Ilovepolitics.info - la communication politique américaine vue de France

A la Une

le 6 Mars 2012 à 19:07

L'équipe de Google Politics a compilé sur ces trois derniers jours de campagne les recherches effectuées pas les internautes des 10 Etats appelés à voter pour ce Super Tuesday. Sans surprise, l'économie et la réforme de l'assurance santé sont les thématiques les plus demandées, tous Etats confondus. Mais de nouvelles requêtes ont fait leur apparition dans le top 10 établi par le géant du web : l'avortement et le mariage gay. Côté candidats, Mitt Romney arrive en tête des recherches dans 6 Etats, Rick Santorum et Ron Paul se partageant les 4 autres. Les prédictions du web seront-elles contrariées par les urnes ? Réponses ce soir.


Super Tuesday: les priorités des électeurs républicains selon Google
Un bref rappel des 10 Etats en lice, avec 437 délégués en jeu:
- La Géorgie avec 76 délégués. C'est le fief de Newt Gingrich, dont il a été le représentant à la Chambre des Etats-Unis de 1979 à 1999. C'est aussi un Etat du sud, où Rick Santorum et Gingrich se disputeront les faveurs de la base du GOP.
- L'Ohio et ses 66 délégués. Fidèle à lui-même, le Swing State offre une course serrée entre Mitt Romney et Rick Santorum, selon les dernier sondages.
- Le Tennessee. L'Etat du sud au 58 délégués sera un test pour Mitt Romney, où Rick Santorum devrait avoir les faveurs des électeurs ultra-conservateurs.
- La Virginie. 49 délégués sont à emporter sur place. La primaire devrait aussi se jouer sur le vote des ultra-conservateurs.
- L'Oklahoma livre bataille pour 43 délégués.
- Le Massachusetts peut apporter 41 délégués à son ancien gouverneur Mitt Romney.
- L'Idaho (32 délégués), le Dakota du Nord (28 délégués) et l'Alaska (27 délégués) se réunissent en caucus.
- Le Vermont ferme la marche et compte pour 17 délégués.

Buzz

le 6 Mars 2012 à 17:07

Il y a quelques jours, John McCain comparait ces primaires républicaines à une "tragédie grecque". C'est à présent en héros d'une comédie musicale que Flackcheck.org imagine Mitt Romney, Rick Santorum, Newt Gingrich et Ron Paul. Il faut que ces primaires ressemblent de plus en plus à un soap opera pour le Parti républicain. Cliffhanger à attendre ce soir, alors que 10 Etats sont appelés aux urnes pour ce Super Tuesday.


Outre ce mashup du Super Mardi républicain sous forme de comédie musicale, Flackcheck.org, - le site du centre de recherche de politiques publiques de l'université de Pennsylvanie - a lancé fin février "Stand by your Ad", une étude participative sur les Super PACS et le financement des publicités négatives entre candidats.

A la Une

le 29 Février 2012 à 09:02

Les paris étaient ouverts jusqu'au dernier moment. Mitt Romney empoche le Michigan avec 41% des voix à l'issue d'un scrutin serré et s'arroge confortablement 47% des suffrages en Arizona. Mais Rick Santorum reste en embuscade. L'ex sénateur de Pennsylvanie mord sur les terres du modéré en catalysant 38% des voix au Michigan. Et surtout sur ses chances de devenir le nominé incontestable du Parti républicain.


Pour Romney, une victoire est une victoire. Vraiment ?
"Nous avons gagné de peu, mais nous avons gagné et c'est tout ce qui compte". C'est la phrase à laquelle Mitt Romney tente de se raccrocher au lendemain des primaires de l'Arizona et du Michigan. Si les 29 délégués de Phoenix lui reviennent avec une franche victoire, la situation est plus complexe dans le Wolverine State. Au Michigan, Romney jouait à domicile, mais a vu sa marge se réduire à mesure que Rick Santorum déployait une stratégie de drague ouverte de l'électorat démocrate. Résultat : le modéré devance l'ultra conservateur de 3 points seulement. Les 30 délégués de l'Etat se répartissent donc proportionnellement entre les candidats.

Contrairement aux discours prononcés lors de ses précédentes victoires, Romney ne s'adresse pas en premier lieu à Barack Obama. Pour cause : il doit d'abord montrer patte blanche auprès des composantes de plus en plus divisées de l'électorat républicain. En somme, reconquérir son statut d'opposant incontestable face au président démocrate.
Pour y parvenir, Romney doit convaincre par une bonne performance dans les Etats du Sud et le toujours dangereux Swing State de l'Ohio, qui votent la semaine prochaine lors du Super Tuesday. Mais surtout montrer son empathie auprès des électeurs : la tactique consistant à faire de Romney l'incarnation du 1% d'Américains ultra-riches semble marcher auprès de la base républicaine.

Santorum dans les starting-blocks pour le Super Tuesday
Pour Santorum l'enjeu est double jusqu'au Super Tuesday. S'il veut capitaliser sur son score du Michigan, il doit pousser Newt Gingrich à la sortie de course pour s'adjuger ses délégués et s'imposer comme le seul candidat ultra-conservateur. Et montrer que sa candidature est un point fort pour porter les Etats du Sud, toujours favorables aux Républicains en Novembre. Aussi, il joue sur sa "différence" pour renforcer l'élan de ses supporters : être le candidat anti establishement que les pro Tea Party pourraient plus facilement adopter qu'un Mitt Romney.

A la Une

le 28 Février 2012 à 20:21

La campagne des primaires républicaines fait étape ce mardi dans le Michigan et l'Arizona. Pourquoi le Wolverine State est-il crucial cette année dans le processus de nomination du candidat du GOP ? Et faudra-t-il attendre jusqu'au Super Tuesday pour y savoir qui de Mitt Romney ou Rick Santorum peut être l'adversaire de Barack Obama en Novembre ? Débriefing.


Primaires républicaines : la route de la Maison Blanche passe par le Michigan
Michigan : un test symbolique pour Mitt Romney
Le Michigan, c'est le bastion de la famille Romney. George, le père, y a dirigé la firme automobile American Motors et y a été élu trois fois gouverneur. Mitt est l'enfant du pays, l'étiquette de "born and raised in Michigan" collée au front. Mais l'héritage du pater familias peut-il encore jouer en sa faveur ?
Il a beau jeter ses dernières forces dans la bataille et clamer que Rick Santorum tente de "kidnapper le processus des primaires", rien n'y fait. Romney a vu sa large marge auprès des électeurs du Wolverine State fondre comme neige au soleil, à tel point que les derniers sondages donnent l'ultra conservateur au coude à coude avec le modéré.

Santorum drague le vote démocrate
En cause, des centaines de robot calls commandés par l'équipe de l'ex sénateur de Pennsylvanie et ciblant les répondeurs des électeurs démocrates. Les sympathisants du parti de l'âne peuvent en effet voter dans cette primaire ouverte. Santorum essaye donc de mobiliser les Reagan Democrats, ces démocrates du Nord du pays et issus de la classe ouvrière qui ont préféré voter pour Ronald Reagan en 1980 au détriment de Jimmy Carter. Le message est calibré en conséquence : " Romney a appuyé les sauvetages pour ses amis milliardaires de Wall Street, mais il s’est opposé au sauvetage du secteur automobile. C’est une gifle au visage de chaque travailleur du Michigan, et nous ne laisserons pas Romney s’en tirer comme ça." Du prêt-à-voter qui fera peut-être mouche ce soir.

A la Une

le 28 Février 2012 à 13:48

Chris Matthews, le volubile présentateur de MSNBC et NBC, parodie Mitt Romney en star du muet dans son émission dominicale et éponyme. En détournant les images du film oscarisé "The Artist", Matthews relève les dernières gaffes de l'ex gouverneur du Masachusetts, à l'instar de cette déclaration hasardeuse : "J'aime le Michigan, un état où les arbres ont la bonne hauteur". Cela donne la bande annonce ironique de "Mitt : Better of Mute", ou "l'histoire vraie de la lutte d'un candidat pour trouver sa voix".


Politics 2.0

le 28 Février 2012 à 11:33

Le directeur politique du Parti républicain répond au directeur de campagne de Barack Obama. Jim Messina révélait il y a quelques semaines dans une vidéo la stratégie à adopter pour conquérir les 270 votes nécessaire à la réélection du président. Son alter égo républicain, Rick Wiley, débriefe le contenu de ces cartes électorales et explique Etat par Etat pourquoi, selon lui, la tactique démocrate ne fonctionnera pas en novembre.


Politics 2.0

le 10 Février 2012 à 16:03

Quand le camp Obama revisite les cinq dernières années, de la candidature du sénateur de l'Illinois au mandat du Président des Etats-Unis, cela donne un film de 4minutes et 30 secondes monté à la manière des Google stories. Son staff de campagne se sert des outils dont il dispose en ligne pour raconter l'histoire du candidat ou faire un e-storytelling : ses chaines YouTube pour visionner les moments clés ou les buzz présidentiels en vidéo, les messages envoyés par email aux supporters, les photos de Pete Souza mises en ligne publiquement sur Flickr, ou encore la Timeline de Barack Obama sur Facebook. Le cyber-candidat ou le Net-Président compte bien poker les électeurs en Novembre.


A la Une

le 8 Février 2012 à 12:38

Une nuit cauchemardesque. C'est ce que vient de vivre le camp Romney. Le favori républicain n'a remporté aucun des deux caucus du Minnesota et du Colorado, ni la primaire du Missouri. Romney réussi même à perdre deux des Etats qu'il avait raflé en 2008, et laisse échapper les 114 contés du Missouri au profit de Rick Santorum. L'ultra-conservateur est le grand gagnant de la soirée. Mais la nomination est-elle relancée pour autant?


La "Mittastrophe"
Le titre en Une du Huffington Post résume parfaitement la situation. Congratuler Rick Santorum, affirmer sa détermination à faire campagne pour devenir le nominé du Parti républicain. Il ne restait pas grand chose d'autre à dire à Mitt Romney ce mardi soir. Sorti grand vainqueur de la primaire de Floride et du caucus du Nevada la semaine dernière, le modéré a littéralement perdu pied au Minnesota, Missouri et dans le Colorado.
Bien que son staff tente de minorer les trois défaites, l'impact médiatique de cette nuit pourrait handicaper momentanément le favori. La campagne de Romney devrait donc déporter ses attaques sur Santorum, en rappelant notamment qu'il avait appelé à voter pour lui en 2008.

Santorum à la fête
"Le conservatisme a prouvé ce soir qu'il est bien vivant (...) Il l'a fait entendre jusqu'au Massachusetts." Santorum ne peut s'empêcher de jubiler devant cette remontée conservatrice. Non seulement il se paie de luxe de voler à Mitt Romney le Colorado et le Minnesota, deux Etats que le modéré avait gagné en 2008, mais il lui inflige une sévère défaite dans le Missouri en remportant l'intégralité de ses comtés - 114 au total.
Autre raison de se réjouir pour l'ancien sénateur de Pennsylvanie : il fait coup double en renvoyant Newt Gingrich dans les cordes. S'il n'était pas présent sur les bulletins du Missouri, l'ancien Speaker of the House a fait campagne jusqu'au dernier moment au Colorado et dans le Minnesota.
Les deux candidats se disputent le vote des ultra-conservateurs depuis le début de ces primaires. Santorum continue donc de marquer des points auprès des évangéliques et de la base républicaine.
Ron Paul, lui, reste en forme. Le libertarien peut remercier les participants au caucus du Minnesota qui lui on offert la seconde marche du podium.

Buzz

le 6 Février 2012 à 16:04

La finale du Super Bowl opposait ce dimanche les Giants de New York victorieux aux New England Patriots. Elle mettait également en concurrence les annonceurs pendant le match. Une manche publicitaire remportée par Chrysler. Le constructeur automobile a choisi Clint Eastwood pour incarner son spot "It's Halftime America" - traduisez "C'est la mi-temps pour l'Amérique". Une publicité au message éminemment politique en cette année électorale: le géant de Detroit doit son salut à l'administration Obama.


Chrysler roule-t-il pour Obama?
Chrysler a été sauvé d'une mise en liquidation en 2009 grâce au renflouement de l'administration Obama à hauteur de 12,5 milliards de dollars. Le prêt a été remboursé en intégralité en mai dernier, et le constructeur automobile de Détroit pourrait enfin renouer avec les profits en 2012. Les économistes lui prédisent des chiffres dans le vert avec 3 milliards de profits.

La publicité de 2 minutes, diffusée à la mi-temps du Super Bowl et portée par Clint Eastwood, sonne comme un clip de campagne. Plans larges sur des familles américaines en sortie de crise, travellings sur les usines de Chrysler et le drapeau américain, slogans évocateurs... Tous les éléments du parfait spot électoral y sont. "Ce pays ne peut pas être mis au tapis en un seul coup de poing. (...) Détroit nous montre ce que l'on peut accomplir ensemble" scande Eastwood.

Twitter dans les starting blocks
La publicité du constructeur remporte l'applaudimètre sur Twitter. Même les VIP se prennent au jeu.
"Un spot très fort. Es-ce que Clint l'a tourné ou il a juste fait la narration?" demande David Axelrod. Dan Pfeiffer, le directeur de la communication de la Maison Blanche, acquiesce : "sauver l'industrie automobile: une chose sur laquelle Eminen et Clint Eastwood peuvent être d'accord."
Jerry Garrett, collaborateur du New York Times, ironise: "Clint Eastwood pourrait être élu président avec cette pub."
Eastwood (pour une fois), Chrysler et Obama, même combat?

A la Une

le 5 Février 2012 à 14:55

Et de trois pour Mitt Romney. Après le New Hamsphire et la Floride, l'ex gouverneur du Massachusetts remporte le Nevada. Les électeurs du Silver State étaient réunis en caucus ce samedi pour départager les candidats à la nomination républicaine. Une fois de plus, c'est la question de l'éligibilité des prétendants du GOP face à Barack Obama qui a déterminé leur choix. Résultat : pour 48% d'entre eux, Mitt Romney est l'opposant le plus sérieux pour le mois de novembre. Le millionnaire a pu également compter sur les voix des électeurs mormons, très présents au Nevada. Newt Gingrich doit à nouveau se contenter de la seconde place avec 23 % des votes. Ron Paul reprend la manche sur Rick Santorum avec respectivement 19 % et 11 % des faveurs des caucus goers.


1 2 3 4 5 » ... 173


L'équipe Ilovepolitics






Les Dossiers d'Ilovepolitics



Les Archives d'anciennes campagnes
Sites et ressources sur les précédentes campagnes présidentielles américaines



La Présidence Obama

Les Sondages en temps réel
Les sites des instituts de sondage les plus importants aux Etats-Unis

Les Institutions et partis américains



Les Grands médias américains
Les plus grands journaux et networks américains