Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

Hillary Clinton : «le débat d'ABC n'est rien à côté des défis qui attendent le prochain président»

Marjorie Paillon le 18 Avril 2008 à 19:10

S'il y a bien quelqu'un qui n'a pas perdu le Nord depuis le débat de mercredi soir en Pennsylvanie, c'est Hillary Clinton. La candidate était l'invitée ce matin de l'antenne locale de Fox à Philadelphie. Questionnée sur l'âpreté du débat retransmis par ABC, elle n'a pas manqué de faire remarquer que la tension de ces questions-là n'était rien à côté de celle qui règne à la Maison Blanche. «Nous avons besoin d'un président qui est prêt à se battre tous les jours pour le peuple américain et qui ne se plaint pas de la pression, ni de la dureté des questions posées.» A bon entendeur...






Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math



1.Posté par kechkeche le 18/04/2008 20:59
on voit bien qu'hillary clinton s'accroche à n'importe quoi pour essayer de garder le cap, tout montre que son rival démocrate la dépasse sur tous les plans et ses chances sont biens réelles pour battre le candidat républicain, les américains prouveraient alors au monde entier une réelle émancipation et une rupture avec un passé racial très tourmenté (c'est le moins que l'on puisse dire), pour revenir à hillary celle là doit bien regretter de ne pas s'être présentée en 2004 devant BUSH lui offrant ainsi volontairement ou non (qui sait!) un second mandat pour achever sa sale besogne, un ticket pour la maison blanche ne se refuse pas madame clinton, vous aviez un boulevard entièrement à votre disposition en 2004 et vous l'avez laisser à BUSH, maintenant vos regrets devraient être de ne peut avoir assumer vos responsabilités en 2004 pas de ne pas être élue en 2008.

2.Posté par hadya le 19/04/2008 00:33
Pour une fois Hillary, je vais te féliciter d'avoir fait ton auto-critique....lol

3.Posté par Yvon Thivierge le 19/04/2008 04:27
DES POLITICIENS VEREUX ENGENDRENT DES JOURNALISTES VERRATS?

Est-ce a dire que les politiciens avaricieux et abrutissants donnent lieu a des reporters sans vergogne et jaunissants ?

Le vice-président Cheney n&#8217;a-t-il pas lancé Je m&#8217;en fiche si la grande majorité des Américains son contre la guerre en Irak ! Elle me rapporte pas beaucoup de pognon !

Le président d&#8217;ABC News ne s&#8217;est-il pas écrié de son coté : On s&#8217;en fout si la plupart des Américains ont décrié les questions saugrenues de mes modérateurs. Mes cotes d&#8217;écoute ont monté en fleche et me rapportent beaucoup de fric !

C&#8217;est le Nouvel Ordre Mondial, espece de cave ! Ou bien vous etes de notre bord ou vous contre ! Au plus fort la poche et a vous de choisir ! On ne badine pas avec l&#8217;argent ni avec le pouvoir !

Serait-ce le temps d&#8217;une guerre civile ou, mieux encore, d&#8217;une révolution ?

4.Posté par J Philip le 19/04/2008 10:09
Que peut-on dire à cela? Faudrait-il celui qui a occupé la maison blanche pour qu'il y retourne plusieurs fois? Ayant l'aptitude de supporter ou de devenir méfiant envers des questions dures d'actualité ? Nous nous souvenons des scandales dans les enceintes de la maison blanche dans les années passées qui ont bouleversés le monde entier, les pères et les mères fidèles.

Si c'est le cas, les pays pourraient retourner à l'époque des rois où un fils ou une fille pouvait remplacer son père ou sa mère.

L'Amérique, un pays démocratique au monde doit préserver l'exemple. Il possède plusieurs braves aptes à bien conduire le peuple vers le progrès; même s'ils n'ont pas encore la chance d'occuper la maison blanche

Pour Obama, il doit agir comme une personne sensible à des questions, il doit s'émouvoir devant un danger qui ne lui cherche pas du bien dans ses projets. Quand quelqu'un te piège par une question banale, il faut savoir que c'est un piège qui fait rougir. Bravo à lui qui a compris qu'il est humain, émotif à la souffrance. Il pourra sécourir à temps les malheureux car il les comprend mieux que Hillary

5.Posté par smoby le 19/04/2008 10:29
McCain, le plus pauvre des candidats!!

AP, vendredi 18 avril:

"Le prétendant républicain à l'élection présidentielle de novembre John McCain a déclaré des revenus de près de 259.000 dollars (164.000 euros) sur sa déclaration d'impôts de 2007, rendue publique vendredi.
Selon le document, le sénateur de l'Arizona a payé 84.000 dollars (53.000 euros) d'impôts en 2007, donné 105.000 dollars (66.500 euros) à des oeuvres caritatives et a également fait don de 177.000 dollars (112.000 euros) provenant de la vente de cinq livres dont il est l'auteur.
Ses revenus incluent son salaire de sénateur, qui s'élève à 161.708 (102.500 euros), une retraite militaire de 58.358 dollars (37.000 euros) et une pension de l'assurance vieillesse (Social Security) de 23.157 dollars (14.500 euros)."

Cette semaine, le prétendant démocrate Barack Obama et son épouse Michelle ont révélé avoir gagné 4,2 millions de dollars (2,7 millions d'euros) l'an dernier, des revenus en forte hausse sur un an en raison des ventes de deux livres du sénateur noir qui lui ont rapporté 4 millions de dollars. Ils ont payé 1,4 million de dollars d'impôts (890.000 euros) et ont donné 240.370 dollars (152.000 euros) à des oeuvres caritatives.
La rivale de M. Obama, Hillary Clinton, et son mari, l'ancien président Bill Clinton, ont déclaré 20,4 millions de dollars (12,9 millions d'euros) pour 2007."

AFP, 19 avril:
"Vendredi, Hillary Rodham Clinton et Barack Hussein Obama Jr. faisaient tous deux campagne en Pennsylvanie où une primaire est organisée mardi en vue d'attribuer, à la proportionnelle, 158 délégués. Mme Clinton qui a des racines familiales dans cet Etat limitrophe de New York, est donnée gagnante par tous les instituts de sondages. Mais la question est de savoir avec quelle marge elle gagnera.
"Si elle ne gagne pas avec au moins dix points d'avance, cela pourrait renforcer la conviction que Barack Obama sera le candidat incontournable des démocrates, attirant vers lui un flux de +super délégués+", estime vendredi le Wall Street Journal.
Les "super délégués", des responsables, personnalités et élus du parti, constituent le vrai enjeu du scrutin de mardi et des neuf qui suivront jusqu'au 3 juin.
Environ 800 "super délégués" siègeront à la convention démocrate qui se réunira fin août pour désigner formellement le candidat du parti. Ces "super délégués" sont libres de leur choix et il sera déterminant.
Selon le site spécialisé indépendant RealClearPolitics, Mme Clinton possède à ce jour plus de "super délégués" que son rival (256 contre 232). Mais ils peuvent toujours changer d'avis. Jeudi, un "super délégué" soutenant Mme Clinton a ainsi rejoint M. Obama."

En fevrier 2008 (selon une bande audio de Huffington Post) la senatrice democrate Clinton a attaque durement le mouvement gauchiste MoveOn.org, fonde en 1999 par un couple de millionaires democrates. MoveOn.org est soutenu financierement, en principal, par le milliardaire juif hongrois Gyorgy Soros (5 millions donne en 2004 pour MoveOn.org). L'organisation s'est range ouvertement du cote de Barack Obama et fait un lobby intens dans les caucus par ses 3,2 millions de membres, tres actifs. La senatrice a accuse les activistes de MoveOn.org "d'agressivite et d'intimidations" contre ses partisans, dans les reunions du parti. Barack Obama a gagne plus de caucus, Hillary plus de primaires (voir l'exemple de Texas, un paradoxe).

AP, 19 avril, McCain- "un outsider sympathique":

Une nette majorité d'électeurs démocrates, 56%, pensent que M. Obama a les meilleures chances de battre John McCain, alors qu'ils n'étaient que 33% de cet avis fin janvier, montre le sondage publié jeudi. Inversement, ils ne sont plus que 43%, au lieu de 56% il y a trois mois, à estimer que Mme Clinton est la mieux placée pour l'emporter en novembre.
Selon un autre sondage réalisé cette semaine, John McCain fait jeu égal avec M. Obama et Mme Clinton: le sénateur de l'Arizona est crédité de 37% des intentions de vote contre 35% au candidat démocrate, quel qu'il soit, selon le sondage qui comporte une marge d'erreur de 2,3 points.

Il y a cinq mois encore la présidence semblait promise au candidat du parti de l'âne (les democrates), les Américains disant alors préférer élire un démocrate à une majorité de 40% contre 27% préférant un républicain.

M. Obama, obscur parlementaire de l'Etat de l'Illinois il y a encore quatre ans, a gagné en notoriété auprès des électeurs de toute tendance politique. Mais sa lutte fratricide avec Mme Clinton pour l'investiture démocrate en vue de l'élection présidentielle n'est pas sans conséquence pour son image: le sondage montre que davantage d'Américains le jugent sans expérience, non éthique et malhonnête. Et 15% pensent, à tort, qu'il est de religion musulmane, souvent sur la foi de rumeurs erronées circulant sur Internet.
Ceux qui le jugent "pas du tout honnête" sont passés de 18% à l'automne dernier à 27%, une dégradation qui intervient après les propos incendiaires de son ancien pasteur.

Pour sa part, John McCain, déjà assuré d'obtenir l'investiture républicaine, progresse auprès des électeurs démocrates indécis et des indépendants mécontents. Selon un sondage AP-Yahoo publié mercredi, il est de plus en plus considéré comme sympathique et n'est plus perçu comme l'outsider d'un possible duel face M. Obama ou Mme Clinton.

6.Posté par Yvon Thivierge le 20/04/2008 02:35
George Stephanopoulos s&#8217;est fait prendre, sur vidéo, en flagrante contradiction avec lui-même au sujet du type de questions que les journalistes doivent poser aux politiciens :

hyperlien

7.Posté par Yvon Thivierge le 20/04/2008 05:04
Même le New York Times a des reporters sans vergogne qui ont adoré le pseudo-débat sur ABC, dont le bien connu sioniste commentateur de Faux News Bill Kristol et aussi David Brooks qui a encensé le bling-bling de mercredi soir et a été, ici, fustigé par le journaliste du Salon Glen Greenwald :

http://www.salon.com/opinion/greenwald/2008/04/18/brooks/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains