Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Buzz

John McCain, matricule 624787

Julien Landfried le 28 Mars 2008 à 12:33

Nouvelle publicité télévisée pour le candidat républicain et nouveau rappel des états de service du soldat, prisonnier torturé cinq longues années pendant la guerre du Vietnam. C'est pour le moment l'axe principal de la communication de McCain : un vétéran, un héros, un patriote. Qui a dit que les Républicains changeaient de ligne politique après les deux mandats de Bush Junior ?





VOIR AUSSI : john mccain

Dans la même rubrique :
< >


1.Posté par Moby le 28/03/2008 14:20
Mefiez-vous, on n'aurait pas donne cher de G.W.Bush et contre toute attente il a ete elu pour deux mandats. En Europe on a tort de sous-estimer le patriotisme des americains, de "souche" ou fraichement immigres.

McCain est un homme politique avise, tres experimente a Washington, il est sorti des campagnes dures et c'est un guerrier, il va se battre. Les responsables democrates ne cesse d'avertir sur le personnage, comme Steve Rosenthal: "celui qui croit qu'on ira en dansant a la Maison Blanche est un simple d'esprit, ca va etr tres difficile de gagner contra McCain"!

Pour le clip, c'est normal, il est quasi-impossible de se moquer de la souffrance d'un prisonnier de guerre, sauf a tomber dans le crade et le mauvais gout.

2.Posté par annegc1 le 28/03/2008 21:41
Je rejoins Moby quand il dit que le clip c'est normal... mais pas pour les mêmes raisons que lui: c'est quand même à peu près les seules choses sur lesquelles il peut vraiment s'appuyer: tout le monde sait que l'économie n'est pas son fort... et beaucoup ont découvert la semaine dernière que visiblement les affaires étrangères non plus. Mais en même temps, ces deux critères n'ont pas nui à W. Bush, bien au contraire.... donc voilà qui fait peur: un second W, moins extrême mais pas forcément plus compétent sur les points les plus importants... si les démocrates pouvaient arrêter de tout faire pour que l'élection de novembre ne lui revienne...

3.Posté par bowthan le 28/03/2008 23:52
Je ne sais si on peut dire qu'il est "moins compétent" dans le domaine des affaires étrangères qu'une Hillary Clinton par exemple. Elle qui a conservé un souvenir particulier de son voyage en Bosnie. Plus sérieusement je ne vois pas tant de différences que ça entre Hillary Clinton et McCain dans le domaine des affaires étrangères. Je dirais même à la limite que McCain me semble plus courageux qu'Hillary Clinton. Obama lui je ne sais pas, j'ai le sentiment que pour lui il faudra voir à l'usage. Il clame de meilleures intentions mais entre intentions et réalité effective il y a parfois un écart. Reste un point où et Hillary et Obama sont soit imbatables (soit ont un point faible selon les points de vue) : il ou elle seraient le premier non blanc et elle la première femme présidente US. Et au niveau international ça serait un signal fort. (sauf si ça fait peur).

4.Posté par René le 29/03/2008 23:11
Si quelqu'un peut m'aider, de quelles "spectaculaires come-back" parlent Hilary?

5.Posté par MrFReD le 02/04/2008 22:06
Fin du momentum démocrate ?

Les démocrates n’ayant pu encore introniser leur candidat à la présidence, et avec un calendrier électoral prévoyant la prochaine consultation tardivement en Pennsylvanie le 22 avril, les primaires du Parti de l'âne s’enlisent. Elles se transforment en une lutte fratricide au sein du Parti. Pire, la victoire de novembre quasi acquise au début de la campagne s’éloigne à la lecture des derniers sondages qui annoncent John McCain gagnant aussi bien face à Barack Obama que face à Hillary Clinton.

Les affaires mêlant les candidats et les phrases assassines (« On ne choisit pas sa famille, a déclaré Hillary Clinton mardi 25 mars. Mais on choisit l'Eglise à laquelle on appartient ») révèlent la lutte acharnée au sein du camp démocrate. Les anciens propos calomnieux du pasteur Wright qui a marié Barack Obama et baptisé ses deux filles (« Dieu maudissent l’Amérique »), le scandale impliquant dans un réseau de prostitution Eliot Spitzer, le gouverneur de New York, un proche d’Hillary Clinton, le témoignage d’un voyage en Bosnie en mars 1996 (finalement contradictoire) de l’ex First Lady devant prouver son expérience en matière de politique étrangère, entachent l’image des démocrates dans le pays.

Madame Clinton donnée vainqueur au début des primaires, aujourd’hui accusant un net rétard face à son adversaire, a investi une part importante de sa fortune personnelle dans le financement de sa campagne. Dans ses conditions, elle peut difficilement retirer sa candidature. Quoiqu’il en soit, sa crédibilité est plus touchée que celle de son rival. En effet, le sénateur de l’Illinois a pu exploiter au mieux les attaques en prononçant un discours souvent qualifié d’historique à Philadelphie le 18 mars 2008. Tout en s’expliquant sur sa relation avec le pasteur Wright et en condamnant ses propos, Barack Obama a su convaincre en se présentant comme le candidat de tous les Américains, non celui d’une minorité. Il est apparu en futur président des Etats-Unis crédible.

Dans ce contexte difficile pour les démocrates, le nom d’Al Gore resurgit pour mener le Parti à la victoire. Mardi dernier, un représentant de la Floride, Tim Mahoney a publiquement envisagé que le prix Nobel de la Paix soit finalement désigné par la Convention démocrate de Denver fin août. Pour ce super délégué, seul Al Gore peut incarner le rôle de candidat du compromis. Il précise que si la convention aboutit sur une impasse, le parti pourrait accepter un « dream ticket » sous la forme Gore-Clinton ou Gore-Obama. Sans exclure de tenter sa chance une nouvelle fois, Al Gore n’a pas répondu à cet appel.

Ce duel démocrate profite au candidat républicain John McCain qui poursuit sa campagne. Après son retour d’un voyage à l’étranger au Proche Orient et en Europe, un deuxième clip vidéo destiné à la télévision est sorti. Le sénateur de l’Arizona est présenté comme « le président américain que les Américains attendent ».

Comme dans le précédent spot Man In The Arena, le message politique insiste sur deux éléments incarnant le candidat : son refus d’abandonner face à l’adversité érigé en valeur américaine, un candidat qui a toujours servi l’Amérique comme en témoignent les images de l’ex-vétérant de la guerre du Vietnam épelant son numéro matricule 624787… Son expérience de la guerre justifie sa position sur le maintien des troupes en Irak, conflit souvent comparé à la guerre du Vietnam. Justement blessé au Vietnam, il est conscient des enjeux de sa position de fermeté sur la guerre en Irak qui s’inscrit alors comme un engagement responsable et historique… contrastant avec les querelles partisanes démocrates.

http://blogbymonsieurfred.blogspot.com/

6.Posté par rico le 03/04/2008 00:21
René:
Les come-back concernent le New Hamsphire ou elle l'a emporté alors que les sondages la donnaient tous perdante dans la foulée de l'Iowa, et les primaires groupées d'Ohio et du Texas qui ont mis fin à une dizaine de victoires de son adversaire.

J'ai moi aussi une question: on loue le discours d'Obama, mais ce discours correspond il véritablement à son programme ? Il y attaque l'affirmative action, mais osera t'il supprimer cela s'il est élu ? Je n'ai rien vu de tel dans les retranscriptions de son programme que j'ai pu voir.
Au fond, quel est son programme officiel concernant les discriminations ?

7.Posté par alpagueur le 06/04/2008 23:47
Ron Paul est toujours en course??

Etonnant n'est ce pas ... le silence radio n'est que le reflet de la pouriture jouranlistique la Mafia Murdoc and co...

Cela change rien cela se payera CASH plus tard..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains