Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

Hillary Clinton et Barack Obama se disputent les faveurs de la classe ouvrière en Pennsylvanie

Julien Landfried le 21 Avril 2008 à 08:43

Dans une région industrielle soumises aux dures lois de la mondialisation financière, la classe ouvrière attend protection de l'emploi et de son niveau de vie, mis à mal par les délocalisations et l'augmentation du prix de l'énergie. Une donnée qui n'a pas échappé à Clinton et Obama. Au pays du capitalisme roi, on ne s'acharne pas à nier l'existence des ouvriers et des usines... tout du moins dans des clips vidéos de campagne.



Le clip d'Hillary Clinton, où s'exprime l'Amérique populaire de Pennsylvanie :

Et celui de Barak Obama, sur fond d'usine délabrée :




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math



1.Posté par smoby le 21/04/2008 18:09
AP, 21 avril:

"A la veille de la primaire cruciale de Pennsylvanie mardi, la campagne tourne à la foire d'empoigne entre Barack Obama et Hillary Clinton, les deux candidats à l'investiture démocrate pour la présidentielle de novembre échangeant les attaques les plus négatives à ce jour dans l'espoir de gagner les voix des indécis.

Alors qu'il ne reste plus que 10 Etats à voter dont la Pennsylvanie, il est mathématiquement impossible pour les deux prétendants d'atteindre les 2.025 délégués nécessaires pour décrocher l'investiture lors de la convention du parti qui se tiendra en août à Denver. Ce qui signifie que la "nomination" est désormais entre les mains des quelque 800 superdélégués, qui peuvent voter pour l'un ou l'autre des candidats quels que soient les résultats des primaires.

Dimanche, l'équipe de Mme Clinton s'est insurgée contre de nouveaux spots de campagne de M. Obama affirmant que les Américains seraient obligés de souscrire au programme d'assurance-santé envisagé par sa concurrente même s'ils n'en ont pas les moyens.

Le sénateur de l'Illinois a également accusé Mme Clinton d'être proche de groupes de pression, en réaction aux allégations de l'ex-First Lady accusant M. Obama de recevoir des fonds de groupes d'intérêts spéciaux. Geoff Garin, le nouveau stratège de Mme Clinton, et son homologue dans le camp Obama, David Axelrod, se sont accusés mutuellement dimanche de mener une campagne négative.

M. Obama, qui présente souvent M. McCain comme une copie du président George W. Bush, a nuancé son jugement dimanche. "Il y a un vrai choix dans cette élection. L'un ou l'autre des démocrates serait mieux que John McCain", a-t-il déclaré sous les acclamations lors d'un meeting à Reading, en Pennsylvanie. "Et nous trois serions mieux que George Bush."

Cette remarque risque de saper les efforts du sénateur de l'Illinois et ceux du Parti démocrate pour présenter une éventuelle présidence McCain comme s'inscrivant dans la continuité de celle de M. Bush, et pourrait fournir aux républicains un argument à exploiter en vue de l'élection du 4 novembre.

Réagissant aux propos de son rival, Mme Clinton a affirmé: "nous avons besoin d'un candidat qui s'attaque à John McCain, pas qui l'acclame."

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains