Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Analyses & Interviews

En attendant l’affrontement Républicains-Démocrates

Barthélémy Courmont et Alaric Moubouyi-Boyer le 29 Février 2008 à 08:30

Les primaires qui entrent dans la dernière ligne droite se sont déroulées comme prévu, c’est-à-dire en opposant des projets et des personnalités au sein d’un même parti, afin de désigner celui ou celle qui serait le mieux placé pour l’emporter le 4 novembre prochain. Mais elles ont évolué de manière très différente entre les deux partis.



En attendant l’affrontement Républicains-Démocrates
Dans le camp démocrate, la lutte serrée entre Hillary Clinton et Barack Obama (qui ont débattu à 20 reprises !) a fait de la course à l’investiture un duel sans merci qui pourrait laisser des traces. Côté républicain, la large avance de John McCain porterait à croire que le temps des débats internes est révolu. Néanmoins, subsiste une opposition entre deux antagonismes au sein du GOP : le conservatisme, incarné par Mike Huckabee, et l’ouverture, pour ne pas dire le changement, dont McCain apparaît comme le porte flambeau. Résultat, ces luttes internes tendent à retarder les hostilités tant attendues entre Républicains et Démocrates.

Nous avons assisté jusqu’à présent à des attaques timides entre les deux partis, et qui cherchaient le plus souvent à détourner l’attention sur les hostilités entre factions du même parti, comme pour mieux les réduire. Mais cela pourrait changer très prochainement. Côté républicain les victoires de McCain aux prochains caucus (Texas et Ohio) pourraient inciter Huckabee à jeter l’éponge, et l’intérêt de réunir les conditions favorables à une victoire républicaine s’imposera dès lors. Côté démocrate, un bon résultat d’Obama le 4 mars le consacrerait vainqueur des primaires aux yeux des Républicains, même si Clinton est encore officiellement en course. Conscient de cette probabilité, McCain concentre désormais ses critiques sur Obama en le qualifiant d’inexpérimenté, non à même de gérer certaines questions internationales cruciales et de s’imposer dans le système décisionnel de Washington. L’Irak se retrouve ainsi à nouveau sous les projecteurs, en raison des approches très différentes entre le sénateur de l’Illinois et celui d’Arizona. Mais cette stratégie de McCain ne fait pas l’unanimité auprès de l’électorat conservateur du GOP. Il semble par ailleurs, aux yeux de nombreux républicains, que l’inexpérience d’Obama le rend plus difficile à affronter que Clinton, faute de références concrètes à critiquer. Les stratégies restent encore à s’affiner au sein du GOP.

Les attaques des Républicains indiquent toutefois leur désir d’initier les affrontements dans la logique du scrutin final, ce qui leur donne une avance sur les Démocrates, chez qui les critiques se concentrent encore sur les programmes et les personnalités des deux candidats encore en course, même si l’issue des scrutins du 4 mars pourrait être décisive. Une victoire d’Obama engagerait ainsi les Démocrates dans une nécessaire phase de réunification, préalable des attaques contre McCain. Les sénateur d’Illinois a indiqué, par quelques déclarations musclées au cours des derniers jours, qu’il se sentait prêt pour cette lutte. Un comeback de Clinton (notamment une nette victoire au Texas et dans l’Ohio) aurait à l’inverse pour effet de retarder un peu plus l’entrée des Démocrates dans la campagne nationale, et poserait le risque d’absence de momentum face à un McCain qui, en cas d’incapacité persistante à mobiliser les conservateurs, entamerait sa campagne contre un camp démocrate pas encore uni. La chasse aux indépendants et aux indécis serait donc ouverte, avec un avantage pour le candidat du GOP, celui d’être en campagne pour la Maison-Blanche plus tôt.

Cependant, si les divisions semblent actuellement beaucoup plus nettes côté démocrate, elles pourraient être beaucoup plus profondes chez les Républicains. Ainsi, le manque de popularité latent de McCain chez les conservateurs pourrait se poursuivre jusqu’au scrutin final. Un obstacle de taille pour le sénateur d’Arizona, qui devra pourtant à un moment s’assurer du soutien des conservateurs s’il veut s’imposer en novembre. A l’inverse, les Démocrates pourraient se réunir, et le réseau du sénateur de l’Illinois s’accroîtrait en cas d’investiture, par le biais d’un renfort issu de l’effectif de Clinton. Dans l’optique d’une investiture de Clinton, les partisans d’Obama pourraient également s’ajouter à celui de Clinton afin d’optimiser les capacités d’un effectif démocrate dès lors uni. Mais la réalisation de ces scénarios se voit conditionnée par un soutien actif du candidat défait auprès de l’investi(e), ce qui n’est pas encore acquis, même si les deux candidats se sont montrés confiants à l’occasion des derniers débats télévisés les opposant. D’autre part, le financement des campagnes est une condition sine qua non à la diffusion des projets et de l’image des candidats. Les collectes des fonds reflètent sur ce point un déséquilibre capacitaire important entre démocrates et républicains. A titre indicatif, la somme totale des levées de fonds démocrate en janvier s’élève à près de 55 millions de dollars, contre 16 millions de dollars pour les Républicains. Certes, cela s’explique par un suspense moins net du côté du GOP, mais les Républicains éprouvent cependant pour le moment des difficultés dans la récolte de fonds par rapport aux Démocrates, qui surfent sur la vague d’un désir de changement radical à la Maison-Blanche. Le candidat investi par le GOP devra par ailleurs miser sur des financements privés, notamment par l’intermédiaire de personnalités aptes à réunir des fonds importants, dont George W. Bush. Et le recours au président sortant pourrait s’avérer problématique pour un McCain s’attachant à l’image du changement qui lui colle si bien jusqu’à présent, et qui lui a permis de s’imposer dans les primaires. Bref, la route vers la Maison-Blanche sera également semée d’embûches pour le candidat républicain.


Retrouvez l'IRIS sur son site Internet : www.iris-france.org
Article reproduit dans le cadre du partenariat entre l'IRIS et Ilovepolitics.info - Tous droits réservés





1.Posté par Darthvaderiste le 29/02/2008 13:45
Comme toujours avec IRIS, une analyse percutante même si elle ne nous apprend pas nécessairement grand chose.
C'est vrai que le prochain mois va être décisif et que la transition vers la campagne présidentielle à proprement parler va être délicate a orchestrer dans les deux, mais je fais confiance aux deux partis pour retrouver leurs bases et se concentrer sur les indépendants.

2.Posté par René le 29/02/2008 14:27
Juste que le ralielement du parti du democrate à Clinton pourrait etre autant plus compliqué si celle ci venait à etre investir. Vu tout l'espoir qu'il a engendrer, tous les soutiens que ce dernier a reçu....la deception pourrait etre trop grande.
Et en plus par rapport au debut de la campagne la sympathie que l'on pouvait avoir pour elle a du considerablement baiss" et cela meme independament du fait que celle pour barack b'a cessé de croitre. Elle s'est beaucoup "salit", alors que son advesaire n'a pas pleurnicher et a toujours joué que sa carte à lui.
Tout pour dire qu'il ya beaucouq de gens qui veulent et commencent à croire de plus en plus en ce changement que vend BO.
C'est pour cela que BO est plus apte à battre les republicains que HC, sinon bonne chance au parti democrate et comme disent les anglais "WAIT AND SEE"

3.Posté par Jean Marie le 29/02/2008 15:05
C'est bien évident que le suspens persistant du côté démocrate est un désavantage par rapport aux républicains. Cette situation serait encore plus compliquée si Hillary parvenait à réaliser une bonne performance le mardi au Texas et en Ohio. J'espère pour les démocrates que ce ne sera pas le cas et que les électeurs prendrons en compte que Obama est relativement mieux placé selon tous les sondages par rapport à Hillary pour battre McCain. Je ne pense pas qu'une fois que le candidat démocrate sera connu qu'il y ait persistance de division au sein du parti. Aucun candidat démocrate ne souhaiterait voir les républicains se maintenir à la maison blanche pour au moins quatre ans de plus quelle que soit l'animosité qui a caractérisé leurs primaires. Comme d'habitude, les deux facteurs qui ferons la différence c'est la capacité des candidats de deux côtés à attirer les indépendants et leur aptitude à entraîner les foules aux urnes le 4 novembre. Du côté démocrate, il ne fait aucun doute que Obama est bien placé par rapport à Clinton pour réaliser ce exploi d'autant plus qu'il attire plus les jeunes et étant relativement nouveau dans le système washingtonien, il est le moins conflictuel.

4.Posté par Jean Marie le 29/02/2008 15:09
J'ai oublié de féliciter Marjorie pour ses bonnes et permanentes analyses pour le bon plaisir des internautes. C'est donc fait.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains