Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Analyses & Interviews

L'échec du plan Paulson à la Chambre des représentants : douloureux révélateur des tensions futures

B. Courmont le 2 Octobre 2008 à 23:36

Par Barthélémy Courmont, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). L’échec surprise de l’adoption du plan de sauvetage du secteur bancaire américain, plus connu sous le nom de plan Paulson, le 29 septembre à la Chambre des représentants, a provoqué d’importants remous sur les places financières internationales, et une véritable crise politique à Washington.



L'échec du plan Paulson à la Chambre des représentants : douloureux révélateur des tensions futures
Adopté deux jours plus tard au Sénat, il reste suspendu à un nouveau vote de la Chambre basse. Pour autant, et au-delà des difficultés à parvenir à un accord, cet échec est révélateur du bras de fer qui pourrait opposer la Maison-Blanche et le Congrès à partir de janvier prochain. La raison : le retour presque incontournable du big government, et les réactions d’hostilité des mouvements conservateurs.

Des réformes nécessaires, mais difficilement populaires
Le changement tant annoncé dans cette campagne présidentielle, par les deux candidats, sera douloureux. D’ailleurs, ni Barack Obama, ni John McCain, n’ont nié à l’occasion de leur premier débat télévisé que les réformes dans le secteur économique et social seront coûteuses et difficiles, même si elles sont nécessaires, les deux candidats s’inscrivant ainsi dans une logique de rupture avec l’administration sortante. Des mesures qui seront donc forcément impopulaires. Ainsi, le plan de sauvetage du secteur financier n’est que le premier volet d’un vaste plan d’interventionnisme de l’Etat dans l’économie américaine. Parallèlement, les observateurs le reconnaissent de façon unanime, le chômage va augmenter, la consommation reculer, et la confiance continuer de sombrer. Bref, plus personne ne nie aujourd’hui que les Etats-Unis sont en crise, que cette crise sera longue et difficile, et que les mesures adoptées par la future administration devront être importantes. Certains parlent d’un nécessaire New Deal, en référence à la politique économique et sociale de Franklin Roosevelt pour répondre à la crise économique des années 30.

Big government contre libertés individuelles
Dans un agenda chargé et marqué de la nécessité du changement, la vraie ligne de tensions politiques à laquelle devra se préparer la future administration sera celle qui opposera les partisans d’un interventionnisme plus marqué des autorités fédérales, incarnées par l’Exécutif, et les tenants des libertés individuelles, farouches opposants à un Etat trop providence, représentés notamment au Congrès, mais aussi dans les administrations locales (notamment les gouverneurs). Les Républicains seront en première ligne, comme l’a prouvé leur positionnement le 29 septembre (plus des deux tiers des représentants républicains ont voté contre un plan proposé par une administration républicaine !). En d’autres termes, les derniers défenseurs de la révolution conservatrice de Ronald Reagan contre ceux qui, au sein de l’Exécutif, chercheront à provoquer une nouvelle révolution économique et sociale. Les sujets sur lesquels les tensions seront perceptibles ne manquent pas : plan de sauvetage de l’économie bien sûr, mais aussi politique énergétique, réforme de la couverture d’assurance maladie, réforme du système fiscal, et politique environnementale. Des sujets sur lesquels, qu’elle le veuille ou non, la future administration sera forcée d’incarner le changement. McCain et Obama en ont conscience.

Le Congrès, future tête de proue du conservatisme américain ?
Et si le Congrès redevenait le lieu de la contestation conservatrice ? Au milieu des années 90, après deux ans de présidence Bill Clinton, les élections mi-mandat de 1994 avaient vu déferler une véritable vague conservatrice, qui s’empara des deux chambres du Congrès, et imposa au président démocrate un gridlock (sorte de cohabitation entre un Exécutif d’une couleur politique et un Congrès de l’autre) jusqu’à la fin de son second mandat.

Comme il semble désormais acquis, quel que soit le vainqueur le 4 novembre prochain, que la future administration tournera la page du conservatisme pour proposer une nouvelle vision de l’Amérique, c’est au Congrès que ce mouvement pourrait se pérenniser. Et comme aucun des deux candidats n’incarne ce conservatisme, la lutte semble inévitable. Certes, quel que soit le vainqueur, un sénateur occupera la Maison-Blanche (et même deux en cas de victoire du tandem Obama-Biden), ce qui pourrait augurer de meilleures relations entre les deux pouvoirs. Mais ne nous y trompons cependant pas : au-delà de l’entente cordiale, les membres du Congrès ne manqueront pas une occasion pour mettre en avant leurs prérogatives, et imposer le débat à l’administration. Cela sera encore plus net dans le cas d’un nouveau gridlock, qui n’est pas à exclure, dans un sens comme dans l’autre, même si les Démocrates disposent d’un avantage dans l’autre élection du 4 novembre, celle qui renouvellera la Chambre des représentants et un tiers du Sénat. Quoi qu’il en soit, et le rejet du plan Paulson n’en est qu’une illustration, la présidence impériale qui prévalait au lendemain des attentats du 11 septembre est désormais de l’histoire ancienne, et le Congrès marque son retour sur le devant de la scène.

Retrouvez l'IRIS sur son site Internet : www.iris-france.org
Article reproduit dans le cadre du partenariat entre l'IRIS et Ilovepolitics.info - Tous droits réservés




1.Posté par lorenzo le 03/10/2008 15:11
un article assez intéressant en général sinon dans un sens plus vague,une opinion personnelle parmi d'autres.
Quel que soit le vainqueur pas de changement,les services sociaux resteront tels quels CAD inexistants,encore et toujours un budget consacrée avant tout à l'armée en vue de leur impérialiste sainte "guerre contre le terrorisme",terrorisme dont ils sont les organisateurs principaux(jusque dans leur propre pays,9/11;Al Qaida,de la foutaise,la fiction effrayante d'un groupe terroriste super puissant mené par un chef actuellement "introuvable" car le terrorisme,c'est la CIA si non, avec son aide qu'on l'exécute) tout comme à cette guerre froide n°2,et au bien-être de ces favorisés destructeurs du monde actuel avec leurs multinationales sans scrupules car pas le choix,aux USA,dans le gouvernement, le profit passe avant l'homme de façon prononcée,fanatique privatisation d'un maximum de secteurs jusque dans l'armée-même suivant le modèle des Chicago boys menés par Milton Friedman,créateurs du système de l'actuelle mondialisation du monde,ce qui a retiré bien du pouvoir à l'Etat en tous points de vue.Une différence?Possible que si macCain passe(ce qui ne m'étonnerait pas en pensant à G.W. Bush deux fois élu à la présidence...!!!),risque possible de guerre mondiale?Déjà l'US Navy présente avec trois flottes en attente dans le Golfe persique,offensive si déclenchée effectuée avec l'appui des troupes israélienne aussi déjà prêts de l'autre côté,tout en oubliant la Chine et la Russie souteneurs principaux de cet Iran en rien responsable d'un programme nucléaire militaire mais civil... Aux USA,la majorité de la population tout comme celle du monde actuel va couler toujours et encore plus si non membre de cette "jet set" des favorisés.Lorsqu'il y a un problème social,l'Etat ne dispose pas assez d'argent pour le résoudre mais dès que dans le le monde du buisness on en réclame,là aucun problème pour en trouver.Cette crise financière,aucune idée d'une manipulation de plus pour plus de $ aux riches,moins aux pauvre ainsi que accentuation du pouvoir des USA sur le monde sur le buisness mondial?700 miliards de $,je ne crois pas qu'un éventuel refus du congrès perturbera,un nouveau plan de sauvetage dans ce cas suivrait au risque de toujours et encore plus d'argent mangé à la population....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains