Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

Hillary et Romney empochent le Nevada

Marjorie Paillon le 20 Janvier 2008 à 00:30

Il n'y a plus de doute : Hillary Clinton et Mitt Romney sont les deux vainqueurs des caucus du Nevada. Et de loin. Hillary domine le champ démocrate avec 51% des voix. Romney affiche un score sans appel : 55% des militants républicains l'ont rejoint. Les deux vainqueurs du jour attendent la confirmation de la Caroline du Sud pour asseoir leur domination.



Hillary peut sourire. Sa victoire dans le Nevada est sans appel. 51% des militants démocrates l'ont préférée à Barack Obama. Le sénateur d'Illinois recueille tout de même 45% des voix.
Hillary vient surtout de ravir le vote latino à Barack Obama. Le ralliement des syndicats des employés de l'hôtellerie à Obama n'ont donc pas suffit à briser la base militante clintonienne. Selon CNN et comme le remarque Richard Hétu, 64% des électeurs latinos du Nevada ont voté pour Hillary Clinton contre 24% pour Barack Obama. 80% des Noirs ont voté pour le sénateur de l’Illinois contre 16% pour la sénatrice de New York.

Mais des rumeurs de pression émanent déjà du staff de campagne d'Obama. Un mystérieux message téléphonique aurait été diffusé aux électeurs démocrates. Une voix masculine y accuse Obama d'accepter de l'argent de lobbystes de Washington, en insistant quatre fois sur le second prénom du sénateur d'Illinois : Barack Hussein Obama. Le texte du message : "I'm calling with some important information about Barack Hussein Obama... Barack Hussein Obama says he doesn't take money from Washington lobbyists or special interest groups but the record is clear that he does...You just can't take a chance on Barack Hussein Obama." Initiative personnelle ou coup bas d'une autre équipe de campagne? Le mystère reste entier à cette heure. (Vous pouvez écouter le fameux message à la fin de cet article.)

Le grand perdant du jour, c'est John Edwards. Le troisième homme s'effondre avec un tout petit 4% de voix. A moins d'un miracle samedi prochain en Caroline du Sud, cela sera très difficile pour l'ancien colistier de John Kerry de se maintenir dans cette campagne.

Côté républicains, Mitt Romney rafle facilement la mise. 52% des voix lui reviennent. John McCain obtient une seconde place de fortune avec 13% des voix républicaines (il est par ailleurs ex aequo avec Ron Paul, qui continue son petit bonhomme de chemin). Mike Huckabee talonne Fred Thompson avec 8%. Rudy Giuliani est bon dernier avec ses 4% réglementaires.
Romney a gagné le Nevada en appliquant la même recette que dans le Michigan : parler d'économie, montrer que le retour de l'emploi est possible. Si on ajoute le Wyoming, cela fait donc trois victoires pour l'ex gouverneur du Massachusetts. Entre Romney, McCain et Huckabee, c'est une valse à trois temps qui rythme la campagne du G.O.P. La primaire de Caroline du Sud, dont les résultats devraient être connus dans les prochaines heures, pourrait bien venir y mettre un point d'orgue.

http://www.ilovepolitics.info/docs/audio/voicebarackhusseinobama.mp3 http://www.ilovepolitics.info/docs/audio/voicebarackhusseinobama.mp3





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math



1.Posté par Brice le 20/01/2008 01:15
bonsoir,
je ne comprends pas pourquoi, et en particulier en France, l'on décrit la victoire d'Hillary Clinton comme importante. On annonçait cette victoire depuis quelques jours. Par ailleurs, son avance n'est que de 600 voix environ.
Non?

2.Posté par catd le 20/01/2008 02:12
Bonsoir,
les français font à leurs démons voir l'outre atlantique dépassé le vocable de race pour miser sur l'humain. C'est tout l'enjeu de cette élection je ne prêche pour aucun camp mais u ne victoire d'Obama hussein peut être bénéfique pour le monde et pas seulement les US.
Hillary est très expérimentée mais elle a trop baigné dans la politque politicienne. Mais je sais que sa victoire ne fait aucun doute.

3.Posté par Monsieur_K le 20/01/2008 02:20
Ron Paul est maintenant second !!! La branche libérale du mouvement conservateur revit !!! GO RON !

4.Posté par hadya le 20/01/2008 10:59
Bizarre cette histoire d'appel téléphonique.....
J'a l'impression que ça va être la nouvelle polémique du moment.

On voit vraiment qu'iln'y a que 2 favoris; mêmeen Iowa Obama n'avait pas atteint les 45 % et Clinton dout son salut au vote Latino.

J'ai 2 questions SVP:
Le vote Latino est-il plus important que le vote Noir?
Si Edwards se retire, vers quelcamp va-t-il aller? Dernièrement il avait l'air de faire "ami-ami" avec Clinton non? Mais étant donné que Kerry soutient Obama, ça risque de l'influencer.....

Merci

5.Posté par Lauric le 20/01/2008 13:44
Le vote latino et le vote noir sont sensiblement équivalents: environ 12% chacun, au niveau national.
Attention aux visions monolithiques: le vote noir, par exemple, est divisé selon une ligne de fracture générationnelle: les héritiers de la période des droits civiques pour Hillary Clinton, les plus jeunes, plus émancipés de ces combats, pour Barack Obama.

Précision: Obama l'a emporté en nombre de délégués (13-12). C'est donc un match nul, d'autant que les groupes sociologiques ne laissent pas présager grand-chose.

Seule indication, outre les Latinos et les Noirs, le vote rural (20% de l'électorat en général, et majoritairement républicain): il semble pencher pour Obama. Mais ce n'est pas forcément lui qui apportera le plus grand nombre de délégués (le but du jeu, au final).

Autre précision: la victoire de Romney est une victoire par défaut: il était le seul candidat à faire campagne activement dans le Nevada (d'où une victoire due à une participation démesurée de Mormons). Victoire importante en délégués (31, contre 24 pour la Caroline du Sud), mais la Caroline du Sud était plus importante symboliquement et sociologiquement, puisqu'elle a permis de jauger les électorats sudiste, évangélique, militaires etc.

La victoire de McCain est importante, mais elle semble assez fragile tout de même. Disons qu'il l'emporte en limitant la casse, ce qui peut paraître paradoxal: il attire à lui essentiellement les modérés et les indépendants, alors que l'électorat plus républicain (notamment les membres du parti) penchent plus pour Huckabee (pour ceux qui mettent les questions religieuses et 'morales' au premier plan) et Romney (pour ceux qui privilégient les questions économiques et fiscales).

D'une certaine manière, la typologie suivante émerge:

-- McCain est le candidat des modérés et indépendants, et des plus de 45 ans, pour qui la religion/moralité est importante mais pas prépondérante

-- Huckabee est le candidat des conservateurs, jeunes, ruraux, et les moins riches

-- Romney est le candidat des conservateurs plus urbains et des plus aisés. Plus important peut-être: il semble être le candidat des banlieues (suburbs et exurbs plus excentrées), ce qui, nationalement, peut avoir un poids déterminant. Son plus gros problème, outre ses revirements, c'est qu'il est Mormon, ce qui ne passe pas auprès des évangéliques.

Question: la victoire de McCain en Caroline du Sud aura-t-elle un impact psychologique suffisant pour influer sur des scrutins où seuls les membres du parti républicain seront autorisés à voter?

Autre question: McCain, avec le soutien des indépendants, possède une arme redoutable dans le cadre d'un face-à-face avec un candidat démocrate, puisque le "centre" joue un rôle déterminant, autant que la mobilisation de la base (la droite conservatrice et religieuse, pour simplifier). Or, pour arriver à cette étape (novembre), il faut réussir à obtenir la nomination du parti (fin de l'été).

Donc même si McCain peut sembler le meilleur atout des républicains contre les démocrates, encore faut-il qu'il arrive à en convaincre son propre parti.

Le principal problème des républicains est qu'ils sont tellement bien divisés que chacun présente un avantage certain (notamment auprès des grands groupes sociaux) mais des carences importantes également (par exemple: McCain et les évangéliques)

Au final, le risque principal est l'émergence d'un vainqueur par défaut, de justesse, ou qui ne convaincra qu'une petite majorité des délégués à la convention. Toute la difficulté ensuite sera de s'adjoindre un candidat à la vice-présidence suffisamment complémentaire pour "fabriquer" un "ticket" qui permette de mobiliser autant la base que le centre. La quadrature du cercle?

6.Posté par hadya le 20/01/2008 15:04
Merci pour ces précisions Lauric, mais le système du nombre de délégués ne semble pas très logique.....
En gros et pour simplifier,Hillary y a gagné car sa victoire peut servir de tremplin et Obama aussi car ila raflé plus de délégués.....

Vivement la semaine prochaine avec la Caroline du Sud pour savoir si Obama remet les pendules à l'heure....
D'ailleurs je serais curieuse de connaitre les nouvelles tendances.....

7.Posté par Augustin Nkurikiyinka le 21/01/2008 14:38
Que le meilleur gagne, mais que de préférence ce soit: Hillary CLINTON

8.Posté par alpagueur le 23/01/2008 16:24
ENFIN on parle de RON PAUL

Ici plus haut on essaie de faire croire que la crise boursière changerai le débat.

Alors que RON PAUL nous parle d'économie depuis 30 ans!!!!

Ron Paul a même passé un savon à Bernanke devant le congrès (cherché sur youtube) le mois dernier ou en novembre.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains