Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Buzz

Débat Obama-Romney : la nuit où Big Bird devint un animal politique

le 4 Octobre 2012 à 08:40

"J'aime bien PBS, j'adore Big Bird, mais je ne continuerai pas à dépenser de l'argent sur des choses pour lesquelles je devrai emprunter à la Chine." Sic. En répondant à une question sur la réduction des dépenses lors du débat de Denver ce mercredi soir, Mitt Romney a réussi le tour de force de ranger la chaine publique PBS au chapitre des dépenses inutiles, faire manger son chapeau au présentateur Jim Lehrer, et élever Big Bird - la marionnette de Sesame Street - au rang de star de la twittosphère. Les internautes lui volent dans les plumes.



Si vous n'avez jamais entendu parler de Big Bird, c'est que vous n'avez plus 6 ans ou que vous avez abandonné vos rêves d'enfants au grand capital. Ce grand oiseau jaune monté sur échasses est une des marionnettes historiques de Sesame Street, le programme créé par Jim Henson et diffusé sur PBS. C'est également sur la chaine publique que le premier débat présidentiel entre Mitt Romney et Barack Obama avait lieu hier soir.

Un affrontement télévisé dédié à l'économie et à la politique domestique, où les deux compétiteurs se sont mesurés à la création d'emplois, la réduction du déficit, l'indépendance énergétique, la réforme du système de santé ou encore le poids du gouvernement fédéral. Le Républicain s'est nettement démarqué sur la forme, faisant figure de Phénix de la rhétorique lors d'échanges parfois très techniques. Mitt Romney invective Jim Lehrer, modérateur du dit débat, et prend appui sur PBS et Big Bird pour renchérir sur le danger d'un Etat dépensier. L'analogie est limpide : PBS est synonyme de dépenses à tout va. Big Bird n'a plus qu'à se trouver un nouveau job dans le secteur privé.

Sur Twitter, on gazouille alors à gorge déployée et les anti-Romney prennent la plume pour défendre l'oiseau rare. Plus de 17 000 tweets supportant "Big Bird" sont dénombrés à la minute, contre 10 000 pour "PBS".
La campagne #SaveBigBird prend peu à peu son envol, tandis que des comptes politico-humoristiques comme @FiredBigBird @BIGBIRD ou @BigBirdRomney font leur apparition sur le réseau. En quelques heures seulement, le volatile atteint une popularité record et rassemble plus de 50 000 followers, tous comptes confondus.

Si ce BigBirdgate a réveillé la twittosphère, c'est qu'il a touché un point de fracture au sein de l'électorat américain : l'individu contre le collectif, le marché contre l'Etat providence, le privé contre le public, les 1% contre les 47%. En un mot, Romney contre Obama. D'Occupy Wall Street à Occupy Sesame Street, il n'y a qu'un pas.





Dans la même rubrique :
< >
Marjorie Paillon
Co-fondatrice et rédactrice en chef d'Ilovepolitics.info, Marjorie Paillon a couvert la course à la... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains