Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

Barack Obama devant la Convention démocrate : "Je suis le Président"

le 7 Septembre 2012 à 08:20

Barack Obama a changé. Le nominé qui a accepté pour la deuxième fois l'investiture du Parti démocrate cette nuit à Charlotte, n'est plus le même qu'il y a quatre ans. La crise économique, la réforme de l'assurance santé, la fin de la guerre en Irak, l'assaut contre Oussama Ben Laden ont transformé le candidat d'hier en Président aujourd'hui. "L'espoir" prôné en 2008 a lui aussi changé de camp : ce sont désormais les Américains de "Mainstreet" qui "donnent de l'espoir" au titulaire de la Maison Blanche. Devant un parterre de délégués, grandes figures du DNC, soutiens d'Hollywood et militants, Obama a tenté de convaincre les électeurs américains de renouveler son bail pour quatre années supplémentaires. Un Président-candidat à la reconquête de son électorat, qui reconnaît que la voie qu'il propose "ne sera ni rapide, ni facile".



Barack Obama ou Mitt Romney. C'est le choix que les électeurs américains devront faire dans 60 jours. Une équation que le nominé du Parti démocrate présente d'emblée comme "un choix entre deux visions fondamentalement différentes pour l'avenir."

Pour faire pencher la balance électorale en sa faveur, Obama opte pour la franchise : "Vous ne m'avez pas élu pour vous dire ce que vous avez envie d'entendre. Vous m'avez élu pour vous dire la vérité. La vérité, c'est qu'il nous faudra plus que quelques années pour résoudre des problèmes qui se sont accumulés depuis des décennies."

Afin de mettre ces propos en perspective, il propose de "rassembler" ses concitoyens "autour de plusieurs objectifs : le secteur manufacturier, l'énergie, l'éducation, la sécurité nationale et le déficit. Un projet réel, à notre portée qui nous mènera à de nouveaux emplois, davantage d'opportunités et reconstruira cette économie sur une base plus solide." Et ajoute un programme à la parole : créer un million d'emplois industriels nouveaux d'ici 2016, doubler les exportation à l'horizon 2014, embaucher 100 000 professeur de mathématiques et de sciences en 10 ans, soutenir 600 000 emplois dans la filière du gaz naturel au cours de la même période, réduire le déficit de 4 trillions de dollars sur la prochaine décennie ou encore investir dans l'économie l'argent qui ne sera plus dépensé pour la guerre.

Du haut de sa stature présidentielle et sans jamais prononcer le nom de son adversaire, Obama raille Romney : "vous n'êtes peut-être pas prêt à faire de la diplomatie avec Pékin, lorsque vous ne pouvez pas vous empêcher d'aller aux Jeux Olympiques sans insulter votre principal allié." Ou encore : "Les Républicains veulent que vous votiez pour eux, mais il ne veulent pas vous dire ce qu'ils feront de ce vote."

Mais le démocrate sait aussi qu'il devra peut-être composer avec un Congrès à majorité républicaine s'il est réélu le 6 novembre prochain. Il s'adresse alors en Président du compromis pour ménager la frange "liberal conservatives" de son électorat : "Aucun Parti n'a le monopole de la sagesse. Je veux travailler dans un esprit bipartisan pour réussir à réduire le déficit." Tout en taclant les financiers du Tea Party, les pétroliers de Koch Industries : "Nous ne nous laisserons pas les compagnies pétrolières nous dicter notre politique énergétique."

Obama sera-t-il parvenu à convaincre à nouveau les électeurs de 2008 de lui accorder leur confiance? Réponse dans 8 semaines.

Retrouvez l'intégralité du discours de Barack Obama devant la Convention démocrate de Charlotte.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math

Marjorie Paillon
Co-fondatrice et rédactrice en chef d'Ilovepolitics.info, Marjorie Paillon a couvert la course à la... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Decrauze le 08/09/2012 23:26
Restons au fil de l’Obama –

Mon acrostiche de Novembre 2008 serait-il complètement ringard (http://pamphletaire.blogspot.fr/2008/11/la-baraka-des-usa-obama.html) ?
J’en doute. Dans quel état seraient les États-Unis, et leur image dans le monde, si McCain avait eu cette première puissance mondiale en charge… On fait souvent le parallèle entre cette crise et celle des années trente : Roosevelt était loin d’avoir tout réussi à la fin de son premier mandat (le 8 novembre prochain, les Américains pourront d’ailleurs avoir une pensée pour les 80 ans de sa première élection). En outre, Obama n’aura eu toutes les manettes du pouvoir que pendant la première moitié de son mandat. Oui, il a manqué de hardiesse au départ, notamment pour sanctionner plus fort la finance folle, oui il est loin d’avoir honoré toutes ses promesses, mais le monde n’est pas au fond du gouffre, juste encore au bord : peut-être lui doit-on aussi un petit peu.

2.Posté par Jabril le 09/09/2012 21:07
J'ai enfin retrouvé le mot de passe du serveur de favoris et du coup, je retrouve avec plaisir ce blog qui m'avait donné l'impression de suivre l'élection de 2008 comme si j'y étais.
Merci pour ton blog Marjorie, toujours aussi canon.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains