Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France
A la Une

Barack Obama : «Je serai le nominé du Parti démocrate»

Marjorie Paillon le 4 Juin 2008 à 07:15

Cinq mois après sa victoire coup de poker en Iowa, Barack Obama a dépassé hier soir le chiffre d'or des 2 118 délégués pour revendiquer l'investiture de son parti. Sa victoire dans l'ultime primaire du Montana et les derniers changements de camp des super-délégués monte son butin à 2 151 délégués. Devant une foule de militants déchaînés à St Paul dans le Minnesota, Barack Obama s'est autoproclamé candidat du Parti démocrate. Il peut savourer sa victoire : lui qui partait avec 17% des intentions de vote il y a un an se retrouve à la tête des militants démocrates pour mener la bataille de novembre contre le républicain John McCain. Mais il y a encore une étape à franchir et non des moindre : solder l'héritage de Bill et trouver une porte de sortie honorable pour Hillary Clinton. Obama a pris soin de rendre hommage hier soir à sa concurrente et à la combativité à toute épreuve qu'elle continue de montrer. Extraits.



Plus d'analyses, de vidéos et de débats tout au long de la journée sur Ilovepolitics.info ;-)



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Novembre 2012 - 11:40 Carte électorale 2008 vs 2012 : let's do the math



1.Posté par Noam le 04/06/2008 10:09
La sénatrice Clinton fait du chantage.

Soit elle veut que le candidat Obama l’aide à effacer ses dettes consenties alors qu’on devrait pas en arriver là.

Soit elle veut aller à Denver et qu’à l’issue d’un blocage d’un premier vote, les délégués simples peuvent changer de vote comme ils le souhaitent.

Soit elle veut étre Vice Présidente sur un ticket de dream ticket mais avec Bill, je ne pense qu’Obama l’acceptera.

Soit jouer un rôle primordial comme être chef de file des Démocrates au Congrés

Enfin une derniére option, saboter la campagne d’Obama et se présenter de maniére légitime en 2012 face à un nouveau candidat républicain.

Je crois qu’elle a une dose de sincérité et de sérénité pour arréter ce carnage…

2.Posté par Nerfertiti le 04/06/2008 10:52
Contrairement à ce que vous dîtes dans votre mail de ce jour ce ne sont pas les délégués simplent qui peuvent changer leur vote lors de la convention de Denver mais les super délégués.

Soyons un peu réaliste et apprenons à reconnaître les faits avec lucidité, Ok Obama a remporté plus de délégués que Mme Clinton mais on ne doit pas oublier que celle-ci a quand eu les voix de 18 millions d'électeurs ce qui n'est pas rien et nous savons tous désormais que cette femme est coriace et n'abandomne jamais d'où si Obama veut gagner en novembre il ferait mieux de choisir Mme Clinton comme Vice-Présidente ainsi il y aura une réconciliation au sein du parti démocrate car si il préfère jouer au cavalier seul il perdra c'est ce qui est arrivée à Mme Royal il y plus d'un an maintenant. Un candidat ne gagne que si il est réellement soutenu au sein de son parti par tous les poids lourds et si il y a une vraie unité au sein de ce parti et ce qu'on s'aime ou qu'on se déteste on doit toujours faire passer les intérêts de son parti en premier et les siens après. D'autre part si Mme Clinton préfère saboter Obama et par la même occasion faire perdre son parti afin de revenir en 2012 comme sauveur elle rêve car les tenors du parti ne lui pardonneront jamais l'echec et le lui feront payer en la faisant perdre dès le début des premières primaires elle aura droit à ce qu'on dit l'arroseur arrosé!!!!

3.Posté par Le Magadés le 04/06/2008 10:56
oui terminer le chantage, j' espère qu ' elle va s' arrêter là et ne plus rien saboter ,même en vue de 2012, bon commentaire Noam , a+

4.Posté par drzz le 04/06/2008 10:58
J'ai écrit hier que je pensais les Démocrates suffisamment idiots pour ne pas présenter un ticket Obama-Clinton.

Et voilà que Hillary, cette nuit, refuse de reconnaître la victoire de son rival... enterrant de facto toute envie à celui-ci de la choisir comme VP... et exacerbant encore un peu plus la haine entre les deux camps au sein du même parti démocrate.

On a eu chaud ! Mais, en définitive, c'est bel et bien toujours le parti des ânes gris !

McCain sera président.

drzz
http://leblogdrzz.over-blog.com


5.Posté par Le Passant le 04/06/2008 11:01
Après avoir regardé les interventions de chaque candidat, le deal me paraît très clair : il n'est pas question d'un ticket Obama-Clinton, mais bien de l'éventuelle prise de la mise en place d'une couverture santé universelle par Hillary Clinton.

Ce thème est abordé par les deux candidats, en des termes semblables. Hillary Clinton y fait référence en reprenant la rhétorique d'Obama (ce sont les américains - et non le candidat élu - qui feront le succès du changement), Obama adresse un clin d'oeil très perceptible à une volonté d'associer fortement le nom d'Hillary Clinton à la mise en place historique de ce dossier.

Il faut également noter que l'animosité latente ne semble plus à l'ordre du jour, les concurrents se déclarant l'un comme l'autre "amis" au sein d'un grand tout. Petite différence notable : si Obama persiste à vouloir écarter les frontières électorales pour ne pas compter que sur la seule force de vote des électeurs démocrates, Hillary Clinton ne lui reconnait officiellement que la capacité à intéresser nombre de non-votants à la politique, reconnaissant de facto sa capacité à mobiliser une belle part les électeurs indépendants.

Reste donc en toile de fond le devenir des grands états, où comment mettre profit du candidat démocrate la force de persuasion électorale dont Hillary Clinton a su faire preuve au cours de ces primaires. Pour résumer, les ingrédients des négociations actuellement en cours sont donc les suivants (sans ordre particulier) :

1) Comment éponger la dette électorale d'Hillary Clinton.
2) Comment associer le nom d'Hillary Clinton à un mandat présidentiel d'Obama.
3) Comment faire bénéficier le parti républicain de la force de conviction dont Hillary Clinton a pu faire la démonstration dans les grands états.

A mettre en regard de ces grandes lignes, les éléments suivants :

1) La prise en charge de la dette électorale d'Hillary Clinton par le système de levée de fonds qu'a réussi à mettre en place Obama, dans sa forme actuelle comme dans l'éventuelle mise en œuvre d'une plateforme dédiée.

2) L'association pleine du nom d'Hillary Clinton à la mise en place du dossier HealthCare, tant dans le sens technique, exécutif qu'au plan historique.

3) La question des grands états n'aura officiellement trouvé de réponse au'à partir du moment où Hillary Clinton se retirera. Non que cet acte soit une solution en soi, mais bien un signal indiquant qu'un accord a pu être trouvé dans les responsabilités respectives pour la suite de la campagne et le plein partage des réseaux et informations indispensables à ce challenge. C'est au niveau de ces états, et à ce niveau seulement, qu'un appui officiel (et même une implication directe) d'Hillary Clinton pourrait apparaître durant la campagne présidentielle.

Dans la période actuelle, un peu étrange au regard du fait qu'Obama est désormais mécaniquement devenu le candidat officiel du parti démocrate, le non-retrait d'Hillary Clinton ne saurait donc en aucune façon s'expliquer simplement par une espèce de mauvaise volonté de sa part, où un acharnement à faire durer une partie "au delà du temps réglementaire". Elle ne pourra intervenir qu'à partir du moment où les choses seront clairement fixées, et symbolisera la signature d'un accord trouvé dans les rôles respectifs à jouer pour faire gagner le parti démocrate au final. Théorie d'autant plus probable qu'à aucun moment dans son discours, Obama ne semble avoir demandé explicitement à Hillary Clinton de reconnaître sa défaite dans ces primaires. Il a plutôt acté du fait qu'il devenait pour sa part le candidat démocrate, ce qui est politiquement différent, et extrêmement bien senti.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains