Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
Analyses & Interviews

Barack Obama est-il le candidat de l’économie ?

Barthélémy Courmont le 2 Juillet 2008 à 12:57

Par Barthélémy Courmont, chercheur à l'IRIS, en partenariat avec contre-feux.com. "It’s the economy, stupid !", ou comment l’économie pourrait jouer, une fois de plus, un rôle majeur dans l’élection présidentielle américaine. Obama apparaît plus compétent que McCain en la matière, mais est-ce vraiment le cas ?



Barack Obama aux côtés de John Sweeney du syndicat AFL-CIO, 19 juin 2008, compte flickr de Barack Obama
Barack Obama aux côtés de John Sweeney du syndicat AFL-CIO, 19 juin 2008, compte flickr de Barack Obama
Penchons-nous donc sur les divergences entre les deux candidats sur ce thème, et sur l’avantage dont semble bénéficier le camp démocrate. Malgré son jeune âge, Barack Obama fait ainsi figure de candidat de l’économie dans cette campagne, et même les milieux financiers semblent plus réceptifs à sa candidature qu’à celle de John McCain, qui ne cache pas ses carences sur ce terrain, mais ne s’avoue cependant pas vaincu.

Un programme de réformes dans le domaine économique et social
Le programme de Barack Obama est essentiellement tourné vers les réformes économiques et sociales : favoriser l’accès aux soins médicaux aux plus démunis, garantir une assurance maladie au plus grand nombre, une opposition aux baisses d’impôts initiée par l’administration Bush, et qui à son avis n’aurait été bénéfique qu’aux Américains les plus riches, augmenter le salaire minimum, ou aider les petites entreprises en diminuant les impôts sur les sociétés employant un seul salarié. En réponse à la crise des Subprime, Obama souhaite améliorer les conditions de l’accès au logement pour les revenus les plus modestes en créant un fond public. Il souhaite par ailleurs développer le crédit d’impôt sur le revenu pour les plus bas salaires et le crédit d’impôt pour familles nombreuses. Des propositions qui font mouche dans un contexte de morosité, et lui ont permis de s’imposer face à Hillary Clinton.

Une candidature portée par la vague du changement ?
Le changement est le mot d’ordre de cette élection, tant chez les Démocrates, soucieux de refermer la parenthèse de huit années de gestion républicaine, que chez le candidat républicain, qui souhaite se démarquer de l’administration sortante pour éviter de faire les frais de son impopularité. Sur cette question, Obama dispose d’un avantage de poids sur McCain, celui d’avoir été le premier à imposer le thème du changement dans ses slogans de campagne. Il est même devenu, grâce aux Primaires démocrates, le symbole de ce changement, tandis que ses adversaires politiques tentaient de lui emboîter le pas. Contraint de s’adapter, McCain fait également du changement l’un de ses thèmes de campagne, mais avec moins de succès.
Par ailleurs, et c’est un détail important, Obama est apparu à l’occasion des Primaires démocrates comme le candidat des classes moyennes, voire supérieures, tandis qu’Hillary Clinton bénéficiait d’un soutien plus important chez les ouvriers et les plus démunis. A l’inverse de la plupart des démocrates, il n’apparaît donc pas comme un candidat privilégiant exclusivement les plus démunis, et ne s’aliène pas ainsi le soutien des chefs d’entreprises et des milieux financiers.

Quand l’économie va mal, les Démocrates ont l’avantage…
Ce pourrait presque être un adage outre-Atlantique. Lors des scrutins récents, quand les indicateurs économiques étaient au rouge, les Démocrates bénéficièrent d’un avantage souvent décisif. On pense à la première élection de Bill Clinton en 1992, et plus récemment aux élections mi-mandat de novembre 2006. L’économie étant actuellement fragile aux Etats-Unis, les Démocrates bénéficient d’un terrain favorable, là où le scrutin de 2004 portait plus sur la sécurité, thème cher aux Républicains.

Dans ce contexte, Barack Obama a tout intérêt à poursuivre sa campagne active sur le terrain de l’économie, en fustigeant le bilan des deux administrations républicaines (et pas uniquement du président Bush). Et le soutien des anciens membres de l’équipe de campagne d’Hillary Clinton, s’il lui permet de combler son retard en matière de politique étrangère (avec des figures comme Madeleine Albright, William Perry, ou même Hillary Clinton), gonfle également son profil de candidat de l’économie. On pense notamment à Bill Clinton, qui lui apporte désormais un soutien sans faille. Plus qu’un candidat démocrate, c’est donc tout le parti de l’âne qui semble se présenter en ordre serré dans cette campagne, avec des arguments de poids pour mobiliser l’électorat, et séduire les indépendants mécontents du bilan économique des Républicains.

John McCain cherche à combler son déficit
John McCain a compris que sa candidature souffre la comparaison avec celle d’Obama sur le terrain de l’économie, au point de lui être fatal s’il ne parvient pas à combler son retard. Même au sein du parti républicain, des voix s’élèvent pour critiquer son manque d’expérience sur ce terrain. Conscient de ce handicap, il a choisi pour conseillère l’ancien PDG de Hewlett-Packard Carly Fiorina, qui fait de son mieux pour lui donner des gages de compétence en économie, et attaquer de front Obama, notamment en l’accusant de se laisser aller à des propositions qu’il ne pourra transformer en réformes. John McCain pourrait également tenter d’axer son programme politique autour des questions de politique étrangère et de sécurité, où il a priori plus à l’aise que son adversaire. Mais cela n’est pas sans risque, et ne fonctionnera que si les électeurs y sont réceptifs.

En partenariat avec contre-feux.com




1.Posté par mike le 03/07/2008 09:49
c'est clair qu'un démocrate est nettement mieux placé pour diriger les usa mainant vue le bide monumental de 8 années de bush, il faut tout changer et c'est pas un mc cain qui le fera ...

2.Posté par Laurent le 03/07/2008 19:16
Correction: si Bill Clinton a su tirer partie de la mauvaise économie en 1992, il a été l'exception plus que la règle. Depuis les années 70 les démocrates se sont éloignés de leur base et ont délaissé le social pour des causes plus intellos. Je rappelle que Jimmy Carter s'est fait sortir en 1980 justement du fait de la mauvaise économie.

Fort heureusement pour les démocrates, Obama semble plus orienté vers l'économie que ses prédécesseurs malheureux.

Les électeurs de tout pays votent toujours suivant la pyramide des besoins de Maslow. D'abord le besoin de sécurité, les autres préocupations ensuite. Difficile de se préocuper du marriage gay lorsqu'on a du mal à boucler les fins de mois.

En 2004 les républicains ont joué là-dessus avec l'effet 11 septembre (crainte de sécurité physique). Mais depuis la sécurité économique a pris le dessus. Les gens ont plus peur de crouler sous les dettes et/ou de perdre leur travail que de se prendre sur la figure un avion détourné par Al-qaida.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains