Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

Caroline du Sud : Obama mène la danse

Marjorie Paillon le 27 Janvier 2008 à 01:43

Selon les projections de CNN à cette heure, Obama remporte la Caroline du Sud. Hillary Clinton se place en seconde position. John Edwards referme la marche.



Barack Obama : 55% des voix. Hillary Clinton 27%. John Edwards : 18%. Ce sont les sondages sortis des urnes qu'affiche CNN à cette heure. La Caroline du Sud s'oriente donc vers une victoire sans appel d'Obama, en lui accordant la majorité des voix de la commuanuté afro-américaine.
Toujours selon ces projections, 81% des électeurs noirs ont voté pour Obama. Etre l'épouse du First Black President ne suffit pas à Hillary pour convaincre les afro-américains. 17% seulement lui restent fidèles. Quant à John Edwards, il ne recueille que 1% de ces voix.

Hillary s'y attendait. Elle est déjà loin et s'envole pour le Tennessee afin de mobiliser ses électeurs pour le Super Tuesday.

Je vous retrouve demain matin pour des scores définitifs et une analyse de cette primaire démocrate de Caroline du Sud.

UPDATE : Barack Obama proclame sa victoire sur son blog. On apprend par ailleurs ce soir que Caroline Kennedy, la fille de JFK, rejoint le sénateur d'Illinois. Elle le dira dimanche matin dans le Sunday New York Times.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math



1.Posté par jeanba le 27/01/2008 02:45
Qausi carton plein pour Obama sur les cantons.
Obama ferait 50% du vote "blanc" des moins de 30 ans et 15% seulement des plus de 60. Madame Clinton apparait de plus en plus comme la candidate des plus de 50 ans.

2.Posté par Laurent le 27/01/2008 04:47
Score sans appel pour Obama. On s'attendait à ce qu'il gagne la Caroline du Sud, mais pas à ce point-là. Clinton doit maintenant être sur la défensive.

Pour ce qui est d'Edwards, il est clair que c'est un échec pour lui contrairement à ce qu'il veut prétendre. Il est possible qu'il reste dans la course pour récuppérer le plus de délégués possibles et devenir le .king maker si ni Obama ni Clinton n'arrivent pas à avoir une majorité de délégués.

3.Posté par Lauric le 27/01/2008 16:34
L'analyse sociologique des résultats est éloquente, et on a finalement moins l'impression d'un vote à effet polarisant. En fait, comme l'avaient expliqué un certain nombre de commentateurs, une victoire d'Obama en Caroline du Sud pouvait avoir un effet paradoxalement positif pour la campagne de Clinton, en en faisant le candidat des Noirs, et faisant de facto de Clinton la candidate des Blancs.

Or l'équation semble finalement compliquée, notamment par le facteur Edwards, qui attire à lui une partie considérable du vote blanc, qui dans un scrutin à un contre un aurait pu réduire l'écart entre les deux principaux protagonistes. Encore que les partisans d'Edwards ne sont pas unanimes, loin sans faut, pour un report de leurs voix vers Clinton.

Le scrutin de Floride, mardi, nous en dira plus pour trois grandes raisons:
-- la moyenne d'âge y est plus élevée
-- la population y est moins noire et plus hispanique
-- c'est une primaire fermée: seuls les démocrates pourront y participer et pas les indépendants, privant ainsi Obama d'une partie de ses soutiens, ce qui aura pour effet de favoriser Hillary Clinton, tout comme les deux premiers facteurs.

L'autre intérêt du scrutin est l'attribution des délégués selon la règle du "winner take all" et non d'une attribution proportionnelle: le second, même de justesse, rentrera bredouille.

Cela dit, la victoire d'Obama, si elle n'a pas l'effet polarisant envisagé il y a quelques jours, pourrait influencer un certain nombre d'électeurs encore indécis: après tout, se disent-ils peut-être, c'est une victoire telle qu'il n'est pas que le candidat des Noirs, donc pourquoi ne pas voter pour lui?

Autre facteur, la campagne agressive du couple Clinton à l'encontre d'Obama, même si c'est le jeu: elle pourrait s'avérer contreproductive et faire passer Obama pour une victime.

Dernier point: l'évolution des révélations concernant ce qui pourrait devenir l'affaire Rezko, voire le "Rezkogate", qui pourrait sérieusement entamer la crédibilité d'Obama et éroder l'espoir qu'il suscite chez ses partisans.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains