Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Analyses & Interviews

La vie en rose des Français à Hollywood

Barthélémy Courmont le 25 Février 2008 à 12:15

Par Barthélémy Courmont, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). En 2003, en marge de la campagne irakienne et des dissonances Paris-Washington, la France avait été critiquée sur tous les fronts. Quatre ans plus tard, les choses ont bien changé.



Trois Oscars et huit nominations. Et surtout la récompense de meilleure actrice pour Marion Cotillard pour son interprétation d’Edith Piaf dans La Môme (intitulé La vie en rose outre Atlantique), d’Olivier Dahan, qui devient au passage la première actrice récompensée pour une performance en langue française : jamais la France n’avait ainsi été à l’honneur à Hollywood ! Un événement d’autant plus remarquable qu’il contraste avec la vague de francophobie qui avait frappée les Etats-Unis il y a quelques années.

En 2003, en marge de la campagne irakienne et des dissonances Paris-Washington, la France avait été critiquée sur tous les fronts, et l’objet de railleries dépassant parfois très largement le cadre de la politique. Invité par le consulat de France à Los Angeles en 2003, à l’occasion d’une semaine du cinéma français, Jack Valenti (alors président de la Motion Picture Producers and Distributors of America) déclara ainsi : « J’ai contribué, en 1944, à la libération d’un pays bien peu reconnaissant ! », en référence au refus de la France de soutenir la guerre en Irak. Valenti développait depuis toujours une idéologie toute guerrière, qu’il résume à la façon d’un sheriff en affirmant, qu’« aux Etats-Unis, il n’y a pas de place pour les faibles ». En pleine crise transatlantique, c’est un représentant de l’industrie cinématographique qui venait donner des leçons de politique aux diplomates ! En 2004, le candidat démocrate John Kerry avait été sévèrement critiqué par les Républicains pour ses penchants « français » (bien que cela ne signifie pas grand chose, et puisse plutôt être assimilé à une tactique de campagne). Bref, la France n’était pas franchement à la mode outre-Atlantique il y a encore peu de temps.

Quatre ans plus tard, les choses ont bien changé. La France et les Etats-Unis sont redevenus des alliés proches, l’antiaméricanisme a régressé, et le French bashing est désormais presque anecdotique. Les candidats à la Maison-Blanche eux-mêmes ne se risqueraient pas à critiquer la France à des fins électorales, bien au contraire. Certains ont même été jusqu’à citer la France en exemple, comme Rudolf Giuliani, qui avait défendu lors d’un meeting en Floride en janvier les réformes engagées par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, et rappelant que de l’autre côté de l’Atlantique, l’immobilisme n’est pas de mise. Et les candidats encore en course n’ont pas d’animosité particulière à l’égard de la France, ce qui augure de meilleures relations futures entre les deux pays.

Cette cérémonie des Oscars est donc un bel indicateur, bien qu’anecdotique, du grand retour de la France aux Etats-Unis, et il serait déplacé de ne pas s’en réjouir.

Retrouvez l'IRIS sur son site Internet : www.iris-france.org
Article reproduit dans le cadre du partenariat entre l'IRIS et Ilovepolitics.info - Tous droits réservés




1.Posté par Phil le 25/02/2008 13:46
Franchement, tout ramener à la politique c'est fatiguant. Le grand retour de la France aux Etats-Unis???? Mais où se trouve la France là-bas et quelle est son influence? Dans le secteur de l'hôtellerie-restauration peut-être mais à part ça, je ne vois pas...

2.Posté par bowthan le 25/02/2008 14:33
Il faut raison garder, ne pas tomber dans l'excès et la béatitude. Ca n'est pas parce qu'une actrice à obtenue une statuette à Hollywood que ça y est maintenant la c'est bien, c'est à la mode et que l'Irak est oublié. Dans ce billet il est dit qu'aucun des candidats ne se risquerait à critiquer la France et pourtant c'est arrivé avec Romney lorsqu'il était encore en course. Il avait affirmer quelque chose comme "Il ne faudra pas que les Etats Unis soient au XXIème siècle ce que la France a été au XXème siècle".
De plus je n'ose même pas songer à la façon dont les américains doivent percevoir le Président de la République. Déja qu'en Inde la grande question des journalistes locaux et internationaux était "Où est Carla ? viendra t elle ?".
J'ai donc plutot l'impression que les USA se sentent aujourd'hui un peu plus proche de la France et vice versa depuis le changement de président mais je ne sais pas ce rapprochement est si génial que ça.
Dès que les USA vont élire un nouveau président un nouvel équilibre dans la relation transatlantique devra être trouvé. Et la franchement je m'interroge, surtout, si c'est Obama le président US d'ailleurs.

3.Posté par rico le 04/03/2008 18:47
Un petit up pour ce topic, avant qu'il ne disparaisse.

Parceque notre Marion nationale, elle s'est signalé par des commentaires d'une jackytude bien pathétique à propos du 11/9.
Comme quoi être belle et oscarisée ne fait pas une penseuse. La théorie du complot, l'effondrement des twins tower parceque Mr Sylvestre de la World Company veut pouvoir se servir de sa RJ45 à moindre frais...
Après Edith Piaf, Marion est Mme Bidochon.
La classe !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains