi, mais dommage qu'il faille se sentir obligé à chaque fois de tirer à vue sur George W. Bush (Les Américains attendent de lui qu’il les fasse sortir de cette imbrication de crises (immobilière, bancaire, boursière) dans lesquelles l’Administration Bush les a plongés. . La crise des subprimes trouve son origine dans des décisions et des lois votées sous l'ère Clinton.
Quant à ça : Par ailleurs, l’essor de la Chine et de l’Inde laisse présager que les jours des Etats-Unis comme première puissance économique sont comptés. => beaucoup en rêvent, en parlent, je ne suis pas persuadé que ce soit pour demain. Les Etats-Unis resteront LE leader du monde, dans bien des domaines, et en premier lieu, celui de l'économie. N'en déplaise à tous les anti-américanistes primaires (de gauche ?)...

4.Posté par analyse basse le 05/12/2008 19:29
C'est un peu choquant de lire des analylises qui semble lies a l'histoire de crainte entre les peuples pour essayer de justifier l'echec ou reussite de la presidence Obama.Vous cree toujours des ennuits la ou il n'y en a uncunes pour poliraser les opinions.Obama a eu une position sur le racism(en montrant que ce n'etait pas un probleme lie a une peau,mais des comportements,qui peuvent etre amelioree preuve meme de sa victoire),Il a proner la rconciliation des races.Le probleme de la race est qu'il y a un cote qui craint toujours des erreurs qu'il a commises.Il faut que nous essayons de se projeter au dela de ca.La dignite de toute les races est la source des conflits raciaux.Obama avec son heritage unique a une vision assez pertinante qui merite d'etre soutenu,car ultimement,ca concerne toi et moi.


Maintenant,on ne peut pas se focaliser sur les craintes exprimees par l'AS et Israel pour projeter la reussite ou l'echec de sa presidence.La communaute internationale aura a collaborer sur ces sujets pour determiner comment cooperer avec Tehran qui a mon ami n'est pas une menace seulement pour vos etats selectiones,mais le monde entier qui ne veut pas voir une vulgarisation du nucleaire.

Au Etats unis,Obama ne saura pas etre un extra terrestre pour resoudre tous les problemes que ce pays rencontre maintenant.Il faudra que les Americains prouvent encore leur extraordinaire capacite a rebondir,non sans envahir d'autres pays sans defence,mais pouvoir compter sur la coorperation entre les etats.On a vu comment Bush a mis la structure millitaire,sociale et economiques en branle avec cette facheuse volonte de terroriser des qu'on a les moyens militaire.Il ya trop de travail qui attend Obama,mais vu son intelligence et sa moderation,nous souhaitons que non plus l'unilateralisme domine les relations USA-monde,mais des negociations tres ponctuees qui garantissent la securite de notre milieu de vie.Si l'Irak a ete facilement envahit,il ya plein d'etats maintenant qui ont du repondant militaire et pourront conduire a l'allienation de notre planete.Voila pourquoi la ponderation et la mobilisation dont prone Obama attirent les masses.

5.Posté par Avembe le 06/12/2008 12:14
Phil t dur là...je pense qu'il n'y a pas grand chose de nouveau dans cette présentation, on y apprend rien !!! mais bon "intellectualisme bobo etc..."
ce qui est certain c que Bush et se potes(paulson, Bernanke) aurait du et auraient

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains