Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

Hillary Clinton et la polémique Robert Kennedy : «Je veux mettre les choses au point»

Marjorie Paillon le 25 Mai 2008 à 15:30

Hillary Clinton a déclenché vendredi une polémique en établissant malgré elle un parrallèle entre l'assassinat de Robert Kennedy et Barack Obama. Puisque ses mots ont blessé à l'oral, elle préfère réparer les choses par écrit. La candidate a pris sa plume pour s'adresser aux médias et aux militants démocrates. Dans cette lettre ouverte, publiée notamment par le New York Daily News, Hillary reproche à la presse d'avoir dénaturé ses propos et affirme qu'elle est la mieux placée pour l'emporter face à John McCain au mois de novembre.



Hillary Clinton et la polémique Robert Kennedy : «Je veux mettre les choses au point»
La candidate s'explique ce matin à la Une du New York Daily News dans une lettre ouverte aux médias et aux militants démocrates. Elle revient sur son commentaire à propos de Robert Kennedy et explique les raisons qui la poussent à continuer la course à l'investiture démocrate jusqu'au bout.
Extraits :
" I want to set the record straight: I was making the simple point that given our history, the length of this year's primary contest is nothing unusual. Both the executive editor of the newspaper where I made the remarks, and Sen. Kennedy's son, Bobby Kennedy Jr., put out statements confirming that this was the clear meaning of my remarks. Bobby stated, "I understand how highly charged the atmosphere is, but Ithink it is a mistake for people to take offense."
(...)
And today, I would like to more fully answer the question I was asked: Why do I continue to run, even in the face of calls from pundits and politicians for me to leave this race?
I am running because I still believe I can win on the merits. Because, with our economy in crisis, our nation at war, the stakes have never been higher - and the need for real leadership has never been greater - and I believe I can provide that leadership.
I am not unaware of the challenges or the odds of my securing the nomination - but this race remains extraordinarily close, and hundreds of thousands of people in upcoming primaries are still waiting to vote. As I have said so many times over the course of this primary, if Sen. Obama wins the nomination, I will support him and work my heart out for him against John McCain. But that has not happened yet.
(...)
Finally, I am running because I believe I'm the strongest candidate to stand toe-to-toe with Sen. McCain. Delegate math might be complicated - but electoral math is not. Our campaign is winning the popular vote - and we've been winning the swing states we need to get 270 electoral votes and take back the White House: Pennsylvania, Ohio, Arkansas, New Hampshire, New Jersey, New Mexico, Nevada, Michigan, Florida and West Virginia.
But no matter what happens in this primary, I am committed to unifying this party. Ultimately, what Sen. Obama and I share is so much greater than our differences. And I know that if we come together, as a party and a people, there is no challenge we cannot meet, no barrier we cannot break and no dream we cannot realize."



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math



1.Posté par Yvon Thivierge le 25/05/2008 17:49
À tout seigneur, tout honneur ! Si le "New York Post" a été le premier média à révéler la déclaration fracassante d'Hillary Clinton, c'est le terrible Matt Drudge qui, en la reprenant sur son blogue, a le mérite de l'avoir diffusée à travers le monde à la vitesse d'une éclair :

http://www.politico.com/playbook/

2.Posté par uguen bernard le 25/05/2008 17:59
On savait qu'elle était capable de tout et du pire pour satisfaire son ambition. Maintenant on peut renverser le pronostic que certains faisaient sur la grosse partie des électeurs d'Hillary qui ne voteraient pas OBAMA. L'inverse maintenant est quasiment certain.

3.Posté par WalterS. le 25/05/2008 19:02
Encore du bla-bla et du re-bla-bla

"Finally, I am running because I believe I'm the strongest candidate to stand toe-to-toe with Sen. McCain, ....."

Comme peut-elle faire campagne contre un candidat tel McCain qu'elle présente comme redoutable et qui fait peur à elle-même.

Si Obama, Bush Jr., Bill Clinton, Reagan et Carter même le planteur de cacahuète de Géorgie , avaient autant redouté leurs adversaires impressionnants, ils n'auraient jamais été président.

Il faut être courageux et croire en ce qu'on veut faire pour un pays. Il ne s'agit pas de faire campagne contre Obama ou contre McCain. Il s'agit de faire campagne pour l'Amérique. C'est ce qu'Hillary n'a pas compris depuis le début. Elle a focalisé ldès le départ des primaires sur Edwards et a oublié Obama. Elle est parti mettre son discours sur l'électorat des cols bleus afin d'étouffer Edwards, du coup Obama a eu le champ libre pour capter le centre et les indépendants. Une fois qu'Edwards est parti, Hillary à quitté l'extrême-gauche pour aller à l'extrême-droite, ce qui a commencé également à fissurer le camp des femmes progressistes qui la soutenaient.

4.Posté par Peterbrux le 25/05/2008 19:27
@ Rico
Penses tu que si aujourd'hui Obama était second en termes de délégués, le camp Clincton demanderait le changement des régles? Se préocupérait-il avec autant de ferveurs aux électeurs de Florides et du Michigan (dans les primaires)" je précise...dans les primaires"...

................................

Concernant cet article de HRC dans le daily news, ça montre qu'elle veut diviser le parti, elle pense à 2012, C'est malheureux.
Pr barrer sa stratégie Obama deva la prendre en VP,puis l'encadrer pendant la campagne pr qu'elle provoque moins de quac que possibles, ils gagneront c'est une certitude mais Bonjours les peaux de bananes à la maison blanche.... elle connait tous les coins, elle y a beaucoup cherché Bill et Lewinski.....


5.Posté par Thomas le 25/05/2008 20:50
Adieu le "dream ticket" ! Le mal est fai et Clinton doit faie sa malle. Obama ne peut pas s'encombrer d'une personne qui n'attend qu'une chose : sa mort pour qu'elle prenne le pouvoir.

6.Posté par Avembe le 25/05/2008 21:35
Bla bla bla bla...Whatever...

7.Posté par Nijni le 25/05/2008 22:45
C'est bien Hilary, mais ce qui est fait est fait!
Elle va perdre la campagne, va surement continuer à salir son image, et après ( bien après les presidentielles, bien après 2008) elle va essayer de se (re)poser en victime. Quand elle aura deja unpeu realisé les dégats qu'elle a causés à sa famile elle va essayer de refaire son image histoire de recoller les morceaux avec ses propres fans, avec le reste du monde, mais ces morceaux ne tiendront plus jamais comme avant.
Pathétique, inutile et triste ce qu'elle a fait depuis 6 mois cette femme, vivement que tu te reposes madame Clinton.

8.Posté par Yvon Thivierge le 25/05/2008 23:57
Loin de se confondre en excuses auprès de Barack Obama et du peuple américain, Hillary Clinton en remet une couche et devient carrément délirante en maintenant ses propos hallucinants et en accusant tout le monde d'avoir méchamment tordu, trituré et torpillé sa sortie intempestive au sujet de l'assassinat de Robert Kennedy :

http://www.dailykos.com/storyonly/2008/5/25/93259/3960/292/522448

9.Posté par annegc1 le 26/05/2008 00:12
Rappelons les propos d'Obama et de son camp après avoir eu connaissance des propos scandaleux de Clinton: ce genre de propos n'a pas sa place dans la campagne. Puis Obama lui même: je crois Clinton quand elle avoue que telle était sa position initiale... j'ai beau cherché mais c'est difficile de voir que le camp aurait attisé le feu allumé par la candidate... visiblement même dans ses excuses ou ce qui s'y apparente, elle n'a décidément aucune pudeur!

10.Posté par mike le 26/05/2008 10:53
j'ai jamais vu une pareillle machines à broyer partout même dans son camp, c'est pathétique....

11.Posté par Peterbrux le 27/05/2008 00:09

IL faudrait un miracle pour qu'elle gagne. Maintenant , dites moi quelle stratégie va adopter Axelrod pour battre le GOP, j'ai beau me creuser la tête , je ne trouve pas....

Essaie de calcul par Franois clemençeau pour que HRC gagne.

comme les conseillers de la sénatrice l’ont clamé sur tous les tons ces derniers jours, la barrière à atteindre n’est plus 2025 (ce qui sous-entendait que les délégués du Michigan et de la Floride n’étaient pas comptés en vertu de l’invalidation des résultats) mais 2210.







En admettant qu’Hillary remporte 75% des délégués de Porto Rico (+40), du Montana et du Dakota du Sud (+24), en admettant que le Comité des Règlements du Parti lui donne finalement la moitié des délégués obtenus en fonction de ses scores dans le Michigan et en Floride (et je ne parle pas de ceux d’Obama), ce qui lui ferait environ 110 délégués de plus, et je compte très large, le nombre de délégués supplémentaires au total avoisinerait les 175. Ajoutez ce chiffre à 1769 et vous n’obtenez que 1944 délégués, soit 7 de moins qu’Obama, sans tenir compte des 25% de délégués qu’Obama obtiendrait lors des trois dernières primaires.







Reste les super-délégués : 212 sont encore indécis. Si effectivement Hillary en empochait les deux-tiers, elle parviendrait tout juste en tête et pourrait se permettre de dire qu’elle a gagné sur le plan mathématique.







Sauf que ça ne marche pas comme ça. D’abord parce que les estimations que je viens de donner sont très exagérées. Hillary gagnera sans problèmes Porto Rico haut la main mais certainement pas le Montana et dans le Sud Dakota elle peut au mieux obtenir un 50/50.







Ensuite parce que la réunion du 31 mai au DNC ne s’annonce pas aussi facile. Howard Dean estime que s’il cède aux pressions d’Hillary, les primaires de 2012 seront ingérables car tous les Etats voudront se mettre sur la ligne de départ sans risquer d’être sanctionné trop sévèrement. Voilà pourquoi l’hypothèse de n’attribuer que la moitié des délégués est considérée comme un dernier recours avec probablement une négociation à la clef pour obtenir en échange d’Hillary une reddition certaine et non pas le prétexte pour réclamer davantage.







Quant aux super-délégués, certains ont noté que sur les 212 en question, 115 viennent d’Etats qui se sont déjà prononcés pour Obama lors des primaires et des caucus et 87 d’Etats qui ont voté Hillary. C’est là que la question se pose de savoir si les super-délégués doivent suivre leurs électeurs ou se prononcer contre le vote populaire dans leurs propres Etats.



12.Posté par xino le 27/05/2008 12:16
Ou est Smoby??
HRC a dit à plusieurs reprise qu'elle ne se retirera pas jusqu'à preuve de contraire; si elle se retire elle se serait contredit et serait considérer comme quelqu'un qui ne respecte pas sa parole donc son refus de se retirer est aussi une question d'honneur et peut être d'orgueil personnel

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains