Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

La convention démocrate a-t-elle un effet sur les sondages ?

Marjorie Paillon le 27 Août 2008 à 17:45

L'arrivée de Joe Biden aux côtés de Barack Obama et le début de la convention démocrate de Denver ont-ils un effet sur les sondages ? Pas pour l'instant, si l'on en croit cette analyse de Gallup. L'institut, qui sait bien que les chiffres sont à relativiser, relève une très légère avancée de John McCain aujourd'hui, le donnant à 46% d'intentions de vote contre 44% pour Barack Obama. Mais surtout, Gallup note un rapprochement des courbes des deux candidats depuis quelques jours.



A noter aussi, cette seconde analyse vidéo de Gallup. L'institut révèle que John McCain dispose aujourd'hui d'une base militante plus fidèle que celle de son rival démocrate. McCain pourrait compter sur 87% des voix républicaines, tandis que Barack Obama ne rassemblerait "que" 78% de voix démocrates. Il faudra donc attendre la fin de la saison des conventions pour voir si ces grands rassemblements peuvent modifier les comportements électoraux américains.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math



1.Posté par ben le 27/08/2008 18:19
Le choix de Biden a une influence mais une influence négative pour Obama! C'est en tous cas ce qu'on voit si on analyse les sondages Gallup et Rasmussen: les 2 instituts sont en train de mettre Mc Cain en tete alors qu'il ne l'avait plus été depuis des semaines.

Et cela c'est une surprise pour beaucoup qui, rien que du fait de l'annonce, s'attendait à un "bounce". Mais certains démocrates clintoniens sont très fachés de ne pas voir Clinton commme VP et retirent leur soutien à Obama.

On va voir maintenant si la convention a un effet.

2.Posté par dresdes le 27/08/2008 19:47
ce n'est qu"un sondage certes, mais ça veut aussi dire qu'il y a le feu à la maison;
il ya deux paramètres qui jouent contre BO:
1.la publicité négative de mc cain, qui malgré ce que pensent les gens a un impact sur les américains;

2. la lassitude de voir et d'entendre parler que de lui;mais est-ce vraiment de sa faute ?il fait vendre


3.Posté par Willy le 27/08/2008 20:05
Exact comme analyse.

En vérité, le camp républicain se rassemble très très fort autour de John Mc Cain et ce qui n'est pas le cas des démocrates pour Obama.
En d'autres, cette division du camp démocrate date depuis les primaires et cela persiste.
En plus et selon CNN, Bill Clinton ne sera pas présent quand Obama pronocera son discours d'investiture.
Personnellement, je ne pense pas que Bill souhaite l'élection d'Obama et ce jeudi c'est une date historique pour les américains, c'est date l'anniversaire du discours de Martin Luther King "I have a dream".

En clair, ce n'est pas les attaques négatives de McCain qui font chuter Obama dans les sondages, mais c'est le comportement du clan des Clintons.
Si Obama perd cette élection en Novembre, les vrais responsables : Les Clintons et d'autres racistes du camp des démocrates.

L'expérience d'Obama comme préteste ne tient pas debout , je persiste et je signe.

Voilà.

4.Posté par drzz le 27/08/2008 20:36
LA VIDEO QUI TUE !!!!!!

Bill Clinton casse du sucre sur Obama en parallèle de la convention !!!
http://leblogdrzz.over-blog.com/article-22294080.html


5.Posté par Gepeto le 27/08/2008 22:27
Du calme...
Les gens, et même les sondeurs, pensent que les courbes doivent sauter immédiatement après tel ou tel événement (à part un énorme scandale, pas ce genre de broutille). Il faut en fait que l'information ait le temps d'être réellement assimilée par la population, ça peut prendre des jours, voire des semaines. Quant au choix du vice-président, si certains parlent de mécontentement chez les supporters de Clinton (ce qui est tout à fait possible), relativisons :
1- La plupart des américains ne connaît même pas encore Joe Biden (promis) ! Ca viendra petit à petit.
2- Chez Rasmussen, c'est toujours serré, et chez Gallup, c'est déjà revenu Obama +1. Comme ils font des moyennes sur trois jours, ça signifie que McCain a eu un bon jour, et il est probable qu'Obama soit pas mal du tout demain.
3- Les écarts restent très serrés : si ça se trouve, rien n'a changé du tout, et on ne parle que de bruit statistique
4- En réalité, si les "bounces" post-convention sont réels et documentés, ils ne sont pas immédiats. Ils ne commencent pas avant le mercredi au moins, et sont progressifs. Ils allaient quand même pas être visibles avant le début !

Comme souvent avec les sondages, on ne peut pas les analyser en temps réel, il faut un peu de temps pour les mettre dans un contexte, pour voir leur portée réelle. En attendant, beaucoup de conclusions sont tirées assez hâtivement... (Ex peu relevé : si la convention démocrate améliore fortement la position d'Obama dans le seul état du Colorado où elle a lieu, ça met quand même McCain dans une situation plus que délicate...)

6.Posté par rico le 27/08/2008 22:51
Dresdes: il se passe tout simplement ce que beaucoup, dont moi-même, avaient annoncé depuis des mois: rassemblement (et attaques) des républicains, lassitude du phénomène médiatique Obama.
Les analyses se font moins superficielles, laissant moins de place aux promesses et davantage au concret. L'actualité pèse aussi... Change, yes we can...mais les russes apparemment pas.

Quant au choix de Joe Biden aux caractéristiques proches d'Hillary Clinton (celle qu'il ne fallait surtout pas prendre pour VP pour ne pas remettre en cause l'idée de changement), à quelques jours de la convention, c'est un plantage carabiné. Une bonne manière de faire comprendre au partisans de Clinton qui pouvaient nourrir des illusions sur Obama qu'ils peuvent se le carrer bien profond.
Pour ma part, aucune surprise, si ce n'est que le choix est bien plus idiot que prévu.
Le problème est simple, depuis un moment on entend Hillary appeller à voter Obama mais je ne voie aucun signe en sens inverse, et surtout pas les mesures que j'attends. Si Obama croie que les supporteurs de Clinton voteront pour lui par simple demande de leur candidate, il se berce d'illusions. Les partisans de l'ex 1st Lady sont bien plus mûrs que les siens et beaucoup s'abstiendront s'il ne prend pas un minimum en compte leurs attentes.

PS:
Un garde rouge virtuel s'est glissé dans les commentateurs. Il aspire à de grands idéaux, a une compréhension limitée et une vision totalement orientée, se traduisant par une lecture unique de l'activité politique et un positionnement binaire: on est pour son idéal, sinon on est contre et donc déviant.
Arriverez vous à le reconnaître ?

PPS:
Il y a aussi un républicain, et lui va surtout s'amuser à exciter le garde rouge, en application d'un principe vieux comme le monde: diviser pour régner

7.Posté par Gepeto le 28/08/2008 00:14
J'applaudis ceux qui arrivent à dire que le choix de Biden est un "plantage" 5 jours après le dit choix et un petit discours rapide, avant son discours à la convention, alors que la campagne officielle n'est pas encore commencée, 1 mois et demi avant le débat entre VPs, et 2 mois et demi avant l'élection... parce qu'il n'y a pas eu de "bounce", c'est bien ça ? Un seul argument dans le message, et il ne tient pas debout. ("beaucoup s'abstiendront s'il ne prend pas un minimum en compte leurs attentes." ? Ils ont le même programme, tu veux quoi de plus ?)

Il n'y a pas de loi sur les bounces post-choix de VP ou post-convention. Ces rebonds sont appelés comme ça, parce qu'après, ça revient comme avant : c'est un effet temporaire, et de plus leurs effets sont complètement décorrélés des résultats des élections. C'est un critère presque sans intérêt, contrairement aux sondages dans les états, qui sont toujours plutôt favorables à Obama (mais peuvent changer, évidemment).

Le début du resserrement dans les sondages nationaux date d'avant les pubs très négatives, donc même si elles ont joué, personne ne sait réellement comment et combien. Il faut bien comprendre que les américains ne sont pas des ânes, beaucoup se rendent comptent que les pubs sont idiotes et malhonnêtes. Et plus ils en voient, plus ça les énerve. Peut-être que c'est pour ça que pendant ce temps, McCain n'en a pas profité pour prendre une avance importante en Floride, en Virginie, en Ohio, ..., des états qu'il doit impérativement gagner.

8.Posté par bernard29 le 28/08/2008 00:52
les médias ont tout intérêt a avoir des sondages serrés ou qui font le yoyo, pour maintenir l'intérêt des lecteurs.

De toutes manières, c'est pas plus mal que les scores d'OBAMA fléchissent maintenant. C'est même trés bon pour la suite. ça maintient l'envie de se battre dans le camp d'OBAMA. Go Obama.

9.Posté par Fortune le 28/08/2008 12:05
Marjorie,

J'ai remarqué que cela fait un bon bout de temps que tu prends un malin plaisir à publier des articles contre Obama.
Et tu ne veux pas mettre en avant les avancées dans le camps démocrate.
Pourquoi es-tu pro-McCain ?

Fortune

10.Posté par Alpho T. le 28/08/2008 20:15
La crise de Georgie a été crée pour booster McCAIN, traduit par les récents sondages qui ont suivit et une "réaction calculée" du candidat à la Maison Blanche.
Cette crise a donc été intentionnellement crée par Washington pour donner un coup de pousse à McCAIN.
(AFP du 28 août 2008 19h30, par Benoît FINCK ):
Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a affirmé que le conflit déclenché par la Géorgie dans la république séparatiste d'Ossétie du Sud avait été orchestré par Washington.

"Le fait est que des citoyens américains se trouvaient dans la zone de conflit pendant les hostilités. Il devrait être admis qu'ils étaient là après avoir reçu des ordres de leurs supérieurs (...). Et le seul qui peut donner de tels ordres, c'est leur dirigeant", a-t-il accusé dans un entretien à la chaîne américaine CNN.

"Si j'ai bien compris, cela laisse penser que quelqu'un aux Etats-Unis a créé ce conflit spécialement pour que la situation empire et pour créer un avantage en faveur de l'un des candidats (...) à la présidentielle (américaine)", a-t-il ajouté dans une allusion voilée au républicain John McCain.
------------
Tant de morts, de blessés, de déplacés juste pour le pouvoir. Ha, ces McBUSH n'en seront pas à leur première initiative de désastre humanitaire. La guerre d'Irak a boosté G.W. BUSH et ce sont des millions de personnes qui ont payé et paient encore...

On espère que cette administration ne nous attaque pas l'Iran d'ici le 03 novembre 2008.

11.Posté par rico le 28/08/2008 21:28
Gepeto:
Ils ont le même programme, tu veux quoi de plus
Non ils n'ont pas le même programme. Et ce depuis le début, notamment sur l'assurance maladie.
Hillary Clinton pouvait se permettre de défendre cette mesure perçue comme gauchiste, auréolée qu'elle était de la réussite économique des mandats présidentiels de Bill.
Obama s'est servi de cette mesure pour se recentrer politiquement en l'abandonnant. Faute de crédibilité, ce type a sacrifié une mesure de première nécessité (On entre dans une période de récession, des milliers de foyers ont été ruinés par la crise subprime) histoire de faire moins "gauchiste".

L'ironie d'ailleurs c'est que les noirs, étant les plus pauvres, sont les plus nécessiteux de cette assurance. Mais visiblement, leur motivation n'était pas dans le programme des candidats...

12.Posté par Gepeto le 29/08/2008 01:15
@rico
Par "notamment l'assurance maladie", tu veux dire "j'ai trouvé que ça et la guerre en Irak" ?
Que les petits détails des programmes soient différents, évidemment. Mais en terme de prévision de ce que pourra faire un candidat une fois élu, surtout par rapport à l'adversaire républicain, c'est la même chose. Mais Obama et Clinton sont des démocrates modérés, dont les habitudes de vote sont très proches, et qui ont présenté des programmes excessivement proches (comme Edwards, d'ailleurs). Donc qu'un centriste ait besoin de se recentrer, ouais, peut-être, pour les gens qui regardent les journaux télés. Mais pour ceux qui connaissent les programmes, c'était pas la peine.

Quant à Clinton, auréolée d'avoir personnellement fait planter la réforme de l'assurance maladie sous le premier (je crois) mandat de Bill, je comprends pas trop ton argument.

Si t'as loupé ce qui s'est passé dans la primaire : les candidats se sont essentiellement affrontés sur des personnalités, pas sur des arguments politiques. Si un électeur peut soutenir l'un et pas l'autre contre un républicain, c'est de toute évidence qu'il ne choisit pas son candidat sur des bases de programme (après, ça ne me gêne pas beaucoup plus que ça, vu que ce que valent les programmes, mais il faut être clair).

Du coup, la réconciliation qui a lieu cette semaine, itou : c'est pas sur des bases politiques, c'est personnel, c'est voir Bill et Hillary se donner à fond, vaillamment, etc.

Une fois ça fait, on peut se remettre à parler politique, et c'est sur ça qu'Obama veut mettre l'affrontement de la générale. La primaire sur le caractère contre les Clinton, la générale sur le programme contre les républicains.

13.Posté par rico le 29/08/2008 09:36
Quand je parle du bilan des Clinton, il s'agit des 8 années à la maison blanche, pas de l'échec dans les premiers mois du premier essai d'instauration du plan d'assurance maladie.
On ne réussit pas tout au premier coup, surtout une telle réforme qui avait valu de sérieuses menaces sur sa vie à Hillary, alors peu expérimentée.

Et je ne considère pas celà comme un détail mais une différence majeure. Contrairement à la guerre en Irak qui a eu lieu de toutes façons et sur laquelle l'opposition ou l'approbation préalable ne risque pas d' apporter quoi que ce soit.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains